Florence Longpré: présente à la télé et au théâtre

N'ayant pas reçu de subvention pour la création... (Photo IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

N'ayant pas reçu de subvention pour la création de sa pièce Sylvie aime Maurice, dans laquelle elle joue également, Florence Longpré s'est résolue à «jouer gratuitement» pendant un mois.

Photo IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Florence Longpré a un horaire très chargé. Elle ne s'en plaint pas, puisqu'elle reconnaît que ce n'est pas la réalité de tous les diplômés d'une école de théâtre.

Formée à Lionel-Groulx en 2010, elle n'a pas tardé à susciter l'intérêt du milieu artistique. D'abord grâce à sa pièce Chlore, montée en 2012 à La Petite Licorne, que notre collègue Luc Boulanger avait décrite comme «une création fort pertinente tant dans sa forme que dans son propos».

C'était la première fois que Florence Longpré écrivait une oeuvre: «Je suis une enfant de l'improvisation, je joue depuis le secondaire. Et quand tu es improvisateur, tu es appelé sans t'en rendre compte à être auteur et metteur en scène», dit la joueuse de la Ligue nationale d'improvisation et de la Ligue d'improvisation montréalaise.

La dramaturge remet ça en mars avec la création Sylvie aime Maurice, qu'elle a coécrite avec Nicolas Michon - et qui sera présentée cette fois-ci dans la grande salle de La Licorne. Le spectateur assistera à la rencontre amoureuse entre une femme atteinte du trouble de la personnalité évitante et un homme atteint du syndrome d'Asperger.

«C'est une histoire toute douce, mais nous avons essayé de la rendre grandiose parce que c'est incroyable ce qui arrive à ces personnes-là. Elles sont vieilles et pourtant elles n'avaient jamais connu l'amour. Elles vivent même leurs premières expériences sexuelles. C'est très drôle, mais aussi très touchant», dit l'artiste de 32 ans.

Dubitative face à l'avenir

Même si sa première pièce a connu un bon succès et a été traduite et jouée en anglais, sa compagnie Théâtre du grand cheval n'a pas reçu de subvention pour cette deuxième production.

«Je ne sais pas si je vais continuer à écrire pour le théâtre. Je me pose des questions, parce que c'est un art subventionné, mais nous n'avons presque pas d'aide gouvernementale», admet à regret Florence Longpré.

«Jusqu'à présent, je ne me suis jamais payée comme auteure ou metteure en scène. Et en plus, je joue dans Sylvie aime Maurice: pendant un mois, je vais donc jouer gratuitement.»

L'artiste ne tourne toutefois pas le dos à l'écriture. Elle développe un projet pour la télévision et espère écrire un scénario de film dans les prochaines années.

Au petit écran

En parallèle, elle continue d'amuser les téléspectateurs dans Like-moi! de Marc Brunet, notamment grâce à son personnage de Gaby Gravel.

«Gaby Gravel, c'est vraiment la rencontre d'une comédienne et de son auteur, je crois. C'est un personnage difficile à jouer parce que si je la joue trop conne, on n'y croira pas. Il faut qu'elle existe pour vrai. Et les bons textes de Marc Brunet, toutes ses blagues, sont une des raisons du succès de Gaby», dit Longpré.

La comédienne dévoilera un côté plus dramatique de son jeu dans la deuxième saison de la série Les pays d'en haut, où elle incarnera la timide Nanette, un nouveau personnage.

Son actualité

> Florence Longpré cosigne la pièce Sylvie aime Maurice, présentée à La Licorne en mars.

> En plus de faire partie de la distribution de Like-moi!, diffusée à Télé-Québec, elle incarne le personnage de Coralie Champoux dans Mémoires vives et apparaîtra bientôt dans la deuxième saison des Pays d'en haut à ICI Radio-Canada Télé.

> Elle joue également dans la Ligue nationale d'improvisation et la Ligue d'improvisation montréalaise.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer