En coulisses avec Mike Ward

  • Tout juste une heure avant le début du spectacle, il ne pourrait régner une ambiance plus décontractée dans la loge de Mike Ward. En fait, on se croirait à un <em>party</em> entre vieux amis. L'humoriste prend le temps de discuter avec son équipe technique, qui le suit depuis plus de 10 ans, et n'est pas du genre à aller s'isoler pour se concentrer. (Photo: André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Tout juste une heure avant le début du spectacle, il ne pourrait régner une ambiance plus décontractée dans la loge de Mike Ward. En fait, on se croirait à un party entre vieux amis. L'humoriste prend le temps de discuter avec son équipe technique, qui le suit depuis plus de 10 ans, et n'est pas du genre à aller s'isoler pour se concentrer.

    Photo: André Pichette, La Presse

  • 1 / 8
  • L'ex-membre des Chick'n'Swell Daniel Grenier assurera la première partie de Mike Ward tout au long de sa tournée. (Photo: André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    L'ex-membre des Chick'n'Swell Daniel Grenier assurera la première partie de Mike Ward tout au long de sa tournée.

    Photo: André Pichette, La Presse

  • 2 / 8
  • «Mon cerveau est à son meilleur entre trois et quatre bières! confie Mike Ward, décontracté. Je n'ai pas toujours été aussi relax que ça. Au début, je regardais même à terre au lieu de m'adresser au public! Un jour, un humoriste américain m'a dit que ça prenait au moins 500 <em>shows</em> pour être un humoriste et savoir quelle était vraiment ta voie», raconte celui qui a maintenant plus de 4000... (Photo: André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    «Mon cerveau est à son meilleur entre trois et quatre bières! confie Mike Ward, décontracté. Je n'ai pas toujours été aussi relax que ça. Au début, je regardais même à terre au lieu de m'adresser au public! Un jour, un humoriste américain m'a dit que ça prenait au moins 500 shows pour être un humoriste et savoir quelle était vraiment ta voie», raconte celui qui a maintenant plus de 4000...

    Photo: André Pichette, La Presse

  • 3 / 8
  • «J'ai demandé à mon gérant de me <em>booker</em> une tournée dans les bars sans avoir aucun texte en poche. J'ai fait comme Jean-Marc Parent: j'ai improvisé et j'ai gardé ce qui marchait. Puis, j'ai mis ça sur papier et j'ai fait la script-édition, explique l'humoriste, qui ne relit aucune note avant ses spectacles. Mon spectacle n'est jamais vraiment fini d'être écrit.» (Photo: André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    «J'ai demandé à mon gérant de me booker une tournée dans les bars sans avoir aucun texte en poche. J'ai fait comme Jean-Marc Parent: j'ai improvisé et j'ai gardé ce qui marchait. Puis, j'ai mis ça sur papier et j'ai fait la script-édition, explique l'humoriste, qui ne relit aucune note avant ses spectacles. Mon spectacle n'est jamais vraiment fini d'être écrit.»

    Photo: André Pichette, La Presse

  • 4 / 8
  • Mike Ward travaille avec son metteur en scène et concepteur de décor Daniel Fortin depuis 2010. (Photo: André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    Mike Ward travaille avec son metteur en scène et concepteur de décor Daniel Fortin depuis 2010.

    Photo: André Pichette, La Presse

  • 5 / 8
  • «On était autour de la table et <em>Chien</em>, le titre du <em>show</em>, est sorti et Daniel s'est mis à griffonner», explique Mike Ward. «C'était tellement clair pour moi! renchérit Daniel Fortin. Beaucoup de gens veulent le faire taire, alors s'il était un chien, on lui mettrait une muselière. On fait sortir la bête de sa cage le temps d'un show.» (Photo: André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    «On était autour de la table et Chien, le titre du show, est sorti et Daniel s'est mis à griffonner», explique Mike Ward. «C'était tellement clair pour moi! renchérit Daniel Fortin. Beaucoup de gens veulent le faire taire, alors s'il était un chien, on lui mettrait une muselière. On fait sortir la bête de sa cage le temps d'un show.»

    Photo: André Pichette, La Presse

  • 6 / 8
  • «J'aime avoir un uniforme. J'ai été élevé dans la classe moyenne! Et comme les vieux de la vieille en humour, j'aime arriver sur scène avec des habits fraîchement pressés. Lors de la première médiatique en Outaouais, je portais ce t-shirt de chien-loup que j'aime beaucoup. J'en ai commandé six autres sur internet pour toute ma tournée!», lance Mike Ward. (Photo: André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    «J'aime avoir un uniforme. J'ai été élevé dans la classe moyenne! Et comme les vieux de la vieille en humour, j'aime arriver sur scène avec des habits fraîchement pressés. Lors de la première médiatique en Outaouais, je portais ce t-shirt de chien-loup que j'aime beaucoup. J'en ai commandé six autres sur internet pour toute ma tournée!», lance Mike Ward.

    Photo: André Pichette, La Presse

  • 7 / 8
  • L'humoriste, diabétique, n'oublie pas de vérifier sa glycémie avant de monter sur scène. (Photo: André Pichette, La Presse)

    Plein écran

    L'humoriste, diabétique, n'oublie pas de vérifier sa glycémie avant de monter sur scène.

    Photo: André Pichette, La Presse

  • 8 / 8

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

À trois jours de la grande première montréalaise de Chien, son troisième spectacle en carrière, Mike Ward a invité La Presse à le suivre dans les coulisses de L'Étoile Quartier Dix30, où il n'a pas mis les pieds sur scène depuis déjà deux ans.

Détente avec l'équipe technique

Tout juste une heure avant le début du spectacle, il ne pourrait régner une ambiance plus décontractée dans la loge de Mike Ward. En fait, on se croirait à un party entre vieux amis. L'humoriste prend le temps de discuter avec son équipe technique, qui le suit depuis plus de 10 ans, et n'est pas du genre à aller s'isoler pour se concentrer. «Guy Nantel et moi avons la même équipe technique. On les a en garde partagée! J'arrive une heure avant le show, sinon je tourne en rond», dit l'humoriste.

Chauffer la foule

L'ex-membre des Chick'n'Swell Daniel Grenier assurera la première partie de Mike Ward tout au long de sa tournée. «On est sortis de l'école de l'humour ensemble en 1995. J'avais fait un show avec les Chick'n'Swell au Festival de la vache qui chie à l'époque où ils n'étaient que deux! Daniel est de ma génération, mais son style est à des années-lumière du mien. Il passe toujours me chercher: j'aime boire avant, pendant et après le show, alors ça me prend un chauffeur désigné!»

Décontract

«Mon cerveau est à son meilleur entre trois et quatre bières! confie Mike Ward, décontracté. Je n'ai pas toujours été aussi relax que ça. Au début, je regardais même à terre au lieu de m'adresser au public! Un jour, un humoriste américain m'a dit que ça prenait au moins 500 shows pour être un humoriste et savoir quelle était vraiment ta voie», raconte celui qui a maintenant plus de 4000 spectacles au compteur.

Sans filet

«J'ai demandé à mon gérant de me booker une tournée dans les bars sans avoir aucun texte en poche. J'ai fait comme Jean-Marc Parent: j'ai improvisé et j'ai gardé ce qui marchait. Puis, j'ai mis ça sur papier et j'ai fait la script-édition, explique l'humoriste, qui ne relit aucune note avant ses spectacles. Mon spectacle n'est jamais vraiment fini d'être écrit. J'ai un sketch sur un monsieur qui m'amène en cour qui durait 45 secondes au début, qui fait quatre minutes aujourd'hui. Si ça continue je vais faire comme Patrick Huard avec son chauffeur de taxi et il va durer la moitié du show!», dit-il en riant.

L'homme derrière le show

Mike Ward travaille avec son metteur en scène et concepteur de décor Daniel Fortin depuis 2010. «Je lui fais confiance à 1000 %. Pour Chien, il m'a présenté deux idées de décor et m'a demandé de choisir. Je lui ai dit: "Lequel sera le plus fun pour toi?" Après tout, moi je suis dos au décor!», déclare l'humoriste. «Mike est le seul à qui je ne dirais jamais non. Personne ne l'égale», lance quant à lui Daniel Fortin.

Le concept

«On était autour de la table et Chien, le titre du show, est sorti et Daniel s'est mis à griffonner», explique Mike Ward. «C'était tellement clair pour moi! renchérit Daniel Fortin. Beaucoup de gens veulent le faire taire, alors s'il était un chien, on lui mettrait une muselière. On fait sortir la bête de sa cage le temps d'un show. Le décor de Chien est la suite logique de S'eXpose. On y retrouve le X puisque la cage en aluminium qui est dotée de six moteurs se transforme pour former cette lettre sur scène», explique le metteur en scène.

Veston et t-shirt de chien-loup

«J'aime avoir un uniforme. J'ai été élevé dans la classe moyenne! Et comme les vieux de la vieille en humour, j'aime arriver sur scène avec des habits fraîchement pressés. Lors de la première médiatique en Outaouais, je portais ce t-shirt de chien-loup que j'aime beaucoup. J'en ai commandé six autres sur internet pour toute ma tournée!», lance Mike Ward.

Place au spectacle

L'humoriste, diabétique, n'oublie pas de vérifier sa glycémie avant de monter sur scène. «Je n'ai pas vraiment de routine. Je prends toujours le pouls de la salle avant de présenter la première partie. J'en profite pour repérer une spectatrice de moins de 21 ans aux premiers rangs pour mon premier sketch. Je présente Daniel Grenier au micro en restant en coulisses, j'attends cinq minutes qu'il débute et je repars dans la loge pour aller aux toilettes. Je suis incapable de faire autrement!»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer