Péladeau défend son bilan de diffusion de production québécoise

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a défendu son bilan de diffusion de productions québécoises en télévision, mercredi, sans préciser s'il est personnellement en faveur du maintien de quotas par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

M. Péladeau a accusé la ministre de la Culture, Hélène David, d'avoir déformé les faits en laissant entendre qu'il pourrait être d'accord avec l'abolition des quotas de musique francophone à la radio, un dossier examiné actuellement par le CRTC.

Lors d'un point de presse, M. Péladeau a affirmé que les émissions du réseau de télévision TVA, une filiale du conglomérat Québecor dont il est actionnaire de contrôle, dépassent les normes de contenu canadien exigées par le CRTC.

« Elle fait une grave confusion car il s'agit de la radio et de la télévision, a-t-il dit. Et je peux vous dire une chose, lorsque j'étais PDG de Québecor, et responsable de TVA, j'ai toujours fait un point d'honneur de faire en sorte que nous ayons, et c'est encore le cas, largement des quotas dépassés en matière de production indépendante, en matière de production produite par des producteurs indépendants du Québec, et je persiste à penser que c'est la même chose. »

Mardi, Mme David a constaté une incohérence entre la position du Parti québécois sur les quotas de chansons en français à la radio et un plaidoyer de M. Péladeau, en 2009, contre les quotas de production canadienne imposés aux télévisions généralistes.

L'intervention de la ministre est survenue après l'adoption unanime, à l'Assemblée nationale, d'une motion présentée par le PQ pour dénoncer « la volonté du CRTC de revoir les exigences relatives à la radiodiffusion de musique de langue française au Québec ».

Mme David a réclamé ces précisions étant donné que M. Péladeau était absent au moment du vote, mardi.

Aux journalistes, mercredi, M. Péladeau a affirmé que Mme David a exposé sa méconnaissance de ce secteur des médias en confondant télévision et radio.

« C'est dommage, peut-être qu'elle ne connaît pas très, très bien l'industrie des télécommunications et des communications, mais on ne peut pas confondre la radio avec la télévision », a-t-il dit.

Dans un billet sur sa page Facebook intitulé « N'importe quoi », M. Péladeau, qui a confié son bloc d'actions de Québecor à un mandataire, a ensuite invité Mme David à défendre la culture québécoise.

« Il est dommage de constater que la ministre, plutôt que de se réjouir de la motion adoptée à l'unanimité par les membres de l'Assemblée nationale sur le maintien à leur niveau actuel des quotas de musique en français sur les ondes radiophoniques du Québec, fait de la petite politique et déforme les faits, comme d'autres ministres du gouvernement aiment le faire », a-t-il écrit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer