Le mea-culpa de Wajdi Mouawad

Wajdi Mouawad... (Photo fournie par l'Opéra de Lyon)

Agrandir

Wajdi Mouawad

Photo fournie par l'Opéra de Lyon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la première fois depuis l'affaire Cantat, Wajdi Mouawad a confié à un reporter de Ouest-France avoir envisagé d'abandonner le théâtre en 2011.

Questionné par le quotidien français sur sa plus grande déception, le nouveau directeur du Théâtre national de La Colline a répondu «tout ce qui a entouré» la création de la pièce Des femmes avec Bertrand Cantat.

«J'étais peiné pour tout le monde: les acteurs, Bertrand, la famille de Marie Trintignant, le public choqué et ceux qui étaient choqués qu'on soit choqué. Ce fut une erreur de ne pas avoir anticipé cette polémique, mais c'est dans ces moments-là qu'on compte ses amis. [...]

ùAprès cette affaire, j'ai voulu abandonner le théâtre pour écrire des livres. Je me suis enfermé un mois au Grand T [un théâtre à Nantes où Mouawad a été artiste associé de 2011 à 2016] pour voir si j'avais tout de même encore envie de faire du théâtre. C'est là que j'ai trouvé les nouvelles formes des derniers spectacles », dit l'auteur qui est revenu à une écriture scénique plus personnelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer