Ludovick Bourgeois remporte La voix

Les fans de La voix ont craqué pour... (PHOTO FOURNIE PAR OSA IMAGES ET TVA)

Agrandir

Les fans de La voix ont craqué pour Ludovick Bourgeois, le candidat chouchou de l'édition 2017.

PHOTO FOURNIE PAR OSA IMAGES ET TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les fans de La voix ont craqué pour Ludovick Bourgeois, le candidat chouchou de l'édition 2017. Dimanche, pour la grande finale, il a récolté à lui seul la faveur de la moitié des votants, 50% pile. Du jamais vu à La voix depuis que les pourcentages sont révélés. Kevin Bazinet avait obtenu 46% des voix en 2015, et Stéphanie St-Jean, tout juste 32%, l'an dernier. Oui, on peut parler de «Ludomania».

Et pourtant, Si je commençais, la chanson qu'avaient écrite Éric Lapointe et Lynda Lemay pour le gagnant, n'était pas la plus accrocheuse des quatre. Mais «Ludo» l'a chantée avec son habituelle désinvolture, comme si c'était la sienne. Ce naturel qui lui a valu l'amour du public durant toute la compétition. Éric Lapointe a rappelé ce soir des auditions à l'aveugle où Ludovick avait prononcé son nom. «J'espère qu'à soir, Charles va prononcer le tien», lui a lancé le coach. Son souhait a été exaucé, lui dont aucun candidat n'avait remporté la finale par le passé.

> Réagissez sur le blogue de Richard Therrien

À mon avis, Rebecca Noelle a tout de même offert la meilleure prestation, la plus sentie, avec une voix puissante qui n'a jamais flanché. La machine à hits, Marc Dupré, avait écrit Promets-moi à l'intention de sa protégée. Une chanson d'amour un brin sirupeuse, mais un air certainement accrocheur à la Marc Dupré. «On n'est pas tombé en amour avec ton histoire, on est tombé en amour avec toi et avec le son de ta voix», lui a dit son coach, ému après sa touchante interprétation, qui lui a valu 22% du vote.

Je n'ose imaginer le niveau de nervosité de David Marino, qui a terminé troisième avec 17%. Cinq heures avant l'émission, le jeune prodige de 18 ans avait perdu la voix, mais l'a retrouvée juste à temps. Hélas, Amour ou songe, la chanson écrite par son coach Pierre Lapointe, ne mettait pas sa voix en valeur, lui qui est capable de virtuosité quand il joue les crooners. Pas une mauvaise chanson, mais des quatre, celle qui ressemblait le moins à son interprète. Même entouré de cuivres et de cordes, le chanteur, qu'on sentait beaucoup moins sûr de lui, a eu quelques problèmes de justesse, ce qui est inhabituel dans son cas.

Quand on parle de chanson sur mesure, Sur la terre des musiciens était parfaite pour l'Acadien Frank Williams, bon dernier avec 11%. Signé Nelson Minville et Paul Daraîche, l'air rappelait nettement les rythmes cajuns de Zachary Richard. «Quand on t'entend, on a envie d'être ton ami», lui a dit sa coach Isabelle Boulay, rappelant qu'il traversait un moment difficile avec le cancer de son père.

Outre les choix des chansons, cette finale de la cinquième saison de La voix n'était pas digne des précédentes, souvent spectaculaires. Des numéros sympathiques, mais pas époustouflants. Particulièrement celui des Jacksons, qui n'était pas au point. On aurait dit qu'il avait été répété à la sauvette, et les finalistes ne semblaient pas à l'aise avec les chorégraphies peu inspirées. Tout ça manquait franchement de cohésion. Au moins, les classiques des Jackson Five restent toujours aussi entraînants. Seuls Tito et Marlon étaient sur scène, Jackie ayant eu un malaise avant de prendre l'avion. Le malaise était aussi devant notre écran, dimanche.

Au lendemain de son concert au centre Vidéotron, la formation country Florida Georgia Line a ouvert la soirée avec énergie dans un segment trop court. Accompagnés de leurs coachs, les candidats éliminés au cours de la saison se sont glissés dans les numéros qui ont suivi les prestations des quatre finalistes, notamment celui de 2Frères. Louis-Paul Gauvreau a imposé sa voix rauque de belle façon dans Superficial Love, la chanson de Ruth B, révélation de l'année aux Juno et interprète du succès Lost Boy. Mais pas de métal pour la finale de La voix. Belle fin de numéro des Soeurs Boulay et leur «show de boucane», réunissant plusieurs candidates, de même que Pierre Lapointe et Éric Lapointe.

On a souligné les cinq ans de l'émission en réunissant cinq anciens, dont les gagnantes Valérie Carpentier et Stéphanie St-Jean, mais aussi Matt Holubowski et deux de la troupe de la comédie musicale Footlose, Philippe Touzel et Éléonore Lagacé. Encore là, rien de magique ou d'original dans la prestation.

Beaucoup trop de promotions de spectacles dans cette soirée, ce qui brise forcément le rythme. Qui prend en note toutes ces dates? Charles Lafortune, qui a eu un mot à l'intention des victimes des inondations, a profité de la finale pour confirmer que l'émission serait de retour pour une sixième saison l'hiver prochain, alors qu'on sait déjà que La voix junior revient à l'automne.

En remportant la finale, Ludovick Bourgeois ne remporte pas seulement un contrat de disque et une bourse de 65 000$. Le fils de Patrick des B.B., fier papa qui était dans la salle dimanche soir, gagne aussi une chance unique d'imposer son prénom. Et c'est très bien parti.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer