Agora de la danse: paroles de femmes, regards d'hommes

Catherine Tardif et Michel F. Côté.... (Photo: fournie par l'Agora de la danse)

Agrandir

Catherine Tardif et Michel F. Côté.

Photo: fournie par l'Agora de la danse

L'Agora de la danse a dévoilé hier la programmation de sa prochaine saison. Alors que Thomas Lebrun, Sylvain Émard et Karine Ledoyen (qui signe Danse de garçons) apporteront un angle masculin, la parole sera surtout donnée aux femmes à travers les créations de Deborah Dunn, Dominique Porte et Mathilde Monnier. Francine Bernier, directrice artistique et générale de l'Agora de la danse, nous présente quatre spectacles à voir à l'automne. Info: www.agoradanse.com/fr

Trois décennies d'amour cerné

«Je cherchais en vain un spectacle d'ouverture percutant, explique Francine Bernier. J'ai vu la création de Thomas Lebrun et ç'a été un coup de foudre. Je ne m'étais jamais arrêtée aux bouleversements provoqués par le sida sur l'ensemble de la société; en regardant Trois décennies d'amour cerné, on se rend compte que cela a changé toute notre vie. Je trouve intéressant d'interpeller l'ensemble de la société avec la danse. C'est magnifique.» Du 23 au 26 septembre 2014.

Gustavia

«La chorégraphe française Mathilde Monnier sera sur scène avec l'Espagnole La Ribot. C'est un duo comique, elles font vraiment du Buster Keaton! constate Francine Bernier. Ce sont des femmes qui ont de l'expérience et qui livrent quelque chose d'hallucinant. On est souvent sombre, en danse, et je voulais aussi quelque chose d'amusant dans ma saison. Mathilde Monnier est venue au Québec il y a plus de 20 ans et elle tournera dans la province avec ce spectacle.» Du 29 au 31 octobre 2014.

6,3 Évanouissements

«Catherine Tardif et Michel F. Côté convient Fortner Anderson, Marc Boivin, Sophie Corriveau et Benoît Lachambre à la danse. Ils se connaissent bien et ont déjà dansé ensemble. Je pense qu'ils vont nous proposer quelque chose de fort intéressant! À tour de rôle, ils sont sollicités comme interprètes et comme chorégraphes. Dans sa légèreté évanescente comme dans le poids du corps qui tombe, l'évanouissement est le seul impératif avec lequel ils doivent composer», indique Francine Bernier. Du 12 au 15 novembre 2014.

Le délire domestique

Deborah Dunn offre des paroles de femmes: sept tableaux, sept solos, dont ceux de Louise Lecavalier et d'Audrée Juteau. La chorégraphe met à mal le confort de la maisonnée avec ces solos construits comme autant de visions décalées, modernes et poétiques de l'univers féminin. Les interprètes s'emparent des petits gestes du quotidien, chacune à son tour, pour exacerber la beauté de l'ordinaire. Du 22 au 25 octobre 2014.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer