Le grand saut: les vedettes se mouillent

Émilie Heymans, Jean-Marc Généreux, Alexandre Despatie, Jennifer Abel,... (Photo: Hugo Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Émilie Heymans, Jean-Marc Généreux, Alexandre Despatie, Jennifer Abel, Benoît Gagnon et Marie-Ève Marleau feront découvrir le plongeon à des vedettes sur V, à partir du mois de février.

Photo: Hugo Sébastien Aubert, La Presse

Partager

À compter du mois de février prochain, V Télé diffusera Le grand saut, une nouvelle émission de variétés aquatique animée par Alexandre Despatie et Benoît Gagnon. Il s'agit de l'adaptation québécoise de Stars in Danger, un concept allemand hybride qui tient à la fois du Match des étoiles et du défi sportif.

Quatre vedettes québécoises, de toutes sphères et de tous âges, vont chaque semaine s'entraîner, enfiler leur maillot de bain et plonger devant les caméras et un public de plusieurs centaines de personnes, sous le regard des médaillés olympiques Alexandre Despatie et Jennifer Abel, mais aussi du danseur et chorégraphe Jean-Marc Généreux (So You Think You Can Dance, Dancing With The Stars), qui évalueront leurs performances.

Chaque personnalité sera entraînée au préalable par Émilie Heymans et Marie-Ève Marleau, partenaires en plongeon synchronisé à plusieurs reprises.

«On est tombés sous le charme de ce concept qu'on a acheté au Mipcom en septembre dernier au groupe allemand Banijay. Avec notre histoire de médaillés olympiques et notre amour du plongeon au Québec, c'était une bonne idée de mettre en danger de cette manière des vedettes aimées du public», explique Natalie Larivière, vice-présidente exécutive et chef de l'exploitation de V Interactions à propos de l'émission qui sera également adaptée par Fox et NBC cet hiver.

Chaque semaine, quatre vedettes feront ainsi le grand saut au cours des huit émissions au format d'une heure réalisées par Sébastien Hurtubise (Le match des étoiles).

Des gagnants généreux

«La figure exécutée sera choisie par Alexandre et son équipe d'entraîneurs lors d'une évaluation. Selon sa condition physique, le participant va sauter de la tour de 3,5 ou de 10 mètres. Ce sont les juges, le public et les téléspectateurs qui vont ensuite noter leur performance», explique Marlène Beaulieu, présidente de La Presse Télé et productrice déléguée.

Le participant «coup de coeur de la soirée» remportera une somme d'argent qu'il remettra à la cause de son choix.

Alexandre Despatie fera ses premiers pas en tant qu'animateur aux côtés de son ami Benoît Gagnon, qui a lui-même fait ses débuts au petit écran dans le monde du sport.

«C'est une belle opportunité pour moi. C'est ma première expérience en télé, mais j'ai la chance que ce soit en lien avec le plongeon! Avec Benoît, c'est le scénario idéal, car on se connaît bien et je ne serai jamais gêné de lui demander de l'aide», dit Alexandre Despatie. «J'avais mes réserves: apprendre aux gens à plonger en six heures, ce n'est pas si simple. Mais en visionnant la version allemande, j'ai vu que c'était tout un show!», ajoute le plongeur, qui reprendra l'entraînement en janvier prochain après une pause de quelques mois à la suite d'une opération du genou.

Un nouveau défi pour Benoît Gagnon

Benoît Gagnon est quant à lui ravi de se retrouver à la barre d'une émission où le sport et le dépassement de soi sont au rendez-vous.

«J'ai toujours besoin de défis dans ma vie. L'année dernière, je suis allé en Argentine pour gravir le sommet de l'Aconcagua. L'émission sera aussi un gros party devant près de 500 personnes, avec de la musique et de gros éclairages!», s'exclame l'animateur.

Émilie Heymans et Marie-Ève Marleau devront encadrer les participants néophytes dans le monde du plongeon et les amener à réaliser le défi.

«De vrais casse-cou»

«On va commencer les entraînements à partir de la mi-janvier avec les personnalités, soit deux entraînements de trois heures avec chacun. Certains risquent d'avoir peur de monter au plongeon de trois mètres, alors que d'autres vont être de vrais casse-cou», explique Marie-Ève Marleau.

«Le grand saut va montrer à quel point le plongeon est une discipline difficile. Quand on nous voit, on a l'impression que c'est simple. C'est ce qu'on nous demande en compétition! On a le défi de faire sortir les vedettes de leur zone de confort en très peu de temps», précise Émilie Heymans, qui assurera également la confection et le design des maillots de bain qui seront portés par les vedettes participantes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer