Appelez mon agent, saison 2: se fendre en quatre pour 10 %

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En cet âge d'or des téléséries, La Presse décortique chaque semaine une série qui vaut le coup d'oeil.

L'histoire

Que seraient les acteurs, scénaristes et réalisateurs d'Appelez mon agent sans Andréa, Mathias, Gabriel et Arlette ? Le quatuor d'actionnaires de l'agence parisienne ASK est prêt à tout, comme dans tout, pour plaire à ses poulains, recruter les vedettes de l'heure et, surtout, ne pas les perdre. Ni perdre la face. Dans cette deuxième saison, nous retrouvons ces agents toujours aussi voraces, magouilleurs et pitoyables. L'enjeu de ne pas perdre leur agence aux mains d'un concurrent plane encore. Un sauveur devient actionnaire principal, mais prend bien soin de dicter sa loi, même s'il ne connaît rien au milieu des arts ni à celui du cinéma. Attention: frictions.

La distribution

Les personnages typés de cette comédie sont encore une fois incarnés avec énergie. On retrouve avec bonheur la belle qui en bave pour les femmes, qui n'a pas froid aux yeux et qui a du mal à s'engager (Camille Cottin), le vétéran qui semble au-dessus de tout mais sur qui les ennuis et secrets pèsent de plus en plus (Thibault de Montalembert), l'agent qui manque de couilles (Grégory Montel), la sage nostalgique qui a les meilleures idées pour se sortir du pétrin (Liliane Rovère) et l'assistant qui voit constamment arriver les problèmes (Nicolas Maury). Mais surtout, on suit des acteurs notoires qui jouent leur propre rôle sans retenue, un des grands attraits de la série imaginée par Fanny Herrero. Cette fois, les Isabelle Adjani, Juliette Binoche et Fabrice Luchini ont sauté dans le train.

Le verdict

À une époque où peu de productions françaises admirables franchissent nos frontières, on se régale des péripéties de ces agents et des apparitions de la crème du cinéma français. On ne s'étonne plus que de grandes pointures rangent leur estime de soi au vestiaire, mais le plat est toujours aussi agréable à déguster. Les phrases assassines (un nombre incalculable de trouvailles jouissives des scénaristes) et le jeu en état d'hyperventilation de certains acteurs compensent le manque de grandes surprises. Autre bon point? Alors qu'on tend à étirer la sauce dans les séries, Appelez mon agent se boucle en six épisodes qui défilent en trombe. Et on passe à un autre appel!

Appelez mon agent est diffusée sur l'Extra d'ICI Tou.tv




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer