2014, le rideau tombe sur une année brise-coeur

Guy A. Lepage et Dany Turcotte animent Tout... (Photo: fournie par Radio-Canada)

Agrandir

Guy A. Lepage et Dany Turcotte animent Tout le monde en parle.

Photo: fournie par Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Danièle L. Gauthier
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les bonnes émissions sont comme les bons vins, quand elles prennent de l'âge, elles sont toujours aussi recherchées. C'est le cas pour Tout le monde en parle qui complétait sa 11e année, au grand bonheur de l'animateur, Guy A. Lepage, pendant que Julie Snyder ne cessait d'allonger, pour la 10e année, la liste des personnes fortunées au Banquier, le dimanche soir. Si on a fini de juger les coupables à Toute la vérité qui terminait sa carrière récemment, on est toujours aussi nombreux à surveiller les détenues d'Unité 9, deux émissions du lundi soir qui ont capté l'attention des fidèles de TVA comme de ceux de Radio-Canada.

Les nouveautés

À TVA, Les Jeunes Loups, Au secours de Béatrice entraient dans la ronde des téléromans auxquels s'ajoutent les comédies Complexe G et Les Beaux Malaises, quatre fois gagnant aux 29es Prix Gémeaux alors qu'à Radio-Canada, Série noire et Nouvelle Adresse, y compris la comédie La Théorie du KO s'inséraient dans la programmation d'automne. À Télé-Québec, on a couru un risque bien calculé avec SNL Québec qu'animent, à tour de rôle, des têtes d'affiche telles que Louis-José Houde, Stéphane Rousseau et Normand Brathwaite. Il en est ainsi pour Vol 920, une téléréalité où on propose à des jeunes gens de parcourir le monde, à la recherche de l'amour, à TVA. Au Canal Vie, la formule de Quel âge me donnez-vous?, conçu et animé par Jean Airoldi, aura suscité beaucoup de vives réactions. Puis, Éric Salvail a démontré qu'il visait juste en comptant sur Ce soir, tout est permis! qui lui a valu des records d'auditoire ainsi qu'à V télé par ricochet, qui incidemment, se portait tout récemment acquéreur de MusiquePlus-MusiMax.

Le nombre des stations de télévision ne cesse de s'accroître et, cette année, on en compte deux de plus: UNIS, appartenant au consortium de TV5, vise les francophones à travers le Canada, et AMI télé entièrement vouée aux personnes aveugles ou atteintes de déficience visuelle à qui on offre une programmation très diversifiée dont chaque titre bénéficie d'une description narrative. Ces deux chaînes font partie du service de base aux abonnés des entreprises de distribution par câble et par satellite.

Ce qu'on nous a appris

Les reportages nous permettent de découvrir, comprendre ou alors nous informent de tout ce qui fait la vie et de tout ce qui survient dans l'actualité. Grâce à ces documents, on a pu mesurer la douleur des soldats traumatisés à leur retour de pays en guerre, ou encore, tués par le plus bête des hasards par des terroristes en mal de destruction, des gens âgés maltraités dans certains CHSLD, des femmes agressées et violées qui ont enfin pris la parole, des tueries sauvages qui sèment la terreur en différents points du globe, des tueries qu'aucune religion ne saurait ordonner.

On a souligné avec de multiples documentaires, le centenaire de la Grande Guerre et les 75 ans de la Deuxième Guerre mondiale, les deux événements ayant coûté la vie à plus de 78 millions de personnes à l'échelle mondiale. On s'est grandement questionné sur l'option d'exploiter le gaz de schiste, sur le phénomène des élèves du secondaire qui décrochent et les moyens de les «raccrocher», des «1000 jours de Jean Lemire» qui nous communique ses préoccupations quant à la destruction de la planète et de sa faune, on nous a démontré l'importance des animaux dans nos vies et puis de celle de la musique. Enfin, sur grand fond d'espoir, on a tenté d'asseoir des «ennemis» à une même table pour amorcer un dialogue, celui qui mène à la paix.

Au chapitre du sport, le passage du Canadien, de Radio-Canada à TVA Sports, et de toutes les séries de la LNH n'aura échappé à personne. On s'est réjoui de la réussite du persuasif Pierre Lavoie qui parvient à faire bouger de plus en plus d'adultes et d'adolescents chaque année et de l'exploit de la jeune Eugénie Bouchard, récemment proclamée joueuse de tennis canadienne de l'année.

Les rencontres

Maître d'oeuvre de la série Les Grands Moyens, Bernard Derome a réalisé un tour de force en invitant des hommes d'affaires aussi discrets que riches à parler de leur perception de l'argent et de la réussite qui en ont fait des modèles de prospérité. De son côté, Josélito Michaud proposait La gloire, mais à quel prix parce qu'il voulait savoir à quoi ressemble la vie de ceux et celles qui ont atteint des sommets. Il y a eu aussi ce rendez-vous avec Lucien Bouchard dont le parcours s'insère dans l'histoire moderne du Québec.

Les hommages

On a aussi célébré des anniversaires et rendu des hommages. Outre Félix Leclerc pour qui on a eu une pensée spéciale parce qu'il aurait eu 100 ans cette année, Robert Charlebois, lui, célébrait son 70e anniversaire en juin. Au Gala de l'ADISQ, on a saisi l'occasion de souligner les 60 ans de carrière de Michel Louvain. Idem pour Jean-Marc Parent, humoriste unique en son genre qui fêtait 25 ans de carrière dans le cadre des galas Juste pour rire. Enfin, les émissions «Tout le monde en parle» et «Pour l'amour du country» ont en commun leurs 12 ans d'existence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer