EMMAC Terre marine: corps éternel

C'est après avoir entendu la musique composée par... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

C'est après avoir entendu la musique composée par Jorane (à gauche) pour le documentaire La planète blanche sur le Grand Nord qu'Emmanuelle Calvé a pensé à faire appel à elle pour son projet.

Photo: David Boily, La Presse

Mêlant danse contemporaine et art de la marionnette, la chorégraphe multidisciplinaire Emmanuelle Calvé présente à compter de ce soir EMMAC Terre marine, un conte dansé mis en musique par Jorane sur des textes poétiques écrits et narrés par Richard Desjardins.

«C'est une histoire que mon corps m'a racontée», lance d'emblée Emmanuelle Calvé.

Alors qu'elle traversait une période d'insécurité liée à la perte d'êtres chers, la créatrice s'est penchée sur la lecture de Femmes qui courent avec les loups, un livre de Clarissa Pinkola Estés dont l'un des contes inuits a particulièrement attiré son attention.

«J'avais été confrontée moi-même à des peurs liées au cycle de la vie et de la mort. Le conte de La femme squelette a un enseignement qui aide les gens à vivre avec plus de sagesse les cycles de la vie. Ce conte m'a parlé», dit-elle.

EMMAC Terre marine évoque ainsi l'histoire d'une jeune fille plongée dans l'océan à la suite de la mort de son père et remontée à la surface après plusieurs années par un pêcheur.

Deux ans de recherche

Artiste visuelle de formation, l'interprète et chorégraphe d'EMMAC Terre marine utilise depuis 2006 les marionnettes au coeur de son travail et peint régulièrement des toiles où l'on retrouve des terres représentées sur des mammifères marins. Après deux ans de recherche à dessiner des prototypes de marionnettes, Emmanuelle Calvé a ensuite décidé de mettre en mouvement sa version du conte.

«J'avais le désir d'explorer les rapports inusités entre les corps et les marionnettes. J'ai créé des mouvements à partir de ce que j'ai découvert. Le comédien et la danseuse avec qui je partage la scène n'avaient jamais manipulé de marionnettes. Il a fallu que je transmette cette passion», explique la créatrice.

À la fois danseurs et marionnettistes, les interprètes prennent ainsi les formes et incarnent divers personnages, allant de l'humain à l'animal, jusqu'à des créatures fantastiques.

Guidée et manipulée par eux, Emmanuelle Calvé incarne la jeune fille dont le monde s'écroule à la mort de son père et qui devra apprivoiser le cycle naturel de la vie en se servant de son rapport à la nature, dont les animaux.

«Pour cette pièce, j'ai moins entraîné mon corps. J'ai surtout travaillé ma présence. Le corps est pour moi une terre, un espace sacré traversé par la vie. EMMAC, c'est un peu mon propre corps, sans doute le projet le plus personnel, fruit de méditations au plus profond de moi», confie-t-elle.

Après ce long processus de recherche, Emmanuelle Calvé a tenté le tout pour le tout et envoyé une lettre à Richard Desjardins pour lui demander de collaborer à son projet.

«J'entendais sa voix très poétique qui transperce l'âme pendant que je créais. Richard est venu me voir en répétition. Je lui ai raconté mon histoire et il a écrit un long poème sur la musique de Jorane, s'adressant à la jeune fille. Je trouvais que c'était un duo incroyable pour porter cette histoire sur les traversées et les mues que les humains vivent à travers de petits deuils», raconte la chorégraphe, qui pourra compter sur la présence de Richard Desjardins lors des représentations montréalaises du spectacle.

C'est après avoir entendu la musique composée par Jorane pour le documentaire La planète blanche sur le Grand Nord qu'Emmanuelle Calvé a pensé à faire appel à elle pour son projet.

«Sa musique me traverse et évoque pour moi l'immensité», précise Emmanuelle Calvé.

Jorane n'en est pas à sa première collaboration avec le monde de la danse puisqu'elle a déjà accompagné Margie Gillis et collaboré à un projet de Sylvain Émard.

«J'ai eu un coup de coeur pour Emmanuelle d'abord, puis pour son projet. Elle était tellement envahie d'une passion et d'une vérité à transmettre avec cette création», explique Jorane.

«Comme pour la musique d'un film, il s'agit d'appuyer ce que transmet le mouvement, sans le copier. Ici, il s'agit de liberté, de grandeur et d'infini, mais aussi d'intériorité et d'acceptation», ajoute la compositrice et interprète qui sortira à la fin de l'été un nouvel album instrumental.

__________________________________________________________________________________

EMMAC Terre marineest présenté par Danse-Cité du 5 au 8 et du 12 au 15 mars au Théâtre Rouge du Conservatoire. Les meilleurs croquis d'Emmanuelle Calvé y seront exposés.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer