Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse critique une minisérie

Une scène de la série Canada : The... (PHOTO PC)

Agrandir

Une scène de la série Canada : The Story of Us.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Halifax

Le premier ministre de Nouvelle-Écosse ajoute sa voix au concert de critiques à la suite de la diffusion, dimanche, du premier épisode du docudrame de CBC consacré à l'histoire du Canada.

Stephen McNeil dénonce, comme bien d'autres, le fait que dans la série Canada : The Story of Us, on prétende que la première colonie française permanente en Amérique du Nord avait été fondée en 1608 par Samuel de Champlain près de ce qui est devenu la ville de Québec.

Or, la plupart des historiens s'entendent pour dire que Champlain avait cofondé trois ans plus tôt, en 1605, une «colonie permanente» à Port-Royal, en Nouvelle-Écosse. Le premier ministre McNeil en a une petite idée puisque le site historique se trouve précisément dans sa circonscription.

Port-Royal avait été renommée Annapolis Royal après la conquête de l'Acadie par les Anglais au début du 17e siècle.

Le premier ministre McNeil estime que la télévision anglaise de Radio-Canada devrait corriger cette erreur déplorable commise dans une série consacrée à l'histoire, justement.

Un peu plus tôt, jeudi, la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse s'est dite «préoccupée» par cette «omission», qui «donne une fausse représentation» de l'histoire canadienne et «nie la contribution fondamentale des Acadiens à la création» du pays. Dans un communiqué, le président, Ghislain Boudreau, indique que la fédération «fera part de ses préoccupations auprès de CBC».

Plus tôt cette semaine, le maire d'Annapolis Royal, Bill MacDonald, se disait choqué de cette bourde commise par la télévision publique. Il déplorait que CBC n'ait même pas mentionné Port-Royal dans la série.

Le porte-parole de CBC, Chuck Thompson, a expliqué que les producteurs avaient choisi de se concentrer sur Québec parce que, contrairement à Port-Royal, cette colonie avait maintenu une population permanente sans interruption à compter de 1608. Le maire MacDonald a admis que Port-Royal avait effectivement été inoccupée pendant certaines périodes au début de son histoire, mais il estime qu'elle devrait toujours être considérée comme un «établissement permanent».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer