Bad 25 : retour sur l'autre album phare de Michael Jackson

Spike Lee a replongé dans l'histoire de Bad... (Photo: archives AP)

Agrandir

Spike Lee a replongé dans l'histoire de Bad quand les ayants droit de l'artiste et la maison de disques Sony lui ont demandé d'élaborer un documentaire à l'occasion du 25e anniversaire de la sortie de l'album. La première mondiale de Bad 25 a eu lieu à la Mostra de Venise, en août dernier.

Photo: archives AP

Partager

Sur le même thème

Fan depuis toujours de Michael Jackson, Spike Lee propose un documentaire racontant la fabrication de l'album Bad, lancé il y a 25 ans. Bad 25 est présenté ce soir au réseau américain ABC.

Il y a 25 ans, Spike Lee n'était pas un inconnu. Révélé à Cannes en 1986 grâce à She's Gotta Have It, il s'apprêtait alors à concevoir School Daze, son deuxième long métrage. Comme des millions de ses contemporains, l'auteur cinéaste s'est arrêté un moment pendant la soirée du 31 août. Et il s'est installé devant son téléviseur. Il n'aurait pour rien au monde voulu rater le rendez-vous pendant lequel serait enfin dévoilée la chanson titre - et le court métrage réalisé par Martin Scorsese - de Bad, le nouvel album de son artiste pop favori: Michael Jackson.

«Michael est né un an après moi, précisait le cinéaste au cours d'une entrevue réalisée au festival de Toronto. J'ai grandi avec lui, avec sa musique. Je suis fan depuis le tout début, depuis les Jackson 5. En 1987, je ne l'avais encore jamais rencontré, mais j'étais évidemment curieux - nous l'étions tous - de voir et d'entendre ce qu'il avait à proposer quatre ans après le succès historique de Thriller. J'avoue ne pas avoir su trop quoi penser après avoir vu Bad la première fois, mais le court métrage de Martin était tout à fait à la hauteur des attentes. Contrairement aux autres titres de l'album, dirigés vers un public plus large, ce tout premier extrait était clairement destiné à son public traditionnel afro-américain. Qui se demandait parfois ce qui était en train de se passer avec lui!»

Déjà 25 ans!

Spike Lee a eu l'occasion de replonger dans l'histoire de Bad quand les ayants droit de l'artiste, et la maison de disques Sony, lui ont demandé d'élaborer un documentaire à l'occasion du 25e anniversaire de la sortie de l'autre album phare du regretté roi de la pop. La première mondiale de Bad 25 a eu lieu à la Mostra de Venise, et fut suivie quelques jours plus tard d'une présentation au festival de Toronto. Une version remaniée pour la télévision sera présentée ce soir au réseau américain ABC.

«Je n'ai pas hésité une seule seconde, dit celui qui a notamment signé les deux versions du clip They Don't Care About Us pour la star en 1996. J'adore l'artiste qu'était Michael Jackson. J'ai voulu me concentrer essentiellement sur son génie musical, qu'on a eu tendance à occulter. On m'a donné accès à tout. On retrouve d'ailleurs dans ce film de nombreux documents inédits. Il était aussi intéressant de rencontrer différents intervenants, dont les propos sont très francs. Martin Scorsese n'avait même jamais revu Bad depuis sa sortie!»

Un document honnête

Le réalisateur de Malcolm X, qui emprunte aussi fréquemment la forme documentaire dans sa démarche artistique, a tenu à mener lui-même toutes les interviews. Son nouveau film retrace l'histoire de l'album Bad, plage par plage, grâce aux témoignages de nombreux réalisateurs et producteurs, de collaborateurs, mais aussi d'artistes contemporains influencés par Michael Jackson. Très riche d'extraits, captés à l'époque des enregistrements des «courts métrages» (Jackson concevait ses vidéos comme du cinéma), le film en donne évidemment beaucoup à voir et à entendre. Spike Lee propose ici un document très honnête, même s'il rejette d'un revers de main l'aspect plus «controversé» du personnage.

«Pas de temps pour ça, dit-il. L'idée du film était de raconter l'histoire de chaque chanson incluse dans l'album, en commençant par Bad et en terminant par Man in the Mirror. Certaines histoires sont plus intéressantes que d'autres bien sûr, et traitées de façon plus importante. Je peux affirmer que ma rencontre professionnelle avec Michael Jackson constitue sans aucun doute l'un des hauts faits de ma carrière.»

La durée du film originel est de 131 minutes. Spike Lee a dû refaire un montage spécifique pour la diffusion télévisée de ce soir: 90 minutes avec pauses publicitaires. Le documentaire Bad 25 devrait être disponible dans sa version intégrale en Blu-ray/DVD dans trois mois.

_______________________________________________________________________

Bad 25 est diffusé ce soir, à 21h30, à ABC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer