District 31: pas de «fuckés» chez les enquêteurs

Magalie Lépine-Blondeau fait partie de l'équipe d'enquêteurs vedettes... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Magalie Lépine-Blondeau fait partie de l'équipe d'enquêteurs vedettes de District 31, la nouvelle quotidienne de l'automne à ICI Radio-Canada Télé.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les enquêteurs de District 31 ne seront pas «fuckés», promet l'auteur de la nouvelle quotidienne de l'automne à ICI Radio-Canada Télé, Luc Dionne. Oubliez les policiers torturés, drogués ou alcooliques, transgressant constamment les lois et traînant un passé louche, comme en sont peuplés les polars de la planète, de Luther à True Detective.

Cette mode n'allume pas l'auteur d'Omertà, qui connaît assez bien la police pour savoir que ça n'a rien à voir avec la réalité. «J'aurais l'impression de faire de la caricature», nous confiait-il hier dans les décors tout neufs de District 31, que j'ai pu découvrir au sous-sol de Radio-Canada, et où huit épisodes ont déjà été tournés. Ses enquêteurs vedettes Nadine Meilleur et Patrick Bissonnette (Magalie Lépine-Blondeau et Vincent-Guillaume Otis) auront certainement des problèmes, mais des travers de personnalité pas mal plus anodins.

De la même façon, on assistera à des interrogatoires beaucoup moins musclés que ce qu'on peut voir dans Homeland ou d'autres séries du genre. Crier ou provoquer un suspect avec violence est la pire façon de le faire parler, pense l'auteur, qui parle de conversation plutôt que de confrontation. Encore là, ce sera à lui de rendre ça captivant. Un beau défi.

Diffusées dès le 12 septembre, du lundi au jeudi à 19 h, les enquêtes de District 31 ne seront pas découpées comme pour 30 vies, qui passait une ou deux semaines sur chaque intrigue. Une grande enquête se déroulera sur toute la saison, les autres varieront dans la durée.

Habitué au créneau de 21 h, l'auteur affirme quand même ne pas avoir à adoucir ses intrigues.

«Un crime n'est pas moins crapuleux que tu le présentes à 19 h ou à 21 h. Et des scènes de nu, ça ne m'a jamais allumé. Un bon blasphème une fois de temps en temps, ça me manque un peu.»

Patrick Labbé et Gildor Roy sur le plateau... (Photo Marco Campanozzi, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Patrick Labbé et Gildor Roy sur le plateau de District 31

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Pas de chance que vous reconnaissiez des éléments des décors de 30 vies, rasés pour faire place au nouveau poste de quartier 31. Des locaux un peu lugubres, gris et ternes, tout à fait dans l'esprit d'un poste de police défraîchi. On y croit. Situé dans un quartier qui n'est pas défini, le 31 est divisé en deux: les enquêteurs en civil d'un côté, les policiers en uniforme de l'autre. Les cravates contre les calottes, se disent-ils entre eux, avec un brin de mépris.

Comme les profs vedettes de 30 vies, Magalie Lépine-Blondeau et Vincent-Guillaume Otis seront là pour un an, avant de faire place à de nouveaux enquêteurs l'année suivante. Le reste du personnel devrait rester en place. Au dévoilement de la distribution, on avait tout de suite présumé que le duo aurait une histoire d'amour, mais l'auteur semble dire que nous avons tout faux. À suivre.

Luc Dionne est ravi de pouvoir écrire pour Gildor Roy, «un des meilleurs acteurs au Québec, qu'on ne voit pas assez». «Dans Requiem pour un beau sans-coeur, il m'a fait peur!», dit-il. Une occasion de se reprendre après un premier rendez-vous raté, puisque Gildor avait tourné dans une première version d'Omertà, mort-née à la suite d'une querelle entre le producteur et le réalisateur en 1994. Dans District 31, l'acteur joue Daniel Chiasson, le grand patron de toute cette bande, lui qu'on a vu exceller comme criminel en maison de transition, récemment, dans Marche à l'ombre. Aussi croisés sur le plateau mercredi, Sébastien Delorme, Cynthia Wu-Maheux et Patrick Labbé, qui tiennent tous des rôles stratégiques au poste.

Avec Unité 9 et L'auberge du chien noirDistrict 31 est la dernière série dramatique à être tournée dans la grande tour. Le diffuseur, qui ne produira plus de fictions après la fin de L'auberge, ne prévoit pas aménager de studio pour les dramatiques dans son futur nouvel édifice, une première dans son histoire. Aetios Productions devra alors louer un autre endroit pour monter ses décors.

Même si elle n'écrit plus, Fabienne Larouche garde un oeil avisé sur le travail de Luc Dionne, qui apprivoise l'écriture très prenante d'une quotidienne. Après la visite de plateau hier, la productrice allait rejoindre Pamela Anderson, arrivée de Los Angeles depuis lundi pour le tournage de Sur-Vie, la minisérie avec Mariloup Wolfe qu'on verra la saison prochaine à Séries+. Curieux de savoir à quel point la vedette de Baywatch, qui s'adressera à la presse mardi prochain, bénéficie d'un traitement particulier. On s'en reparle.

Une recrue chez Les ex

Le siège laissé vacant par l'ex-péquiste Rémy Trudel à l'émission Les ex à ICI RDI a finalement été attribué à Yves-François Blanchet, ex-ministre du gouvernement Marois et ancien imprésario d'Éric Lapointe. Partie il y a un an, Marie Grégoire reprend quant à elle sa place après le départ de l'ex-caquiste Hélène Daneault. De retour, Yolande James complète le trio aux côtés de l'animateur Michel Viens. Amputée de sa première demi-heure avant le bulletin du midi, Les ex reprendra l'antenne le 22 août, du lundi au jeudi de 12 h 30 à 13 h 30.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer