Exclusif

François Pérusse: bientôt un 10Album du peuple

Le succès des albums de François Pérusse, dont... (PHOTO FRANÇOIS ROY, archives LA PRESSE)

Agrandir

Le succès des albums de François Pérusse, dont le premier tome est paru en 1991, est sans équivoque. À ce jour, près de 2 millions d'exemplaires ont été vendus.

PHOTO FRANÇOIS ROY, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'humoriste François Pérusse, qui fête cette année ses 25 ans de carrière, lancera son 10Album du peuple le 27 novembre, a appris La Presse. L'inénarrable créateur, qui a eu droit à un gala hommage cet été à Juste pour rire, dévoilera lundi une capsule humoristique d'environ une minute qui en fait l'annonce - et que La Presse+ diffuse en primeur.

On y voit l'humoriste dans la salle de presse de la Maison-Blanche, annonçant (en anglais) la sortie de ce nouvel album. Une traduction simultanée (en français) déforme complètement ses propos. Ce «sketch» annonce en partie les couleurs de cet album, où l'on retrouvera bien sûr de nouveaux gags sur les traducteurs.

«J'utilise depuis quelques années un modèle de jokes sur les traducteurs, nous dit François Pérusse. Des gens qui traduisent les propos de nos premiers ministres, des présidents d'entreprises, des dignitaires, que ce soit à la radio ou à la télé. On en retrouve dans les tomes

8 et 9 et il y en aura dans ce 10e tome», a-t-il indiqué.

Ce nouvel opus est «très avancé», nous dit-il, même si, comme pour les tomes précédents, il remet constamment en question son contenu. «Je fais des écoutes prolongées de mon matériel pour savoir si je m'en tanne et je fais des changements jusqu'à la dernière minute.»

À la demande générale...

L'album du peuple, tome 10 contiendra environ 120 extraits humoristiques, y compris quatre chansons originales. François Pérusse reprendra certaines capsules pour souligner ses 25 ans de carrière, mais l'essentiel de l'album est constitué de nouveaux gags et chansons, dans la continuité de ses Albums du peuple.

«Il y a des choses que je n'ai pas le choix de mettre, parce que sinon je vais avoir des plaintes», souligne-t-il.

«L'animateur de radio communautaire ou le gars qui magasine reviendront, cite-t-il en exemple. Il y a aussi des extraits de mes deux dernières saisons de radio puisque mon dernier album date de 2013. Des gags que je trouve drôles.»

Pour le reste, François Pérusse continuera d'aborder des questions d'actualité, que ce soit pour parler, par la bande, d'environnement ou de politique. «Je ne parlerai pas directement de Volkswagen, illustre-t-il, mais je peux parler de l'être humain qui est prêt à tricher pour faire toujours plus d'argent. Ça rend mon propos plus durable...»

Ce qui distingue cet album des neuf autres, selon François Pérusse, c'est l'utilisation des instruments de musique. «Dans les chansons, par exemple, je joue de la basse ou de la guitare. Des claviers aussi. Par le passé, j'utilisais plus des échantillonnages, mais, cette année, je suis retourné aux sources de mon travail de musicien.»

François Pérusse nous assure qu'il ne pensait pas faire un 10e album. «C'est de plus en plus de travail pour moi, dit-il, parce que, d'un album à l'autre, on ne peut plus faire les mêmes blagues...»

Avec ses Deux minutes du peuple diffusées quotidiennement sur les ondes d'Énergie (94,3 FM), ses capsules humoristiques de la Tite chambre, diffusées depuis deux ans sur RDS, et le projet de série télé auquel il travaille, il faut dire qu'il manque également de temps.

N'empêche. Le succès de ses albums, dont le premier tome est paru en 1991, est sans équivoque. À ce jour, près de 2 millions d'exemplaires ont été vendus.

«Ce qui est formidable, c'est que les gens en redemandent», se réjouit François Pérusse, qui avoue «prier la vie» avant chaque sortie d'album «pour que les gens aiment ça».

«J'ai l'impression que c'est de l'amour. C'est comme lorsque vous préparez un plat pour votre famille et que tout le monde en redemande. C'est quand même flatteur...»

Qu'est-ce qui explique le succès de ses albums, selon lui? François Pérusse hésite avant de tenter une réponse:

«Je pense qu'il y a le ton, les tournures de phrases, le côté enfantin et baveux de mes personnages également. Il y a des critiques envers les gens, mais aussi envers nous-mêmes. La critique sociale est de plus en plus présente dans mes albums, c'est ce qui m'a permis de survivre. Au fond, je dis: rions un peu, mais souvenons-nous-en!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer