Dimanche Napalm de Sébastien David: champ de bataille

Sébastien David pose la question de la désillusion de... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Sébastien David pose la question de la désillusion de la jeunesse post-printemps érable et du fossé entre les générations dans Dimanche Napalm.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sébastien David fait son entrée sur la grande scène du Théâtre d'Aujourd'hui avec Dimanche Napalm. Dans sa nouvelle pièce, le jeune auteur prend son envol.

Dans Les haut-parleurs, son précédent texte créé l'an dernier à la salle Fred-Barry, Sébastien David cite Paul Éluard: «Le passé est un oeuf cassé, l'avenir est un oeuf couvé.»

Cette saison, le Centre du Théâtre d'Aujourd'hui est résolument ancré ici et maintenant. Les productions reflètent un vent de solidarité au sein de la jeunesse d'aujourd'hui. L'appel à la révolte, le rapport critique à l'actualité, la prise de parole des trentenaires, le dialogue entre les générations... Tels sont autant de thèmes chers au directeur artistique, Sylvain Bélanger. 

Dans Dimanche Napalm de et mis en scène par Sébastien David, on pose la question de la désillusion de la jeunesse post-printemps érable et du fossé entre les générations. Le spectacle met en vedette Alex Bergeron, Henri Chassé, Louison Danis, Sylvie Léonard, Geneviève Schmidt et Cynthia Wu-Maheux.

La pièce se décline en plusieurs courtes scènes. Le récit s'ouvre sur le personnage silencieux du Fils (Alex Bergeron) qui a raté sa tentative de suicide. Cloué dans fauteuil roulant, il se mure dans un mutisme.

«[Le] silence [du Fils] conduit tour à tour le Père, la Mère, la Soeur et Kim, son ancienne amoureuse, à se confronter à leurs désillusions, leurs rêves inachevés et leurs désirs enfouis. Le silence du Fils devient révélateur d'inconforts et de leur incapacité à changer le cours de leur vie.»

Alex Bergeron et Geneviève Schmidt dans Dimanche Napalm... (Photo Valérie Remise, fournie par le Théâtre d’Aujourd’hui ) - image 2.0

Agrandir

Alex Bergeron et Geneviève Schmidt dans Dimanche Napalm

Photo Valérie Remise, fournie par le Théâtre d’Aujourd’hui 

Expérience enrichissante

À 33 ans, Sébastien David dit avoir trouvé un équilibre entre sa vie personnelle et professionnelle. «Je voulais faire uniquement du théâtre. Et c'est ce qui m'arrive. Entre l'écriture, les créations, la mise en scène, l'enseignement.»

David a même travaillé durant un an avec l'équipe canadienne de nageuses synchronisées. «Je donnais des cours en dramaturgie aux athlètes, dit-il. J'ai même accompagné l'équipe aux Jeux de Rio cet été.»

Le fait de pratiquer son métier dans un milieu sportif de haut niveau, avec des athlètes disciplinées et super perfectionnistes, a été pour l'homme de théâtre une expérience très enrichissante. Toutefois, c'est surtout de voir l'expertise d'un artiste reconnu par un autre milieu qui a enchanté Sébastien David: «Au Québec, on a l'impression que les gens ne reconnaissent pas notre travail. On s'imagine souvent que les artistes sont des enfants gâtés. Alors que nous sommes des spécialistes dans notre domaine.»

En effet, pour David, «l'écriture est un long labyrinthe». L'auteur crée des spectacles de théâtre pour aborder des problématiques humaines et sociales. Il se place au coeur de son temps et souhaite porter les échos des préoccupations actuelles. Son entreprise se nomme La Bataille, mais plus qu'un champ de conflits, c'est un terrain de découverte avec le mandat d'enrichir le discours social et l'ouverture à l'autre. 

_______________________________________________________________________

Dimanche Napalm, au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui, jusqu'au 26 novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer