Jean-Marc Vallée: petit écran, grands projets!

Le réalisateur québécois Jean-Marc Vallée fera ses débuts... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le réalisateur québécois Jean-Marc Vallée fera ses débuts à la télévision américaine avec Big Little Lies et Sharp Objects.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même s'il n'avait rien prévu de tel, Jean-Marc Vallée se retrouve à réaliser pour la chaîne HBO les sept épisodes de Big Little Lies, dont les têtes d'affiche sont Nicole Kidman et Reese Witherspoon. Il enchaînera avec Sharp Objects, une série en huit épisodes avec Amy Adams.

Quand Reese Witherspoon, la vedette de Wild, est entrée en contact avec Jean-Marc Vallée pour lui parler de Big Little Lies, il était alors seulement question de la réalisation des deux premiers épisodes d'une série qui en compte sept. Grâce à ce projet destiné à la chaîne spécialisée HBO, le cinéaste québécois avait ainsi l'occasion, à l'instar de Steven Soderbergh, David Fincher, Martin Scorsese, Todd Haynes et tant d'autres, d'aller explorer un nouveau territoire.

«J'ai dit: OK, m'a te partir ça! explique Jean-Marc Vallée au cours d'en entretien accordé à La Presse depuis Los Angeles, en marge de la sortie prochaine de Demolition, son plus récent long métrage. J'ai commencé à travailler sur la série, je me suis occupé de trouver tous les acteurs - les enfants, les ados et tout ça -, et là, on m'a comme un peu tordu un bras pour que je continue jusqu'à la fin. Et c'est vrai que ç'aurait été dommage de quitter au beau milieu de l'affaire. D'autant que ça me permettait de vraiment signer ça de la même façon qu'un long métrage.»

«Honnêtement, je n'aurais jamais pensé enchaîner la réalisation de deux séries télé. On ne sait vraiment jamais ce que la vie nous réserve!»

Un tournage de... 92 jours!

Inspiré du roman à succès de l'auteure australienne Liane Moriarty, Big Little Lies est une comédie grinçante relatant le parcours de trois mères de jeunes enfants. Leurs vies en apparence parfaites empruntent un virage inattendu le jour où elles sont impliquées dans une histoire de meurtre. L'éminent scénariste David E. Kelley, dont les premiers faits d'armes remontent à l'époque de L.A. Law et Ally McBeal, signe le scénario de cette série dont on dit qu'elle aurait, en matière de format et de prestige, le même profil que True Detective. Nicole Kidman et Reese Witherspoon, les deux têtes d'affiche, ont mis ce projet en marche grâce à leurs sociétés de production respectives (Blossom Films et Pacific Standard). Le réalisateur de C.R.A.Z.Y. agit aussi cette fois à titre de producteur exécutif, en compagnie de son partenaire d'affaires Nathan Ross.

«Nous avons déjà tourné - pendant 31 jours - les trois premiers épisodes, indique le cinéaste. Là, nous nous arrêtons pendant deux semaines, histoire de pouvoir, David et moi, peaufiner les scénarios des quatre derniers épisodes. On reprend ensuite le tournage en un bloc de 61 jours.»

Même si les moyens sont encore plus imposants qu'en cinéma, même si, dit-il, la «machine» est très grosse, Jean-Marc Vallée ne change en rien son approche. Son équipe habituelle est d'ailleurs au poste (parmi laquelle le directeur photo Yves Bélanger). Fidèle à la méthode qui l'a si bien servi dans ses trois plus récents longs métrages (Dallas Buyers Club, Wild et Demolition), le cinéaste tourne à la lumière naturelle, sans artifices. La postproduction sera ensuite entièrement faite à Montréal.

«À mes yeux, c'est comme un très long film.»

«On m'a donné carte blanche totale, précise-t-il. Je peux choisir toutes les pièces musicales. On ne m'a imposé aucune date limite pour le montage non plus. Je rentre à Montréal au mois de juin et on va faire la postproduction jusqu'à Noël. On me laisse faire mon travail et une fois qu'il sera terminé, HBO choisira alors la date de diffusion, quelque part en 2017.»

Pour un cinéaste dont le travail avec les acteurs a toujours figuré au coeur de la démarche, l'occasion de pouvoir diriger des actrices d'exception comme Nicole Kidman et Reese Witherspoon est évidemment très stimulante.

«En plus, je retrouve Laura Dern, avec qui j'ai travaillé sur Wild, rappelle-t-il. Il y a aussi Zoë Kravitz et Shailene Woodley. Quand ces cinq actrices se retrouvent ensemble dans une même scène, c'est assez impressionnant. J'en reste bouche bée parfois!»

Laura Dern, Shailene Woodley et Reese Witherspoon apparaissent sur cette... (PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION) - image 2.0

Agrandir

Laura Dern, Shailene Woodley et Reese Witherspoon apparaissent sur cette photo diffusée par la production de Big Little Lies.

PHOTO FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Ensuite, une série avec Amy Adams

Après Big Little Lies, Jean-Marc Vallée s'attaquera à Sharp Objects, une autre série de prestige, destinée au petit écran, dont la tête d'affiche sera Amy Adams. On ignore cependant encore qui sera le diffuseur de cette adaptation en huit épisodes du roman de Gillian Flynn (Gone Girl) publié en 2006. L'histoire est construite autour d'une journaliste qui, après avoir brièvement subi des traitements psychiatriques, doit réaliser un reportage dans sa ville natale, où deux adolescentes manquent à l'appel. Marti Noxon (UnREALGirlfriend's Guide to Divorce) signe le scénario.

«Amy m'avait proposé ce projet il y a un moment, mais il n'était pas alors vraiment prêt, fait remarquer le cinéaste. Entre-temps, Reese est débarquée avec le sien. Pour moi, tout part du contenu, bien sûr, mais ce qui me motive aussi beaucoup, ce sont les gens avec qui je travaille. Le carré de sable est très beau, mais il est aussi très important de savoir qui viendra jouer dedans avec toi. De son côté, Amy me propose un truc que je n'ai jamais vraiment exploré. Je ne suis jamais allé aussi loin dans le drame. C'est très sombre, très spécial.»

Projets de films décalés

Forcément, les nombreux projets de films avec lesquels jonglait Jean-Marc Vallée sont décalés, notamment Janis - Get It While You Can, un long métrage qu'il compte tourner avec Amy Adams. L'imbroglio juridique dans lequel le projet était coincé l'automne dernier serait en bonne voie de résolution.

«Ce n'est pas mort, affirme le réalisateur. Des questions de droits restent toujours à régler, mais le projet reste toujours bien vivant. Mais ça ira maintenant après le tournage de Sharp Objects

S'il dit ne pas ressentir un sentiment de vertige face à tout ce qui lui arrive, Jean-Marc Vallée est néanmoins très conscient de la chance qu'il a de pouvoir travailler autant aux États-Unis qu'en France ou au Québec.

«Je suis animé d'un grand sentiment de gratitude et de reconnaissance, confie-t-il. Professionnellement, j'occupe une très belle place. Cela dit, rien n'est jamais acquis d'un film à l'autre. Et maintenant, d'un projet à l'autre!»

Rappelons par ailleurs que Demolition, qui a ouvert le festival de Toronto l'automne dernier, sort le 8 avril. Jake Gyllenhaal, Naomi Watts et Chris Cooper en sont les vedettes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer