Symfolium 2015: hommage à une ville libre!

François Gourd (à gauche) et le Dr. Patch... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

François Gourd (à gauche) et le Dr. Patch Adams, de passage à Montréal l'an dernier dans le cadre du Symfolium.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Comme tous les 1er avril depuis 15 ans, François Yo-Gourd célèbre la «fête des fous» avec des invités encore plus excentriques que lui! Et il ne remet pas son titre de «Grand Rectum» de l'Université de Foulosophie à n'importe qui. Les heureux élus doivent contribuer, à leur manière, à «rehausser le niveau de folie créatrice». Outre Patch Adams, le réalisateur Alejandro Jodorowsky et le poète Fernando Arrabal en sont les plus récents lauréats.

Cette année, il a eu envie «d'encourager et d'honorer» l'aventure utopiste des quelque 1000 habitants du quartier de Christiania, autoproclamé «ville libre», à Copenhague. Une petite enclave où il n'y a ni voiture, ni corps policier, ni maire, qui abrite une des rares communautés autogérées d'Europe. Un territoire fondé en 1971 par un groupe de squatteurs, de hippies et d'artistes.

«J'ai été à Copenhague en 2004, juste avant de suivre mon stage de clown avec le Dr Patch Adams, raconte François Gourd. C'était pour moi comme un rêve de me retrouver dans cette ville-là. L'endroit est magnifique, c'est un paradis terrestre, comme le village d'Astérix et Obélix, ce sont des irréductibles qui résistent au système capitaliste!»

Un paradis relatif, tempère Ole Lykke Andersen, archiviste de Christiania, qui habite le quartier depuis 35 ans et qui sera à Montréal pour la première fois avec quatre de ses concitoyens - musiciens et artistes de cabaret - pour recevoir les grands honneurs des mains de François Gourd.

«Avant, on prenait toutes les décisions entre nous. Maintenant, il faut s'adresser aux tribunaux ou à l'État», regrette-t-il.

C'est qu'en 2011, à la suite d'une interminable saga judiciaire, la Cour suprême du Danemark a statué que les terrains de ce quartier de 34 acres appartenaient à l'État. Les Christianites se sont donc entendus avec le gouvernement pour racheter une partie des terrains occupés par ses habitants.

Grâce à un emprunt de 25 millions, une fondation a été mise sur pied pour préserver le statut de Christiania.

«Notre fondation demeure propriétaire de Christiania, explique Ole Lykke, donc nous sommes encore une commune, même si maintenant nous devons payer un loyer à l'État, ce que nous n'avions pas à faire avant. C'est quand même 40% de ce que les habitants nous versent qu'on doit maintenant redonner à l'État...»

Des habitants choisis

Personne là-bas n'achète ou ne vend de bâtiment ou d'appartement. Ceux qui souhaitent habiter la ville doivent se présenter dans des assemblées citoyennes et faire valoir les raisons pour lesquelles ils veulent s'y installer. Ces comités choisissent le candidat qui pourra le mieux «contribuer à l'épanouissement de la ville». Il paie ensuite un loyer modique à la fondation.

Autre attraction de Christiania: Pusher Street, où l'on peut acheter du cannabis en toute légalité. Malheureusement, au cours des dernières années, des groupes de motards ont pris d'assaut la célèbre avenue et s'affrontent entre eux. «Nous aimerions que le gouvernement légalise la marijuana parce que, pour l'instant, une partie de la ville est prise en otage», nous dit Ole Lykke.

«Christinia demeure un quartier paisible où les gens marchent et se parlent», poursuit l'archiviste du quartier, qui est aussi photographe. «C'est mon rêve d'avoir un quartier pareil à Montréal, s'emballe François Gourd. Mais c'est difficile... même le Plateau Mont-Royal est en voie de condomisation... Il n'y a pas d'endroit idéal pour implanter ce genre de commune dans notre ville.»

Mardi prochain, les cinq représentants de Christiania feront une présentation de leur ville, notamment en diffusant des extraits de documentaires. On présentera ensuite un spectacle de cabaret au Théâtre Rialto. Le lendemain (mercredi), c'est François Gourd qui leur rendra hommage avec son «cabaret d'incantation» qui réunira une cinquantaine d'artistes.

Un film sur la visite de Patch Adams

François Gourd ne manque jamais l'occasion de filmer ses invités. Cette année, il projettera le film qu'il a réalisé avec Mélanie Ladouceur lors du passage du Dr Patch Adams l'an dernier. Le célèbre médecin américain recevra d'ailleurs lundi une médaille de l'Assemblée nationale des mains des trois députés de Québec Solidaire - Françoise David, Manon Massé et Amir Khadir. Le film sera projeté lundi (aujourd'hui) à 13h33 et 19h02 au Rialto, en présence du célèbre médecin.

Du 28 mars au 2 avril, au Théâtre Rialto. www.udfou.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer