Mike Ward lance une campagne de sociofinancement

Mike Ward... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Mike Ward

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'humoriste Mike Ward lance une campagne de sociofinancement destiné à l'aider à payer les frais juridiques de son appel de sa condamnation contre Jérémy Gabriel.

Ward a été condamné la semaine dernière par le Tribunal des droits de la personne à payer 35 000 $ à Jérémy Gabriel et 7000 $ à sa mère pour avoir outrepassé les limites de son droit à la liberté d'expression en faisant des blagues discriminatoires envers le jeune homme atteint du syndrome de Treacher-Collins.

Dans une lettre affichée sur le site internet GoFundMe, ayant pour titre « L'humour n'est pas un crime », Ward affirme qu'il a payé 92 000 $ en frais juridique pour se défendre devant le tribunal, alors qu'il était représenté par l'avocat Julius Grey.

« Je suis un humoriste canadien qui a été poursuivi par son gouvernement pour avoir ri d'une célébrité régionale qui a chanté pour le pape. J'ai été condamné par la Commision des droits de la personne et j'ai refusé de payer. Certains me présentent comme un héros de la liberté d'expression, d'autres comme un lâche qui a ri d'un enfant handicapé. La vérité se trouve quelque part entre les deux », a écrit l'humoriste dans son texte en anglais. 

Avec cette campagne de sociofinancement, Mike Ward espère amasser 93 000 dollars. « L'argent ira à payer mes frais d'avocats et tout l'excédent sera versé dans un fonds destiné à aider le prochain humoriste à qui cela arrivera », a-t-il poursuivi. 

En début de soirée, l'humoriste a également réagi sur sa page Facebook dans un message écrit en français. 

« Je veux juste commencer en disant que je ne défends pas le gag que j'ai fait, mon gag était méchant. Je le sais. Je défends l'idée derrière le gag. Tu as le droit d'être choqué par une blague, mais tu ne devrais pas te servir d'un organisme gouvernemental parce qu'un humoriste a froissé tes émotions », a écrit Mike Ward. 

« J'ai perdu. On va en appel. Petit scoop pour les curieux, si on perd en appel on va aller à la Cour Suprême. (...) C'est pour ça que je compte partir une fondation pour aider les prochains qui vont se faire poursuivre », a continué l'humoriste dans sa lettre ouverte. 

« Le lendemain du verdict, j'ai décidé de donner le 7000 $ (ce que le juge m'a ordonné de payer à la mère) à la Fondation Jasmin Roy, [une fondation qui combat l'intimidation]. Another one of my sick, twisted jokes. Go fuck yourselves !!! », a-t-il conclu.

Cliquez ici pour lire le message de Mike Ward : http://bit.ly/29XO2Vw 

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer