Saison 2017-2018 du TNM: entre détresse et enchantement

Renaud Lacelle-Bourdon, Hélène Bourgeois-Leclerc, André Robitaille, Monique Miller,... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Renaud Lacelle-Bourdon, Hélène Bourgeois-Leclerc, André Robitaille, Monique Miller, Gilles Renaud, Marie-Thérèse Fortin, Maude Guérin et Mylène St-Sauveur font partie des acteurs qu'on pourra voir sur scène lors de la saison 2017-2018 du TNM.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hier soir, entourée d'une soixantaine d'artistes et d'interprètes, Lorraine Pintal a levé le rideau sur la programmation de la saison 2017-2018 du Théâtre du Nouveau Monde (TNM), sa 25e à la tête de la compagnie. Plus que jamais, la directrice croit au pouvoir poétique du théâtre pour changer le monde, afin que, pour citer Platon, «le soleil brille au-dessus du théâtre d'ombres de nos cavernes».

RENAUD LACELLE-BOURDON

L'idiot

La directrice du TNM est très fière de cette adaptation du chef-d'oeuvre de la littérature russe. Depuis deux ans, la metteure en scène Catherine Vidal collabore avec l'auteur Étienne Lepage sur L'idiot de Dostoïevski. Une histoire de désir et de passion avec Renaud Lacelle-Bourdon, dans le rôle du prince Mychkine, aux côtés de Francis Ducharme et d'Evelyne Brochu, qui jouera au TNM pour la première fois.

Dès le 20 mars

HÉLÈNE BOURGEOIS-LECLERC

Demain matin, Montréal m'attend

La Dolorès des Bougon a bien hâte d'incarner la chanteuse de la Main, Lola Lee, ce personnage haut en couleur créé par Denise Filiatrault en 1970. Après six représentations en juin, dans le cadre des FrancoFolies, la comédie musicale de Michel Tremblay et de François Dompierre ouvrira la prochaine saison du TNM, le 19 septembre. Le maître du théâtre de Tremblay, René Richard Cyr, dirigera 16 interprètes dans cette version de Demain matin, Montréal m'attend, avec de nouvelles chorégraphies de Sylvain Émard et de nouveaux arrangements musicaux. Il y aura également cinq musiciens sur scène, sous la direction de Chris Barillaro.

ANDRÉ ROBITAILLE

Les fourberies de Scapin

Il a une (bonne) gueule de Scapin, ce cher André Robitaille. Le comédien fait un grand retour au TNM, à l'hiver 2018, en incarnant le personnage principal de la savoureuse comédie de Molière, dirigée par Carl Béchard. L'animateur d'Entrée principale à ICI Radio-Canada Télé sera entouré de virtuoses du comique tels que Benoît Brière et Patrice Coquereau. Avec cette production des Fourberies de Scapin, la directrice du TNM confirme « le devoir de mémoire » de la compagnie associée à Molière depuis ses premiers jours, en 1951.

Dès le 16 janvier

MONIQUE MILLER ET GILLES RENAUD

Les chaises

C'est l'un des textes les plus graves (et difficiles à jouer) d'Eugène Ionesco. Une « farce tragique » sur un monde cauchemardesque qui court à sa perte ; et qui ressemble au nôtre... Dans Les chaises, un vieux couple officie une cérémonie des adieux, à laquelle sont convoqués des invités qui brillent par leur absence. Seule la multiplication de chaises sur la scène viendra meubler leur solitude. Monique Miller reprend ici ce rôle merveilleux, que la regrettée Hélène Loiselle a joué à deux reprises (au Quat'Sous et au Rideau Vert) en 1991 et en 2000. Miller sera secondée par l'excellent Gilles Renaud, sous le regard aiguisé du chef d'orchestre Frédéric Dubois (Le roi se meurt, La cantatrice chauve...).

Dès le 8 mai

MARIE-THÉRÈSE FORTIN

La détresse et l'enchantement

La merveilleuse interprète Marie-Thérèse Fortin a proposé au TNM, avec le metteur en scène Olivier Kemeid, ce projet offert en option à l'abonnement de saison. Un montage théâtral d'une grande oeuvre de la littérature québécoise (plutôt, canadienne-française), le roman autobiographique de Gabrielle Roy, La détresse et l'enchantement. Ce livre retrace les années de formation de la romancière, de son enfance au Manitoba à son retour d'Europe au début de la Seconde Guerre mondiale, quelques années avant d'entamer, à Saint-Henri, l'écriture de Bonheur d'occasion.

Dès le 27 février

MAUDE GUÉRIN ET MYLÈNE ST-SAUVEUR

Vu du pont

Pour Lorraine Pintal, la tragédie (nord-) américaine d'Arthur Miller sur les espoirs et les humiliations des immigrants est d'une actualité brûlante. Mme Pintal est heureuse de la traduction que Maryse Warda a faite de Vu du pont, une des rares femmes de lettres de cette saison 2017-2018, pas vraiment sous le signe de l'équité (une auteure - Gabrielle Roy - contre cinq auteurs masculins). « Je suis bien consciente qu'on ne rencontre pas l'équilibre hommes-femmes. Mais il faut prendre en considération la mission de la compagnie : faire découvrir des textes fondateurs du répertoire dominé par des hommes », dit Pintal qui fera la mise en scène et dirigera, entre autres, François Papineau, Maude Guérin et Mylène St-Sauveur.

Dès le 14 novembre




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer