Saloon: un spectacle éminemment musical

Après les six représentations de Saloon à Saint-Tite,... (Photo Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Après les six représentations de Saloon à Saint-Tite, Éloize présentera à Munich sa pièce coproduite par le Théâtre de Namur, en Belgique, avant de poursuivre sa tournée en salle aux États-Unis, notamment en Pennsylvanie, au New Jersey, au Texas et en Californie.

Photo Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Stetson et le parapluie étaient de mise hier soir à Saint-Tite pour la première canadienne du spectacle Saloon du Cirque Éloize. Une pièce acrobatique et musicale présentée la veille de l'ouverture du célèbre festival western dans le nouveau «Village Cirque». Un espace qui aura d'abord été inauguré par la pluie.

Les averses d'hier sont en effet partiellement responsables de la dominante musicale du spectacle. Une infiltration d'eau sur la scène du chapiteau a forcé Éloize à retirer deux numéros acrobatiques: un numéro de roue Cyr et le numéro final de planche coréenne. Le numéro d'ouverture au mât chinois a également dû être retranché, l'interprète s'étant blessé cette semaine.

Bref, vous imaginez que le directeur artistique d'Éloize Jeannot Painchaud était dans tous ses états. On nous assure que la version intégrale du spectacle remettra un peu d'acrobatie dans Saloon. Il reste que la pièce mise en scène par Emmanuel Guillaume est éminemment musicale. Était-ce pour mieux séduire le cow-boy de Saint-Tite?

Trois musiciens et une chanteuse, dont les leaders du groupe Noisy Locomotive, mènent le bal. Guitares, violon, piano, la musique folk-bluegrass composée par Éloi Painchaud est au coeur de Saloon et lui donne aussi toute sa saveur. L'interprétation de classiques comme Crazy, de Patsy Cline - parfaitement rendue par Sophie Beaudet -, a également fait son effet chez les quelque 1500 spectateurs.

Malheureusement, le peu de cirque auquel nous avons eu droit était souvent relégué au second plan. Éparpillé, souvent décoratif. 

Éloize ne se gêne pas non plus pour sortir tous les clichés possibles et imaginables du lonesome cowboy. Une voie qui manque un peu d'originalité.

Plusieurs spectateurs interrogés avant le spectacle avouaient en être à leur premier spectacle de cirque. À quoi s'attendaient-ils? Avaient-ils une discipline de prédilection? Le cirque est-il assez viril pour Saint-Tite? Les réponses étaient laconiques. Les cowboys sont des hommes de peu de mots...

Saloon trouvera sans doute un meilleur équilibre entre la musique et l'acrobatie, parce que pour l'instant, on ne peut pas dire que la mayonnaise prenne. Il faut aussi souligner que le chapiteau monté à Saint-Tite n'est pas ce qu'il y a de plus convivial. Au lieu du chapiteau circulaire avec gradins, la scène se trouve au fond d'un chapiteau soutenu par huit mâts qui nous cachent la vue.

Entente de trois ans

Rappelons que le Cirque Éloize a conclu une entente de trois ans avec le Festival western de Saint-Tite. Le spectacle Saloon devrait être présenté l'an prochain pour le 50anniversaire du festival. En 2018, une nouvelle création pourrait voir le jour dans ce «Village Cirque» où se trouvent également un bar, une aire de restauration et une scène musicale.

Après les six représentations de Saloon à Saint-Tite, Éloize présentera à Munich sa pièce coproduite par le Théâtre de Namur, en Belgique, avant de poursuivre sa tournée en salle aux États-Unis, notamment en Pennsylvanie, au New Jersey, au Texas et en Californie.

___________________________________________________________________________

Au Festival western de Saint-Tite jusqu'au 18 septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer