Gérard Darmon: les copains d'abord

Avec Tout à refaire, Gérard Darmon signe pour la... (Photo André Pichette, La presse)

Agrandir

Avec Tout à refaire, Gérard Darmon signe pour la première fois de sa carrière la mise en scène d'une pièce de théâtre.

Photo André Pichette, La presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec plus d'une soixantaine de films, une bonne vingtaine de pièces de théâtre et trois albums à son actif, Gérard Darmon est un vieux routier du show-business français.

Pour la première fois en carrière, il signe la mise en scène d'une pièce, Tout à refaire, écrite par son complice Philippe Lellouche, avec qui il incarne un inséparable duo qui refait le monde autour d'un verre.

Entrevue avec l'acteur de 68 ans qui ne rate jamais une occasion de venir au Québec.

Comment est née cette collaboration avec Philippe Lellouche sur ce projet?

Un jour, Philippe m'a dit qu'il aimerait écrire une pièce pour moi. J'ai trouvé ça formidable, mais je n'étais pas certain d'avoir envie de jouer dans le genre de pièces qu'il écrit habituellement. Je les trouve très bien, ses pièces, et elles remportent d'immenses succès, mais je trouve que c'est du théâtre un peu en surface, un peu léger. Je lui ai dit qu'à l'aube de ses 50 ans, il serait temps d'ouvrir un peu les vannes et de plonger dans les choses qui le préoccupent. Il est parti avec ça et il a écrit quelque chose d'à la fois drôle et touchant tout en me laissant y mettre du mien.

Avec cette pièce, vous signez votre première mise en scène. Qu'est-ce qui vous a amené à passer de l'autre côté de la barrière?

On a très longtemps cherché un partenaire de scène dans ma tranche d'âge. Les gens auxquels on pensait n'étaient pas libres. Un jour, je lui ai proposé de prendre le rôle quitte à rajeunir un peu le personnage. Mais une autre année s'est écoulée avant que la pièce ne voie le jour, car on devait trouver un metteur en scène! Nous nous sommes heurtés au même problème et je me suis réveillé un matin en me disant que j'allais le faire moi-même puisque personne ne le pouvait! Philippe m'avait demandé à maintes reprises de le faire, alors il était content. Je trouvais compliqué d'être à la fois sur scène et en train de diriger, alors j'ai pris un conseiller artistique pour avoir un oeil extérieur dans la salle.

Vous semblez très proche de Philippe Lellouche. Comment vous êtes-vous rencontrés?

On se croisait sur des plateaux de télé sans jamais s'approcher. Mais nous avons des racines beaucoup plus profondes. Nos parents étaient très amis. Je suis plus âgé que Philippe et je ne le savais pas. Mon père accompagnait Philippe au judo quand il avait 10 ans! Il m'a raconté tout ça quand on a travaillé ensemble dans le film Bienvenue à bord. Ça m'a sidéré! Il connaissait mon père, moi le sien, et on ne s'en était jamais parlé. À partir du moment où nous nous sommes fait ces confidences, il y a près de six ans maintenant, on ne se quitte plus du tout! Depuis, j'ai joué dans son film et on en prépare un autre. C'est plus que de l'amitié entre nous, c'est de la fraternité.

Une relation qui transparaît dans cette pièce?

Totalement! Les deux amis qui sont assis à une terrasse de café et qui refont le monde, ça on le fait trois fois par semaine à Paris! À vivre dans la nostalgie de leurs souvenirs enjolivés, Joseph (Darmon) et Jean (Lellouche) s'empêchent de profiter de l'instant présent. La jeune serveuse qui les écoute va leur proposer étrangement de remonter le temps.

Pourquoi avoir choisi la comédienne Ornella Fleury pour vous donner la réplique?

On cherchait une actrice qui pouvait incarner ce personnage qui, de prime abord, est une simple serveuse de café, mais qui est en fait un une sorte d'envoyée spéciale et un ange venu du ciel. Philippe a vu son spectacle de stand-up à Paris et il a trouvé qu'elle correspondait bien à ce que l'on voulait. C'est sa première vraie pièce de théâtre et elle a cette fraîcheur formidable. Elle est tout de suite rentrée dans l'esprit de cette pièce.

Vous venez de tourner dans le dernier film de Claude Lelouch aux côtés de Jean Dujardin et préparez votre propre long métrage. Qu'en est-il d'un prochain album?

J'ai du pain sur la planche en tant qu'acteur! J'essaie de réunir du matériel pour un album très personnel. Je prends mon temps. Quand ce sera le moment, ça viendra. Mais j'ai envie de ce quatrième album.

____________________________________________________________________________

Tout à refaire, jusqu'au 20 novembre à l'Olympia de Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer