Petit écran, grandes dames

Geena Davis dans Commander in Chief.... (PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION)

Agrandir

Geena Davis dans Commander in Chief.

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

Alors que les présidents occupent le haut du pavé au cinéma américain, les présidentes, vice-présidentes et autres femmes de pouvoir ont trouvé leur place dans les séries télévisées made in USA. Petit survol au moment où Hillary Clinton pourrait devenir la première vraie «commandante en chef».

La déchirée

Mackenzie Allen dans Commander in Chief

L'interprète: Geena Davis

Le calendrier: 1 saison (2005-2006)

La situation: Vice-présidente d'une administration républicaine alors qu'elle est indépendante, Mac succède à Theodore Bridges après qu'il a succombé à un AVC - et ce, même si, sur son lit d'hôpital, il lui a demandé de démissionner. Première femme présidente des États-Unis, elle aura la tâche difficile à la Maison-Blanche... et quasi impossible à la maison tout court, où s'empileront les problèmes avec son mari et leurs trois enfants. Ces problèmes domestiques contribueront à couler la série.

L'idéaliste

Allison Taylor dans 24

L'interprète: Cherry Jones

Le calendrier: téléfilm Redemption, suivi des saisons 7 et 8 (2008-2010)

La situation: Première femme à devenir présidente des États-Unis, elle a battu le président Daniels aux élections. Ce dernier étant démocrate, cela fait d'elle une républicaine... par défaut - puisque ses valeurs s'apparentent plus à celle d'un David Palmer (républicain et premier président noir, en tout cas dans le monde selon 24). Son fils meurt dans des circonstances mystérieuses peu après son élection. Un drame que le «First Gentleman» aura de la difficulté à traverser.

La parachutée

Laura Roslin dans Battlestar Galactica

L'interprète: Mary McDonnell

Le calendrier: une minisérie, suivie de 4 saisons (2003-2009)

La situation: Ancienne professeure devenue secrétaire d'État à l'Éducation, Laura Roslin a doublement vu son monde s'écrouler: elle a appris qu'elle avait un cancer du sein le matin même du jour où les Cylons détruisaient la plus grande partie de l'humanité. Les rescapés, dont elle fait partie, se réfugient dans des vaisseaux, et comme elle est la dernière survivante du gouvernement alors en place, elle devient présidente... même si elle était en 43e position dans l'ordre de succession.

L'inapte

Selina Meyer dans Veep

L'interprète: Julia Louis-Dreyfus

Le calendrier: 5 saisons, 6e en préparation (2012 et suivantes)

La situation: Dans la réalité, Selina Meyer serait une catastrophe ambulante. Mais en «format» télévisé, dans une satire politique formidablement écrite et interprétée, elle est aussi hilarante que craquante. Et elle n'a même pas atteint son niveau d'incompétence en arrivant au (presque) pouvoir «suprême» puisqu'à la fin de la troisième saison, le président décidant de démissionner, elle devient commandante en chef. Et elle continue de sévir, pour notre plus grand bonheur. Elle a notre vote.

Téa Leoni dans Madam Secretary.... (Photo fournie par CBS Broadcasting) - image 2.0

Agrandir

Téa Leoni dans Madam Secretary.

Photo fournie par CBS Broadcasting

La douée

Elizabeth McCord dans Madam Secretary

L'interprète: Téa Leoni

Le calendrier: 2 saisons, 3e en cours de diffusion; 2014 et suivantes

La situation: Quand elle était agente de la CIA, Bess travaillait avec Conrad Dalton - depuis devenu président des États-Unis. Ce dernier se tourne vers elle pour remplacer son secrétaire d'État, qui vient de mourir. Tant mieux. Parce que le personnage est solide, capable et inspire la confiance. Ici, la dynamique aux bureaux (Ovale et autres) est menée de main de maître et la dynamique familiale ne s'embourbe pas dans les tensions de couple ou parentales. Ou juste assez.

La diabolique

Claire Underwood dans House of Cards

L'interprète: Robin Wright

Le calendrier: 4 saisons, 5e en préparation (2013 et suivantes)

La situation: Comme son mari, Claire Underwood possède une soif insatiable de pouvoir. Véritable reine des glaces, elle nous est apparue à la tête d'une ONG, elle est bientôt devenue première dame des États-Unis et ambassadrice à l'ONU avant de viser la vice-présidence - et pourquoi pas plus haut encore? Elle incarne l'expression «être prête à tout». Que tous, même (surtout) sa... dure moitié, se le tiennent pour dit. Et plus elle nous donne froid dans le dos, plus on l'aime.

La discrète

Alicia Florrick dans The Good Wife

L'interprète: Julianna Margulies

Le calendrier: 7 saisons (2009-2016)

La situation: La finale de la série est décevante, mais elle laisse la porte ouverte. Peut-être sur l'ascension d'Alicia? On l'espère. Parce qu'après avoir été humiliée à répétition par son imbuvable mari, la talentueuse avocate reste à ses côtés alors qu'il affronte... Hillary Clinton. Oui, monsieur veut être le candidat démocrate à la présidentielle. Il échoue. Mais ce qui se dit en coulisses, c'est que si Alicia avait été dans la course, elle aurait pu la gagner. Dans les chaumières, on abonde.

La guerrière

Olivia Pope dans Scandal

L'interprète: Kerry Washington

Le calendrier: 5 saisons, 6e en préparation (2012 et suivantes)

La situation: Olivia Pope est la meilleure quand vient le temps de gérer des crises. Elle exerce sa magie à Washington. Pas très loin du président Fitzgerald Grant. Dont, selon les saisons, elle sera/est/a été la maîtresse. Drapée dans un manteau crème ou un verre de vin rouge à la main, elle n'a pas de titre officiel sur l'échiquier du pouvoir. Mais elle a le potentiel nécessaire pour atteindre les sommets. Et elle sait tirer les ficelles. Dire qu'on l'aime est un euphémisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer