Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier en mode Gémeaux

Jean-Philippe Wauthier et Éric Salvail... (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

Agrandir

Jean-Philippe Wauthier et Éric Salvail

PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ugo Giguère
La Presse Canadienne

Pour la deuxième année, le duo Salvail-Wauthier animera le gala des prix Gémeaux présenté dimanche soir, 20 h, sur ICI Radio-Canada Télé. Les deux acolytes préparent leur récidive depuis plusieurs mois déjà et confirment qu'ils ont l'intention de conserver le ton grinçant qui leur va si bien.

En plein dans le sprint final de leur préparation, les deux animateurs ont admis ressentir l'excitation de l'approche du grand soir. «On est très fébriles. On essaie de dire fébrilité parce que c'est plus positif que stress!», lance Éric Salvail en entrevue avec La Presse canadienne.

De son côté, Jean-Philippe Wauthier ne sait pas trop si sa deuxième expérience est plus angoissante que la première, l'an dernier... «Peut-être que j'avais la naïveté de la première fois! Cette année, on s'en fait parler tout le temps, alors c'est deux fois plus stressant. Mais c'est un bon stress, c'est vrai que je ne dors pas super bien, mais une fois que c'est passé, on s'en sort», décrit celui qui anime Le beau dimanche à Radio-Canada.

Reste que le deuxième mandat simplifie légèrement les choses dans la préparation. «On se connaît bien et on sait ce que notre duo donne. On n'a pas à placer ça. Le ton qu'on a donné au gala l'an passé, on est dans le même genre cette année», explique Éric Salvail, en soulignant que certaines personnes vont être égratignées au passage.

«On est les rois de l'autodérision. J'en sors une couple (de blagues) sur Jean-Philippe et vice-versa. Il n'y a aucune méchanceté. C'est de soulever des travers et des choses qui n'ont pas fonctionné, mais aussi de souligner les bons coups. Ici et là, il y a quelques égratignures qui vont se faire. C'est notre gros fun d'écrire ça!», mentionne la vedette de fin de soirée à V.

Les deux complices ne ménagent pas leurs efforts afin d'être prêts et, surtout, pour que leur numéro d'ouverture soit parfait.

«Un gala où le numéro d'ouverture fonctionne bien part sur les rails. Ça donne une swing au show, ça donne une dynamique, ça installe déjà le ton», insiste Éric Salvail, qui parle par expérience.

Une télé en santé

Le concept de télévision semble appartenir au XXe siècle pour les «milléniaux», qui consomment leur contenu de divertissement sur toutes sortes d'autres écrans. Malgré cette transformation du médium, le contenu demeure pertinent et de plus en plus populaire, selon les deux têtes d'affiche du gala.

«La télé vit des hauts et des bas. On a une télé québécoise bien différente d'ailleurs. On tient le fort plus que les autres, je pense. Ce qui est bizarre, c'est que la consommation augmente sans cesse. Le médium est en train de changer, et c'est ça qui est le plus difficile. Le bateau ne coule pas, mais le bateau change», observe Jean-Philippe Wauthier, qui est renversé par les cotes d'écoute de 1,3 à 1,5 million de téléspectateurs chaque jour pour District 31.

Éric Salvail s'émeut devant les prouesses que réussit à réaliser le milieu de la télévision dans un petit marché comme le Québec. «Avec l'argent qu'on a et ce qu'on a réussi à réaliser, c'est une télévision extrêmement en santé. Évidemment, il y a des choses qui arrivent comme dans le reste du monde. Ça n'empêche pas qu'on est là pour souligner des productions qui se portent très bien. L'important, c'est que les gens regardent les productions qu'on fait», soutient-il.

La clé, de l'avis de Jean-Philippe Wauthier, c'est de s'assurer «de garder les jeunes avec nous».

Qui sortira gagnant?

Les prix qui seront remis en direct du Théâtre Maisonneuve de la Place des arts sont:

  • Meilleure série dramatique
  • Meilleure série dramatique annuelle
  • Meilleure comédie
  • Meilleure série de variétés ou des arts de la scène
  • Meilleur premier rôle féminin série dramatique
  • Meilleur premier rôle féminin série dramatique annuelle
  • Meilleur premier rôle féminin comédie
  • Meilleur premier rôle masculin série dramatique
  • Meilleur premier rôle masculin série dramatique annuelle
  • Meilleur premier rôle masculin comédie
  • Meilleure animation humour, série ou spéciale de variétés;
  • Meilleure animation: jeu ou téléréalité
  • Meilleure animation: émission ou série d'entrevues ou talk-show;
  • Meilleure animation: jeunesse

Le prix spécial Jean-Besré sera remis à la série District 31 pour souligner l'excellence, l'innovation et l'originalité d'un projet qui n'est pas admissible dans les catégories actuelles des Gémeaux.

Les Pays d'en haut (16 nominations), Lâcher prise (12 nominations) et Unité 9 (10 nominations) dominent le palmarès dans l'ensemble des mises en nomination. Pas moins de 62 prix seront remis en avant-première, sur les ondes d'ICI ARTV, dimanche après-midi.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer