Un nouveau départ à l'Espace libre

Jean Asselin, Sylvie Moreau et Réal Bossé, codirecteurs... (Photo Andre Pichette, La Presse)

Agrandir

Jean Asselin, Sylvie Moreau et Réal Bossé, codirecteurs de la compagnie Omnibus.

Photo Andre Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Geoffrey Gaquère a dévoilé hier les 11 «escales théâtrales» de sa première saison à titre de directeur artistique d'Espace libre.

La dramaturge et comédienne Evelyne de la Chenelière ouvrira la nouvelle saison d'Espace libre avec sa pièce Septembre, produite par le Nouveau Théâtre expérimental (NTE).

L'auteure de Bashir Lazhar incarnera une mère de famille qui doit récupérer sa fille de l'école, mais qui se perd dans des rêveries solitaires «ludiques et macabres». Daniel Brière signera la mise en scène.

En février, le NTE codirigé par Alexis Martin et Daniel Brière proposera un texte intrigant qu'ils ont coécrit: Animaux. Le tandem s'est demandé s'il était possible de mettre des animaux «en situation de représentation». La pièce mettra en vedette Sophie Cadieux, Hubert Proulx et des animaux. 

De son côté, la compagnie Omnibus, codirigée par Jean Asselin, Réal Bossé et Sylvie Moreau, reprendra en octobre sa pièce Spécialités féminines, créée en début d'année. Une performance de théâtre et de mime brillamment défendue par Laurence Castonguay Emery, Sylvie Chartrand et Marie Lefebvre.

Omnibus en remettra en avril 2016 avec une nouvelle création de Réal Bossé, Plywood. Une pièce qui mettra en scène «des jeunes gens et leurs trois maudites feuilles de quatre par huit». La distribution n'est pas encore connue, mais la compagnie cherche de cinq à dix acteurs «qui ont du coeur au ventre».

Une création de Philippe Ducros 

Du 6 au 24 octobre, on pourra assister au nouveau projet de Philippe Ducros, Bibish de Kinshasa. L'auteur et metteur en scène, qui avait témoigné de son séjour au Congo et au Togo avec La porte du non-retour, s'intéresse au parcours d'une immigrante congolaise. Le texte est signé par Marie-Louise Bibish Mumbu, qui sera sur scène avec Gisèle Kayembe et Philippe Ducros.

La nouvelle année sera inaugurée par le Théâtre du Futur mené par Olivier Morin et Guillaume Tremblay, qui nous ont décoiffés avec leur délirant Épopée Nord. Cette fois, ils nous proposent un opéra baptisé La vague parfaite (du 12 au 30 janvier). Nous sommes dans un village de surf à Tahiti en présence de «douchebags» qui tenteront de séduire une journaliste japonaise intéressée par leur mode de vie.

Mère et filles juives 

En février, on pourra revoir l'acteur et metteur en scène d'origine indienne Ravi Jain, qui nous avait assez divertis il y a deux ans avec le récit de son mariage organisé, débattu sur scène avec sa mère. Comme il l'avait fait l'an dernier à l'OFFTA, le dramaturge torontois réunira des mères et des filles juives d'ici qui s'interrogeront sur leurs rôles «en tant que femmes et en tant que juives». 

Les autres «escales théâtrales» proposées par Geoffrey Gaquère sont Table rase, du Collectif Chiennes et de Brigitte Poupart, La LNI s'attaque aux classiques, Native Girl Syndrome de Lara Kramer Danse et Pôle Sud, documentaires scéniques, deuxième collaboration du couple formée d'Anaïs Barbeau-Lavalette et Émile Proulx-Cloutier qui explorera la vie du quartier Centre-Sud de Montréal.

espacelibre.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer