Appelez mon agent: dans l'ombre des stars

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vous avez loupé Appelez mon agent sur ARTV en décembre? Pas de souci, rattrapez-vous sur Netflix (Call my agent) et l'Extra de Tou.tv. En France, la première saison de cette série a été un succès critique et populaire (des records d'audience sur France 2). Ce portrait caustique du showbiz français, autour des hauts et des bas d'une agence artistique, se dévore avec grand plaisir. Survol sous forme d'acrostiche.

Julie Gayet... (Photo CHARLY TRIBALLEAU, Archives Agence France-Presse) - image 1.0

Agrandir

Julie Gayet

Photo CHARLY TRIBALLEAU, Archives Agence France-Presse

Nathalie Baye et Laura Smet dans Appelez mon agent... (Photo fournie par la production ) - image 1.1

Agrandir

Nathalie Baye et Laura Smet dans Appelez mon agent

Photo fournie par la production 

A POUR ARGENT

En France, la série se nomme Dix pour cent. Un titre qui reflète mieux le côté business de l'entreprise artistique. Le pourcentage fait allusion à la commission que s'octroient les agents sur les cachets des interprètes. Comme dans une firme d'avocats, la facturation est le nerf de la guerre. Les agents ne doivent pas perdre de clients, et pour ce, ils doivent les faire travailler. Quitte à leur vendre un mauvais projet.

A (ENCORE) POUR AUTODÉRISION

Entre réalité et fiction, chacun des six épisodes d'une heure tourne autour de la vie privée et professionnelle de (vraies) vedettes dans la (fausse) agence ASK. Tour à tour, Julie Gayet, JoeyStarr, Line Renaud, Nathalie Baye et François Berléand jouent leur propre rôle, avec une forte dose d'autodérision. On annonce de gros noms encore pour la deuxième saison, qui sort en avril : Fabrice Luchini, Juliette Binoche, Isabelle Adjani, Julien Doré et Christophe Lambert.

G POUR GLAMOUR

Le Festival de Cannes, la soirée des Césars, les premières au théâtre et à l'opéra. La vie des agents rivalise de glamour avec celle de leurs célèbres clients. Pour faire plaisir aux stars, l'impresario (l'ancien nom des agents) ne lésine pas sur les notes de frais. Il les invite dîner au resto autour d'une bouteille de vin à 250 euros. Il leur offre des cadeaux de luxe pour leur remonter le moral. Bref, le revers du glamour et des tapis rouges, c'est de supporter les caprices des stars. Au gré de leurs humeurs, l'agent se transforme en thérapeute, en comptable, en chauffeur, en relationniste de presse, etc...

E POUR ÉMOTION

Les agents ne fréquentent pas de simples mortels : ils travaillent avec des stars. Leur quotidien ressemble souvent à des montagnes russes. Ils gèrent la carrière, en plus des ego, des angoisses, des crises et des pleurs des acteurs. Mais aussi leur joie, leur enthousiasme et leur brûlante passion du métier. Avec le temps, par stratégie ou par mimétisme, l'impresario deviendra un assez bon acteur. À bout d'arguments pour convaincre un producteur d'engager « son » talent, il invente des situations et joue sa scène... quitte à mentir et à manipuler les autres. La vie est un plateau.

N POUR « NENTIR »

À défaut d'un M, inventons ce mot, la contraction de nier et de mentir. Dans les grosses agences parisiennes, arranger la vérité est presque un critère d'embauche. Les agents se volent des clients, s'espionnent et pratiquent l'art de la manipulation comme personne. Après tout, on est au service des marchands d'illusions. Si on veut durer dans ce métier, on doit embellir la réalité. Par exemple, dans le premier épisode, Cécile de France se fait écarter d'une superproduction américaine signée Tarantino, parce qu'on la trouve trop vieille, à 40 ans, pour le personnage. Son agent, Gabriel, est alors en panique ! Impossible de dire à Cécile la vraie raison. Pour citer son patron chez ASK : « 40 ans, pour une actrice, c'est comme 60 ans pour les autres femmes ou 80 ans pour un homme » ! Comme dans Shakespeare, toute perfidie est bonne pour arriver à ses fins. Ici, le but, c'est de ne jamais perdre un contrat, encore moins un client.

T POUR TÉNACITÉ

Un agent ne lâche pas le morceau facilement. Il sacrifie ses soirées, ses week-ends et sa famille pour faire la promotion d'un artiste. Tant que rien n'est signé, il y a toujours de l'espoir. Comique et divertissante, Dix pour cent est aussi dramatique et psychologique. L'agence forme aussi une famille, certes un peu tarée, mais une famille tout de même. Malgré la compétition et les trahisons, chaque employé est toujours là l'un pour l'autre. Quand tout va mal, il reste toujours le travail...

Dix pour cent au Québec

Un projet d'adaptation québécoise sous le titre original de Dix pour cent est sur les rails chez le réseau TVA, nous apprenait le collègue Hugo Dumas, en novembre dernier. C'est le réalisateur Alexis Durand-Brault (Au secours de Béatrice) et sa conjointe, l'actrice et productrice bien connue Sophie Lorain, qui sont derrière la version québécoise. L'auteure Catherine Léger (La petite reine) pilotera les textes.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer