Séries télé américaines: stars, horreur et mystère

The Strain... (Photo: fournie par FX)

Agrandir

The Strain

Photo: fournie par FX

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Véronique Dupont
Agence France-Presse
Los Angeles

Tandis que la cérémonie des Emmy's récompensera dans quelques jours les titres de l'an dernier, la nouvelle saison des séries télé américaines s'est ouverte cet été, riche en stars - Steven Soderbergh, Clive Owen, Guillermo del Toro, Liv Tyler, Halle Berry - et avec un accent sur l'horreur et le mystère.

Coécrite et coproduite par Guillermo del Toro, The Strain explore le thème déjà abordé dans les séries des vampires (True Blood) ou des morts-vivants (Walking Dead) mais sous le prisme du film d'horreur.

La série suit le chef du centre de contrôle des maladies Ephraïm Goodweather (Corey Stoll, l'un des principaux acteurs de la saison 1 de House of Cards), en proie à des tourments dans sa vie familiale et qui se retrouve face à une épidémie transformant ses victimes en zombies-vampires...

Actuellement diffusée sur la chaîne FX depuis le 13 juillet, The Strain, bien réalisé et au rythme haletant, a reçu un bon accueil critique aux États-Unis.

Pour Tom Nunan, producteur et enseignant à l'Université UCLA School of Theater, Film and Television, «The Strain fonctionne exceptionnellement bien en tant que vraie série d'horreur. Il y a tout un tas de séries dramatiques ou à suspens mais peu de séries purement d'horreur».

Deux pour cent de la population envolée

Autre série phare de la nouvelle saison, The Knick (sur la chaîne câblée Cinemax) met en scène un hôpital fictif d'il y a un siècle à New York. Elle est réalisée par Steven Soderbergh, grand nom d'Hollywood qui a déjà réalisé l'an dernier pour la télévision le très primé Ma vie avec Liberace.

Clive Owen y tient le rôle principal, celui du docteur John Thackery, un professeur de chirurgie froid, raciste et drogué, mais brillant et obsédé par le progrès de la chirurgie.

Crue, débordant d'hémoglobine, conjuguant imagerie passéiste et anachronismes contemporains, la série promet de tenir en haleine, notamment grâce au duel que formeront Owen et André Holland, qui incarne un médecin noir ultra-diplômé avec lequel Thackery va devoir travailler contre son gré.

«Cette série évoque la différence sur la manière de considérer la vie humaine entre le tournant du 20e siècle et aujourd'hui», et «Clive Owen est un délice à regarder», juge Tom Nunan qui, à l'inverse, se dit très déçu de The Leftovers.

Avec Justin Theroux et Liv Tyler, cette série qu'HBO vient de renouveler pour une deuxième saison est adaptée du roman éponyme de Tom Perotta.

Son concept: 2% de la population mondiale s'est volatilisée sans qu'une explication soit trouvée. Dans une petite ville (fictive) des alentours de New York, ceux qui restent cherchent à comprendre pourquoi leurs proches ont disparu et tous vivent avec la crainte de voir ce phénomène se reproduire.

Dans Extant, série de science-fiction dont Steven Spielberg, un maître du genre, est producteur exécutif, la belle Halle Berry est une astronaute qui rentre d'une mission de 13 mois en solo dans l'espace.

Alors qu'elle tente de se réadapter à la vie sur terre et de renouer avec son mari scientifique et leur fils androïde, elle se rend compte qu'elle est mystérieusement enceinte. La série au rythme lent et à la cinématographie léchée a débuté le 9 juillet sur la chaîne hertzienne CBS.

Autre star du grand écran, Maggie Gyllenhal tient le rôle principal de la minisérie The Honourable Woman, une production américano-britannique des chaînes BBC et Sundance TV sur une femme d'affaires anglo-israélienne, Nessa Stein, qui s'engage pour la cause palestinienne.

À l'inverse de la tendance de recourir aux stars hollywoodiennes, dans Outlander, sur la chaîne Starz, le personnage principal est joué par une relative inconnue, l'irlandaise Caitriona Balfe.

Elle incarne un «personnage féminin fascinant», d'après Tom Nunan: une infirmière, jeune mariée, dans l'Angleterre de 1945 et qui se retrouve mystérieusement avalée dans le temps et se retrouve en 1743 forcée d'épouser un autre homme dans un monde où sa vie est menacée.

C'est pour l'instant l'une des nouvelles séries les plus acclamées: elle a récolté un score de 82% de critiques favorables sur le site Rottentomatoes.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer