Vincent-Guillaume Otis: pour ou contre

Cette semaine, Vincent-Guillaume Otis donne son avis sur... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Cette semaine, Vincent-Guillaume Otis donne son avis sur des sujets qui marquent son actualité.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un invité de La Presse se positionne sur des sujets qui marquent son actualité. Cette semaine Vincent-Guillaume Otis.

Le comédien Vincent-Guillaume Otis, que l'on peut voir dans la populaire série quotidienne District 31, est aussi porte-parole de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle.

L'intégration des personnes déficientes intellectuelles dans les écoles régulières?

POUR

«À 100 %, même à 125 %! C'est extrêmement important, je l'ai vécu avec mon petit frère qui a été intégré au primaire. Il faut par contre accompagner et aider les professeurs. Mais on n'a pas idée des retombées sociales et morales. C'est important pour le développement des personnes qui vivent avec une déficience et pour les gens qui vont les côtoyer. On parle d'ouverture, d'aide, de rapprochement, de responsabilités. On apprend plus vite en aidant les autres, c'est flagrant. »

L'horaire des séries quotidiennes?

POUR

«[Rires.] Il faut l'accepter quand on embarque dans cette expérience. Sinon, on est contre les séries quotidiennes. C'est un défi très particulier. Les journées sont intenses, mais il y a une qualité de vie qui ressort de ça. On sait quand on commence, on sait quand on finit. La fin de semaine, je suis avec mes enfants. Il y a des infirmières qui font trois shifts, tsé!»

Les pantalons de camouflage chez les policiers?

POUR

«Je suis pour toute forme de désobéissance civile, tant que cela respecte les services de première nécessité et tant que cela ne nuit pas au bien-être des autres. J'avoue que je ne connais pas les demandes syndicales des policiers, mais je suis d'accord pour que les gens utilisent des moyens pour faire entendre leurs messages. Les voitures pourraient être repeintes en rose, je n'ai aucun problème avec ça.»

Netflix?

POUR

«Cela donne accès à une offre télévisuelle extraordinaire. Mais avec un bémol. Il ne faut pas que Netflix devienne le monstre qui va avaler tout le reste. Il faut faire attention à notre marché à nous, car on n'a pas la taille ni les reins pour cette compétition. Il faut trouver une façon de protéger notre culture à travers tout ça. Contre la disparition de la culture locale!»

Les cotes d'écoute?

POUR

«Je dirais pour, mais pas quand c'est d'une importance surdimensionnée. Il ne faut pas juger de la qualité seulement par rapport aux cotes d'écoute. Ça prend de tout dans la vie. Des séries comme Mad Men ou Breaking Bad n'auraient pas existé si on n'avait accordé d'importance qu'à ça. Il faut faire attention aux diktats.»

Les noms composés?

POUR

«Je suis pour, je trouve ça beau. Mais je suis contre le nombre de cases dévolues aux prénoms dans les formulaires. Mes noms ne rentrent presque jamais! Toute ma vie, ç'a été un problème. Cela dit, mes enfants ont des noms extrêmement courts, peut-être que je souffre d'un manque et que je ne le sais pas...»




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer