Roméo et Juliette/Pelléas et Mélisande: la quadrature du couple

À l'Usine C, la danse et le théâtre... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

À l'Usine C, la danse et le théâtre se fondent autour de Roméo et Juliette, mené par le duo Francis Ducharme et Clara Furey.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

Parce que les amours finissent mal... en général, deux productions qui prennent l'affiche cette semaine parlent de destins amoureux tragiques. À l'Usine C, la danse et le théâtre se fondent autour de Roméo et Juliette, mené par le duo Francis Ducharme et Clara Furey. Du côté du TNM, on nous fait plonger dans l'univers mystérieux de Maurice Maeterlinck avec la pièce Pelléas et Mélisande, où Sophie Desmarais et Éric Robidoux incarnent le couple interdit.

Francis Ducharme et Clara Furey: amour, tu me tueras

Ils sont naïfs, les amants de Vérone. Ce sont deux «enfants maudits» qui pensent que l'amour est une panacée contre l'injustice et la violence des hommes. Deux rêveurs dans un monde cauchemardesque.

Sous le titre (original) de La très excellente et lamentable tragédie de Roméo et Juliette, la chorégraphe Catherine Gaudet et le metteur en scène Jérémie Niel signent une adaptation de la pièce de Shakespeare et du ballet de Prokofiev.

Les créateurs fusionnent danse et théâtre et ils ont enfermé le couple mythique dans une chambre. L'espace d'une nuit, Roméo et Juliette vivront le grand amour qui finira par les détruire.

Pour incarner le couple dans la chair et dans l'âme, ils ont choisi Clara Furey et Francis Ducharme; deux puissants interprètes qui se sont rencontrés, il y a 10 ans, lors de la création du spectacle Poésie, sandwichs et autres soirs qui penchent de Loui Mauffette.

«On s'est approprié l'histoire de Shakespeare et le ballet de Prokofiev pour évoquer un amour impossible qui est aussi un peu notre histoire», explique Francis Ducharme.

Exit les familles Capulet et Montaigu. La crypte devient un lit; le balcon, une douche. L'action tourne uniquement autour des deux personnages qui sont tantôt Roméo et Juliette, tantôt Francis et Clara. «Aux répliques de Shakespeare, on a ajouté des extraits de notre correspondance au fil des années, explique Clara Furey. Des poèmes, des courriels, des textos ou des lettres personnelles.»

Possédés par l'esprit de Roméo et Juliette, les protagonistes brûlent de la passion imprégnée dans leurs muscles et leurs pores. Entre tradition et avant-garde, ils recréent une histoire d'amour impossible qui se termine en sacrifice. Une histoire aussi belle qu'universelle, cruelle et intemporelle qui nous rappelle que seul l'amour vient à bout de la guerre.

__________________________________________________________________________

À l'Usine C, du 13 au 17 janvier.

Sophie Desmarais et Éric Robidoux interprètent les candides... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Sophie Desmarais et Éric Robidoux interprètent les candides Mélisande et Pelléas, au TNM.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Sophie Desmarais et Éric Robidoux: méfiez-vous du grand amour

Comparativement aux deux amants de Vérone, on connaît moins bien le couple dramatique formé par Pelléas et Mélisande. «C'est un couple mythique qu'on a surtout représenté à travers la peinture et l'opéra, explique Éric Robidoux. Tellement qu'on pense souvent que c'est une oeuvre de Debussy. Or, Maurice Maeterlinck a écrit la pièce en 1892, avant d'en faire un livret pour le compositeur, 10 ans plus tard.»

Les deux comédiens ont le champ libre puisqu'ils travaillent sous la direction du metteur en scène de Québec Christian Lapointe, artiste singulier et figure de l'avant-garde théâtrale au Québec.

«Les pièces de Christian ressemblent souvent à des shows de garage. Et il a apporté le garage au TNM. On n'a pas l'impression de jouer dans un classique, mais de faire une création», dit Éric Robidoux.

Comme dans Roméo et Juliette, il y a beaucoup de passion, de désir et de pureté dans Pelléas et Mélisande. C'est une histoire d'amour et de jalousie entre trois protagonistes.

Opéra rock

La scène débute lors d'une partie de chasse, alors que le prince Golaud (Marc Béland) aperçoit une jeune fille au charme énigmatique (Mélisande). Elle pleure, seule et perdue au milieu de la forêt. Fasciné par sa grande beauté, il l'emmène et l'épouse.

Six mois plus tard, Golaud revient au château avec sa femme. Au cours d'une promenade pour oublier son ennui, Mélisande rencontre Pelléas, le beau-frère de son mari. Coup de foudre. La suite sera bien sûr tragique pour les chastes amoureux.

«À la fois la pièce et l'opéra étaient très modernes pour l'époque, dit Sophie Desmarais. À l'instar de Christian [Lapointe], Maeterlinck voulait faire éclater les formes artistiques de son époque. Il s'opposait au naturalisme. On se sent donc très libres dans la façon d'interpréter ce couple-là.»

Les deux comédiens parlent du spectacle comme d'un croisement entre le concert rock, le cinéma et le théâtre.

Musique originale

En plus du chef-d'oeuvre opératique de Debussy, plusieurs compositeurs du siècle dernier ont été inspirés par l'oeuvre de Maeterlinck.

Dans la production du Théâtre du Nouveau Monde, Christian Lapointe a fait appel au compositeur Nicolas Basque (du groupe Plants and Animals) pour créer une musique originale à partir de pièces signées Debussy, Fauré, Schönberg ou Sibelius.

Les interprètes ont des micros et ils chanteront sur scène. Éric Robidoux livre une chanson rock dans un style à mi-chemin entre Jim Morrison et Bertrand Cantat. Et Sophie Desmarais interprète une comptine douce et mélancolique.

_________________________________________________________________________

Au Théâtre du Nouveau Monde, du 12 janvier au 6 février.

Patrice Robitaille (Cyrano) et Magalie Lépine-Blondeau (Roxanne) dans... (PHOTO YVES RENAUD, FOURNIE PAR LE THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE) - image 3.0

Agrandir

Patrice Robitaille (Cyrano) et Magalie Lépine-Blondeau (Roxanne) dans Cyrano de Bergerac.

PHOTO YVES RENAUD, FOURNIE PAR LE THÉÂTRE DU NOUVEAU MONDE

D'autres grands amours tragiques

Qu'ils s'expriment dans la lanque de Molière ou de Shakespeare, quelques couples célèbres ont foulé les planches de nos théâtres. En voici quatre.

Cyrano et Roxane

Dans ce drame de cape et d'épée, le fougueux héros perd l'ultime combat contre son coeur. Il y a deux étés au TNM, Cyrano de Bergerac, joué par Patrice Robitaille, a ému le public et la critique. À ses côtés, l'excellente et séduisante Magalie Lépine-Blondeau dans la peau de Roxane.

Orphée et Eurydice

Ce grand mythe sur l'amour a été revisité en 2008 par la géniale chorégraphe montréalaise Marie Chouinard. «N'y cherchez pas une seule Eurydice, ni un seul Orphée; ils sont multiples, en nombre et en genre», pouvait-on lire dans le programme du FTA en 2008.

Valmont et Merteuil

La guerre entre le couple formé par la perfide marquise de Merteuil et le pervers vicomte de Valmont fera plusieurs victimes, dont la jeune et vertueuse Cécile Volanges et la présidente de Tourvel. Mais la principale victime demeure l'Amour.

Othello et Desdémone

La jalousie est au coeur du drame de Shakespeare. Le manipulateur Iago pousse le prince Othello à tuer sa femme, dont il est pourtant éperdument amoureux. Réalisant la monstruosité de son geste, Othello se suicidera ensuite. Raymond Bouchard et Markita Boies ont interprété les légendaires personnages en mai 1986, au TNM, comme l'ont fait en 2013 Andrew Moodie et Amanda Lisman au Centre Segal.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Christian Lapointe: un homme de feu

    Théâtre

    Christian Lapointe: un homme de feu

    Tous les acteurs qui ont travaillé sous la direction du metteur en scène Christian Lapointe vous diront la même chose. Qu'il est intense, passionné,... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer