Une journée avec les filles de Like-moi !

Les quatre filles de Like-moi! se sont donné rendez-vous chez... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Les quatre filles de Like-moi! se sont donné rendez-vous chez Marie Soleil Dion (au centre) pour se préparer pour le Gala Les Olivier.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugo Meunier
Hugo Meunier
La Presse

Les filles de Like-moi ! nous donnent rendez-vous en début d'après-midi chez Marie Soleil Dion, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Le temps est frisquet, ce qui n'empêche pas un voisin de jardiner, arborant bien malgré lui la proverbiale « craque de plombier ».

À l'intérieur du condo originalement décoré, le coiffeur Martin et le maquilleur Richard s'activent pour pomponner les quatre jeunes femmes, à l'ombre d'un cadre du défunt pape Jean-Paul II. « J'avais 2 mois quand il est venu à Québec et il m'avait baptisée dans la foule », justifie Marie Soleil Dion, qui possède aussi un coussin à l'image de Patrick Swayze et une vieille cassette VHS des New Kids on the Block.

Sa mère Anne est sur place, tout comme son conjoint, le comédien Louis-Olivier Mauffette, et la mignonne fillette de ce dernier.

Près d'un petit buffet dans l'escalier, Katherine Levac pianote sur son cellulaire. Son chum lui envoie une photo de sa coupe de cheveux pour avoir son avis. Cette ancienne fan du Coeur a ses raisons n'aurait jamais imaginé se retrouver un jour dans une émission signée par le prolifique Marc Brunet.

«Like-moi !, c'est une affaire de gang, et ça demande beaucoup de travail, de rigueur. Marc Brunet, c'est un génie du texte.»

Katherine Levac

Karine Gonthier-Hyndman, qui hésite entre une robe courte et une longue, s'entretient par Skype avec sa mère, fébrile, en France. « Quand on a commencé à tourner [Like-moi !], on savait que ça marcherait, on le sentait », confie la comédienne.

Son acolyte de Like-moi !, Guillaume Lambert, débarque sur ces entrefaites, tiré à quatre épingles dans son costume bleu poudre.

Florence Longpré, la populaire Gaby Gravel de l'émission, se fait coiffer dans la cuisine. Est-ce Florence ou Gaby qui ira au gala ? « C'est Florence, mais Gaby fera peut-être une apparition ! », lance la comédienne.

Si l'ambiance est bon enfant, au son du nouvel album de Fred Fortin, difficile d'échapper à la polémique qui secoue depuis quelques jours le monde de l'humour au sujet du sketch censuré de Mike Ward et Guy Nantel.

Selon Katherine Levac, seule humoriste assumée du groupe, il est difficile de faire son travail dans le contexte actuel. « Dès que tu commences à faire de la télé, tu commences à te censurer. L'humour, c'est punk, la scène, c'est punk, et c'est difficile pour moi de faire la différence entre la scène et la télé », explique-t-elle.

Après les égoportraits d'usage, c'est le départ vers Radio-Canada, où se déroule le gala. Florence Longpré répète son numéro en chemin.

Ça promet.

Photos et entrevues

Katherine Levac et elle se faufilent en catimini derrière la horde de photographes postés dans le hall d'entrée de la grande tour brune, où le tapis rouge a été déroulé.

Dans sa loge au sous-sol, Florence Longpré demande l'avis de notre photographe sur les boucles d'oreilles qu'elle devrait porter. Katherine disparaît dans les couloirs pour retrouver des amis.

Le groupe se retrouve un peu plus tard sur le tapis rouge, mitraillé par les appareils photo, avant d'enfiler les entrevues à la chaîne.

La plupart des questions tournent autour de la polémique entourant la censure. Les comédiens de Like-moi ! marchent sur des oeufs. « Ah, la censure, c'est pas fin ! », résume Florence Longpré à une journaliste.

Un peu plus loin, Karine Gonthier-Hyndman dit espérer gagner, même si rien n'est joué. « Moi, je pense que vous allez gagner, vous êtes les meilleurs », lui souffle la journaliste à l'oreille.

Comme le gala célèbre sa 18e édition, un autre journaliste demande à Florence Longpré ce qu'elle a fait de pire à 18 ans, tandis qu'une autre lui demande qui est l'humoriste le plus « gossant ».

Pendant qu'une consoeur demandait à quelqu'un quelle planète elle serait dans le système solaire si elle avait à choisir, plusieurs humoristes défilaient sur le tapis avec des masques pour afficher leur solidarité avec leurs confrères censurés.

À part Katherine Levac, la gang de Like-moi ! ne participe pas au mouvement. « On est un peu des outsiders ici », résume Karine Gonthier-Hyndman.

« Des comédiens dans un party d'humoristes », a résumé un peu plus tôt Guillaume Lambert, néanmoins d'avis que la liberté d'expression est l'affaire de tous.

Moment d'euphorie dans la salle lorsque la série Like-moi ! a remporté sa statuette. Dans la salle de presse après la remise de leur prix, les sourires étaient fendus jusqu'aux oreilles.

«C'est l'fun de gagner en groupe et de participer à un show de nouveaux visages !»

Marie Soleil Dion

Karine Gonthier-Hyndman était pour sa part très fière de cette première récompense. « J'ai le goût de prendre un verre. Deux ou trois, même ! »

Florence Longpré n'était pas en leur compagnie, puisqu'elle se préparait à grimper sur scène pour sa présentation en fin de gala.

On laisse d'ailleurs le mot de la fin à sa Gaby Gravel.

« Si mon cours de cosmétique m'a appris quelque chose, c'est que parfois, la seule façon d'atteindre ton but, c'est de tenir la tête de ta rivale dans l'eau. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer