TF1 doit remplacer Le mentaliste et Les experts

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurence Benhamou
Agence France-Presse
Paris

Le mentaliste vient de faire ses adieux après 7 saisons et Les experts tireront leur révérence cet été après 15 ans d'antenne: TF1 doit maintenant choisir les séries américaines capables de remplacer ces programmes cultes, jackpots d'audience et de rentabilité.

L'enjeu se chiffre en centaines de millions d'euros: TF1 consacre chaque semaine deux soirées aux séries américaines (les mardis et mercredis), avec jusqu'à 12 minutes de publicité par heure, où les publicités de 30 secondes peuvent dépasser 100 000 euros en brut, selon les analystes.

Il sera ardu pour TF1 de remplacer Le mentaliste, la série la plus populaire en France ces dernières années avec plus de 30% de part d'audience. Les 22 épisodes de 2014 ont figuré parmi les 100 meilleures audiences de l'année, avec près de 8 millions de fans en moyenne.

Elle devra aussi trouver les successeurs des Experts, inamovibles depuis 2001, dont elle diffusera au premier semestre la 15e et dernière saison, Experts Cyber.

Parmi ses nouveautés, la chaîne parie d'abord sur Blindspot, indique TF1, série Warner acquise en mai, qui a très bien démarré en septembre sur NBC aux États-Unis.

Il s'agit à nouveau d'une série policière récurrente - chaque épisode est une histoire «bouclée» - même si les personnages évoluent. Une femme entièrement tatouée, amnésique, est retrouvée un jour dans un sac: chaque tatouage recèle la clé d'une enquête.

Blindspot, dont NBC vient d'annoncer une saison 2, a réuni pour ses 7 premiers épisodes 8,7 millions de téléspectateurs en moyenne, et avec le replay, les cinq premiers épisodes affichent 14,7 millions de téléspectateurs.

TF1 a besoin de ces séries récurrentes, qui lui permettent d'égrener une saison de 22 épisodes sur toute une année, en programmant des soirées avec un épisode inédit suivi de deux autres des saisons précédentes.

La chaîne a d'autres inédits dans ses cartons. Elle a ainsi acquis la série Night Shift, d'Universal, diffusée depuis l'an dernier sur NBC, qui raconte le quotidien de l'équipe de nuit du San Antonio Medical Center, ainsi que Les mystères de Laura, centrée sur une policière de la NYPD en plein divorce.

Elle vient aussi d'acquérir la minisérie de science-fiction Colony, créée par Carlton Cuse (Lost).

La chaîne continuera aussi en 2016 Esprits criminels (diffusé depuis 2006), Unforgettable, Person of Interest, Grey's Anatomy, Chicago PD et une nouvelle saison de Blacklist.

«Premier regard»

«Pour une chaîne comme TF1, M6 ou France 2, acheter les droits d'une série américaine est beaucoup plus rentable que la production d'une fiction française: la marge brute entre recettes publicitaires et coût de revient est souvent plus du double. Pour les meilleures séries américaines, comme Les experts, Le mentaliste, ou Dr House, «la chaîne peut réaliser une marge brute de 5 à 7 millions d'euros par soirée», souligne Matthieu de Chanville, expert médias chez A.T. Kearney.

«C'est donc un véritable enjeu pour TF1 que de trouver les «pépites» qui pourront attirer 7 à 9 millions de téléspectateurs. Toutes n'ont pas ce potentiel», ajoute-t-il.

Pour trouver les perles rares, TF1 détient des accords sur le «premier regard» - une priorité sur les autres chaînes françaises - avec les studios Warner, Sony et Marvel.

Mais elle a d'autant plus de mal à les trouver que les studios américains privilégient des séries «segmentantes» - pour des segments d'audience - comme Game of Thrones, qui comprend trop de violence et de sexe pour une chaîne tous publics.

Autre tendance aux États-Unis, davantage de séries sont «feuilletonnantes» - l'histoire se poursuit d'un épisode à l'autre. Impossible de programmer des soirées avec d'anciens épisodes.

Enfin, TF1 est concurrencée par de nouveaux acheteurs comme Netflix qui acquiert des droits mondiaux.

D'où son choix de lancer ses propres productions, avec le rachat du groupe Newen, troisième producteur français, et l'ambition de créer un pôle de production européen.

Une stratégie confortée par les bons résultats de fictions françaises récentes comme Une chance de trop, qui a dépassé les 8 millions de téléspectateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer