Les fictions télévisées se teintent de noir

Leïla Bekhti enquête sur un meurtre près du... (PHOTO AFP)

Agrandir

Leïla Bekhti enquête sur un meurtre près du cercle polaire dans la série Midnight Sun (Canal+).

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Cannes

Les polars nordiques vont contaminer les chaînes de toute la planète fin 2016, allant jusqu'à teinter les «telenovelas» de noir, selon l'analyse sur la fiction mondiale dévoilée mercredi au Mipcom, le marché de la télévision de Cannes.

De la station de ski possédée de Black Lake à l'adolescente errant dans la neige canadienne de Cold, les télévisions européennes et américaines coincent leurs héros dans des endroits extrêmes pour la saison 2016-2017, selon le cabinet suisse The Wit, qui fait référence à l'international en matière de contenus audiovisuels.

Les séries françaises surfent aussi sur cette avalanche de violence cathodique. Leïla Bekhti enquête sur un meurtre près du cercle polaire dans Midnight Sun (Canal+). Et c'est un cheval décapité, retrouvé au sommet d'un téléphérique, qui ouvre la série Glacé (M6), relançant l'enquête sur un tueur.

La violence descend sous terre au Danemark, où un commando retient quinze personnes en otage dans le métro pendant huit jours (Below the Surface). En Belgique, un tueur en série qui se fait appeler Moïse devient une star en basant ses crimes sur les dix commandements, auxquels il en ajoute trois (13 Commandments).

Le sang coule aussi à flots dans les séries latino-américaines. Les producteurs d'un jeu de téléréalité isolent des criminels dans une prison de haute sécurité, dans la série brésilienne Supermax. Le jour où ils cessent de communiquer avec les joueurs, la violence se déchaîne dans cette Loft Story à barreaux. «Peut-être que la règle, c'est qu'il n'y a plus de règles», lance un participant.

La vague du polar emporte même les «telenovelas», ces séries latino-américaines aux épisodes innombrables, qui abordent d'ordinaire des drames familiaux ou des passions dévorantes.

La série péruvienne de 60 épisodes Mis tres Marias met en scène un père emprisonné pour un crime qu'il n'a pas commis. À sa sortie de prison, neuf ans plus tard, il cherche à prouver son innocence et retrouver ses trois filles.

Des prisonnières sont aussi les héroïnes de la telenovela de 100 épisodes Preciosas, diffusée depuis cet été à la télévision chilienne. Une jeune femme s'évade avec des codétenues pour prouver son innocence.

Les thrillers représentaient 18% des nouvelles séries produites début 2016, a souligné Virginia Mouselier du cabinet The Wit, surpassées uniquement par les comédies qui représentaient 31% de la production.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer