Making a Murderer: Steven Avery poursuit ses démarches

Steven Avery purge une peine de prison à... (PHOTO ARCHIVES PC)

Agrandir

Steven Avery purge une peine de prison à vie pour le meurtre prémédité de Teresa Halbach.

PHOTO ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Todd Richmond
Associated Press
MADISON, Wisconsin

L'avocate de Steven Avery, qui a inspiré la série documentaire Making a Murderer, a déposé une requête vendredi, devant une cour du comté de Manitowoc, au Wisconsin, pour que des éléments de preuve soient soumis à des tests scientifiques qui démontreront, à son avis, l'innocence de son client.

Steven Avery purge une peine de prison à vie pour le meurtre prémédité de Teresa Halbach, dont le corps carbonisé a été retrouvé, en 2005, dans le parc à ferraille automobile de la famille Avery.

Il soutient à ce jour avoir été accusé à tort. Son avocate, Me Kathleen Zellner, dit vouloir obtenir la datation des échantillons de sang et d'ADN prélevés sur les lieux du crime. Elle a assuré aux journalistes qu'un tel exercice dévoilerait que Steven Avery est en fait victime de machinations, bien qu'elle ait refusé de s'avancer sur l'identité du «véritable» tueur.

Maintenant âgé de 54 ans, Steven Avery a fait les manchettes pour la première fois en 2003, lorsqu'il avait été libéré après avoir passé 18 ans derrière les barreaux pour un viol qu'il n'avait pas commis. Il avait été reconnu coupable d'agression sexuelle, mais un test ADN a invalidé sa condamnation.

Il affirme que les autorités l'ont à nouveau traduit en justice en raison de la poursuite de 36 millions $ US qu'il intentait alors pour condamnation injustifiée.

Accusé d'être son complice, son neveu Brendan Dassey pourra bientôt recouvrer sa liberté. Une cour fédérale a déterminé, plus tôt ce mois-ci, que les enquêteurs lui avaient arraché des aveux en tirant profit de son jeune âge et de sa déficience intellectuelle.

Les cas de MM. Avery et Dassey ont captivé les internautes dans la série Making a Murderer, présentée sur Netflix. Les documentaristes y remettent en doute le processus judiciaire qui a mené à la condamnation des deux hommes.

Les autorités impliquées dans l'affaire ont soutenu que le documentaire de dix heures était tendancieux, mais les réalisatrices continuent de défendre leur travail.

Le mois dernier, Netflix avait annoncé que de nouveaux épisodes portant sur les appels de MM. Dassey et Avery étaient en préparation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer