Patrick Labbé s'illustre dans Quantico

Patrick Labbé, qui a grandi dans un milieu... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Patrick Labbé, qui a grandi dans un milieu anglophone, a souvent joué dans cette langue, notamment dans les séries October 1970 et The Dead Zone, ainsi que durant plus de deux ans dans Durham County. Le plateau de Quantico, dont la première saison a été tournée à Montréal, est cependant le plus important qu'il ait connu comme acteur à ce jour.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y avait pas que Tout le monde en parle dimanche à la télé. Les fans de la série américaine Quantico, diffusée chez nous à 22 h à CTV, ont eu la surprise de reconnaître Patrick Labbé dans le rôle de Jordan Kent, un agent à la tête de recrues du FBI. Pas un petit rôle, puisqu'il donnait la réplique dans plusieurs scènes à l'actrice principale, Priyanka Chopra, mégastar en Inde.

L'acteur-vedette de Yamaska, qui a grandi dans un milieu anglophone, a souvent joué dans cette langue, notamment dans les séries October 1970 et The Dead Zone, ainsi que durant plus de deux ans dans Durham County. Le plateau de Quantico, dont la première saison a été tournée à Montréal, est cependant le plus important qu'il ait connu comme acteur à ce jour. «C'est 5 millions par épisode. Quand j'ai essayé les costumes aux studios Mel's, j'ai compris que j'étais sur quelque chose de gros. Il y a 250 personnes sur la feuille de service, c'est la première fois que je vois autant de monde travailler sur un projet en même temps», a affirmé l'acteur, qui a pu prendre part à des scènes d'action.

Patrick Labbé ne connaissait pas la série policière d'ABC, mais son ami Jean Frenette, coordonnateur de cascades, lui a dit à quel point il était heureux d'y travailler. À l'invitation de son agente de casting, il a donc passé une audition et a été l'un des rares comédiens québécois retenus pour le 20e épisode de cette première saison. Andreas Apergis, qu'on peut voir dans le même épisode, de même que Kwasi Songui, le lutteur noir de La théorie du K.-O., ont pour leur part tenu des rôles secondaires.

L'acteur a dû effacer toute trace d'accent canadien de ses répliques, surveillé de près par des linguistes. «Comme j'ai été élevé avec des Italiens de LaSalle, mon accent me joue des tours», dit-il. Patrick Labbé affirme qu'un rôle dans une série américaine n'implique pas de gros salaires.

«Il y a moins de négociations en anglais, parce qu'il y a plus d'acteurs disponibles. Et je ne m'appelle pas Colm Feore.»

Hélas, le personnage de Jordan Kent n'était présent que le temps d'un épisode, même si la série a été renouvelée pour une deuxième saison, malgré des auditoires en baisse. La série ne sera toutefois plus tournée à Montréal, mais bien à New York, notamment parce que l'histoire s'y déroule, et aussi en raison des généreux crédits d'impôt qui y sont offerts.

Même s'il prend un plaisir fou à jouer en anglais, Patrick Labbé n'a pas l'ambition de Karine Vanasse, Caroline Dhavernas, David La Haye et François Arnaud, qui travaillent beaucoup dans des productions anglophones. Père de six enfants à 46 ans, il ne se voit pas passer la moitié de son temps à Los Angeles et préfère participer à des productions anglophones tournées ici. «Je tiens beaucoup plus à ma vie familiale qu'à la carrière que je pourrais peut-être avoir là-bas. J'ai passé cet âge-là!», affirme l'acteur.

Parallèlement à son travail de comédien, il se consacre à son Camp de base, en pleine période d'inscriptions pour l'été, qui offre des ateliers d'interprétation artistique aux jeunes de 10 à 17 ans. Et si vous voulez le voir en pleine action, une arme à la main, dans Quantico, l'épisode peut être visionné gratuitement sur le site ctv.ca.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer