Rita Lafontaine: hommages de ses pairs

Janine Sutto... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Janine Sutto

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Janine Sutto: «C'était plus qu'une camarade ordinaire. J'avais beaucoup d'admiration pour elle. C'était un talent extraordinaire. Ça me fait de la peine, car Rita a eu une vie très dure. Mes plus beaux souvenirs, c'est quand on se voyait à un spectacle. C'est difficile de voir tout le monde partir avant moi.»

Yves Desgagnés: «Elle incarnait le personnage inspiré de ma propre mère dans Le nombril du monde. Elle a inventé le naturel au théâtre, selon moi. Elle avait l'air d'improviser tellement on ne "sentait" pas le texte et tellement on ne voyait aucune ficelle! Elle confondait la fiction avec sa façon de jouer. Le soir de la première, mes frères étaient quasiment morts d'une crise cardiaque tant elle était l'incarnation de notre mère! Sur le plan personnel, elle était très affectueuse, chaleureuse et zéro snob. Un pan de notre culture vient de disparaître.»

Janette Bertrand: «C'était le genre d'amie qu'on ne voit pas si souvent, mais avec qui on poursuit la discussion comme si c'était hier. Elle m'a appelée pour ma fête le 25 mars et on a beaucoup jasé. Sa douceur, son authenticité et sa franchise fantastique vont me manquer. C'est une grande actrice qui regrettait qu'on ne l'appelle pas plus souvent, récemment, pour des rôles. Ça la rendait un peu triste, car elle adorait jouer.»

Clémence Desrochers: «Jouer ensemble dans La grande séduction nous a vraiment liées. Rita venait me chercher tous les matins, car on habitait toutes les deux à L'Île-des-Soeurs. C'est une femme que j'ai beaucoup aimée. Je suis heureuse de l'avoir beaucoup fait rire, car elle a vécu des choses assez dramatiques. Les derniers temps, elle ne jouait pas assez et ça la rendait triste. Elle n'était pas bien, mais elle ne se soignait pas. Elle n'allait jamais chez le médecin; elle avait ses théories, il faut croire. J'ai le souvenir d'une femme tendre que les gens adoraient.»

Les Appendices: Le fameux tandem des sketches télévisés Les rois de la Main, Guy et René, a rendu un hommage à Rita Lafontaine... avec cette folie propre aux Appendices, bien sûr.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Rita Lafontaine: l'étoffe de ses rêves

    Théâtre

    Rita Lafontaine: l'étoffe de ses rêves

    Le hasard joue parfois de mauvais tours. Demain soir, à la première d'Encore une fois, si vous permettez, au Théâtre Jean-Duceppe, il y aura... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer