Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques: une adaptation imparfaite, mais appréciée

«Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques est à l'aise sur scène et... (Photo Catherine Lefebvre, collaboration spéciale)

Agrandir

«Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques est à l'aise sur scène et on ressent son authenticité, même s'il campe un personnage trop caricatural pour être vrai», écrit notre journaliste.

Photo Catherine Lefebvre, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'humoriste Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques a présenté une adaptation travaillée, imparfaite mais fort appréciée de son spectacle Hélas, ce n'est qu'un spectacle d'humour devant un auditoire exclusivement français, hier soir, au Medley Simple Malt de Montréal. Ce rodage servait de préparation à son voyage en France, où il présentera cette version modifiée.

Les références québécoises ont été modifiées ou expliquées, sans toutefois alourdir le spectacle. Celui-ci demeure le même sur le fond. Certaines tournures de phrases ont changé, des expressions québécoises ont été transposées au vocabulaire français « de France ».

«Heille, la bande...», a lâché l'humoriste, précisant ensuite que dans la version originale, c'était plutôt «Heille, la gang...». Un souci du détail qui a rendu le tout plus fluide et adapté à un auditoire français.

Tout n'était pas parfait. Certaines blagues sont tombées à plat, le sens de la répartie s'étant perdu dans la transition entre la version québécoise et sa transposition «pour les Français». Larrue-St-Jacques l'a constaté et en a convenu. «J'étais fier de vous avoir trouvé cette référence-là, mais je pense que ça va disparaître», a-t-il lancé, sortant volontairement de son personnage, après que le silence eut accueilli un de ses gags.

L'aveu de l'échec d'une ou deux répliques s'est mué en blague, ajoutant un certain charme candide à son numéro. L'humoriste savait qu'il ne ferait pas de sans-faute, c'était la raison d'être de cette soirée de rodage. Larrue-St-Jacques est à l'aise sur scène et on ressent son authenticité, même s'il campe un personnage trop caricatural pour être vrai.

Somme toute, le spectacle a suscité de nombreux rires et applaudissements. Le ton de Philippe-Audrey Larrue- St-Jacques, fait d'un mélange de sarcasme, de prétention et d'autodérision, a fait mouche auprès du public présent hier. Un résultat encourageant en vue des spectacles à venir au théâtre Le 13ème Art de Paris.

Spectacles reportés

La série de représentations de Philippe-Audrey Larrue- St-Jacques en France devait se tenir du 4 au 14 octobre, mais elle a dû être reportée, la salle du 13ème Art n'étant pas prête. «Les informations tombent au compte-gouttes depuis ce matin, nous n'avons pas encore les dates exactes» du report, a confié l'agente de l'humoriste, Marie-Philippe Bernier, quelques heures avant le rodage au Medley.

L'autre salle du théâtre parisien, la plus grande, a accueilli comme prévu son premier événement, avec Gérard Depardieu et l'Orchestre philharmonique de Prague, hier soir. Gilbert Rozon, fondateur et directeur du groupe Juste pour rire, a expliqué à La Presse que le théâtre était comme un «grand complexe» et que les travaux dans certaines sections, dont le restaurant ou la petite salle, n'étaient pas terminés. Le 13ème Art, théâtre situé en plein centre de Paris, a été inauguré mardi dernier et affiche une vingtaine de spectacles à sa programmation jusqu'à maintenant, dont la série du Zoofest mettant en vedette Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer