Robin Wright adore son rôle dans House of Cards

Robin Wright ne tarit pas d'éloges au sujet... (PHOTO ASSOCIATED PRESS/NETFLIX)

Agrandir

Robin Wright ne tarit pas d'éloges au sujet du créateur de la série, Beau Willimon, disant qu'il a su maintenir la tension dans ces nouveaux épisodes.

PHOTO ASSOCIATED PRESS/NETFLIX

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Cassandra Szklarski
La Presse Canadienne
TORONTO

Interpréter l'impitoyable Claire Underwood dans la télésérie House of Cards est une tâche à la fois exigeante et pleine de surprises, affirme Robin Wright.

L'actrice, qui a remporté un Golden Globe pour sa performance dans le thriller politique, dit adorer jouer la femme du politicien Francis Underwood, incarné par Kevin Spacey.

Claire neutralise régulièrement les adversaires qui se dressent sur la route de son époux et la sienne avec une détermination inébranlable, tout ça au nom de l'insatiable quête de pouvoir du couple à Washington, note la vedette.

«Je l'aime. J'aime la détester, admet Robin Wright en entrevue depuis New York. Elle est tellement diabolique, mais je ne la vois pas comme ça. Elle fait ce qu'elle doit faire et c'est comme ça que les choses fonctionnent. C'est comme ça qu'on accomplit le travail et, s'il y a un obstacle ou une barrière, il faut l'enlever. C'est très simple.»

La deuxième saison du drame a été lancée ce week-end sur Netflix, reprenant apparemment l'histoire là où elle l'avait laissée à la fin de la première saison.

Claire et Francis viennent tout juste de revenir chez eux lorsqu'ils tombent sur leur confident, Doug Stamper, qui les attend pour leur donner des nouvelles urgentes.

La journaliste Zoe Barnes est très près de découvrir la vérité par rapport à ce qui est arrivé au défunt membre du Congrès Peter Russo, mais Doug assure à Francis que «l'arme du crime», l'escorte Rachel Posner, est sous contrôle. En retour, Francis promet de s'occuper de Zoe.

Pendant ce temps, Claire risque de faire l'objet d'une poursuite pour congédiement injustifié de la part de Gillian Cole, qui est enceinte et en colère, et n'hésite pas à employer les grands moyens.

Robin Wright ne tarit pas d'éloges au sujet du créateur de la série, Beau Willimon, disant qu'il a su maintenir la tension dans ces nouveaux épisodes.

«C'est une émission où les personnages prennent toute la place. C'est comme un manuel sur comment créer des personnages, indique-t-elle. Il va loin dans les questions qu'il se pose. Pourquoi Claire ferait ceci? Comment le ferait-elle? Quel avantage elle en retirerait? Pourquoi est-ce payant? Qu'est-ce qui a le plus de sens? Il se pose ces questions pour tous les personnages et c'est la beauté de notre collaboration parce que, toutes ces questions qu'il s'est déjà posées, c'est ce qu'il nous donne à jouer. Et nous enrichissons encore cela lorsque nous répétons.»

Elle soutient être constamment étonnée par Claire et la manière dont elle évolue au fil des épisodes.

«Nous n'arrivons pas chaque jour en nous disant: «Je connais ce personnage comme le fond de ma poche.» Est-ce que nous avons une bonne idée et est-ce que nous endossons les vêtements de cette personne? Absolument, c'est une seconde nature. Mais nous sommes toujours surpris lorsque nous plongeons dans une nouvelle intrigue imaginée par Beau», conclut Robin Wright.

Les 13 épisodes de la deuxième saison de House of Cards sont disponibles sur Netflix.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer