Exclusif

Les 7 doigts de la main adaptent un opéra en Russie

Les 7 doigts de la main ont fait... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Les 7 doigts de la main ont fait appel à des artistes associés à la compagnie pour concevoir, à Montréal, les chorégraphies et les acrobties de Princess of Circus. À la mi-août, le metteur en scène Sébastien Soldevila s'en ira à Moscou où il formera des artistes russes.   

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les 7 doigts de la main, travaillent à l'adaptation de la pièce Princess of Circus, qui sera présentée à partir du 12 octobre au réputé Théâtre musical de Moscou, a appris La Presse.

Princess of Circus, opérette en trois actes du... (Photo André Pichette, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Princess of Circus, opérette en trois actes du compositeur hongrois Emmerich Kálmán, raconte une histoire d'amour complexe. 

Photo André Pichette, La Presse

Princess of Circus n'a pas été conçu pour... (Photo André Pichette, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Princess of Circus n'a pas été conçu pour tourner, mais Les 7 doigts de la main ont l'intention de le présenter à Montréal.

Photo André Pichette, La Presse

La pièce musicale, qui réunira sur scène 47 artistes (des danseurs, des artistes de cirque et un choeur d'enfants) ainsi que 17 musiciens, fera partie du répertoire permanent du Théâtre musical de Moscou, une salle de 1000 places. L'équipe de création inclut la chorégraphe Geneviève Dorion Coupal et le concepteur des décors Olivier Landreville.

Princess of Circus (La princesse de cirque) est une opérette en trois actes du compositeur hongrois Emmerich Kálmán. La pièce a été jouée pour la première fois en Russie dans les années 30, mais c'est le film Mr. X, réalisé en 1957, qui a véritablement popularisé la pièce au pays de Vladimir Poutine.

Le cofondateur des 7 doigts, Sébastien Soldevila, s'est d'ailleurs inspiré de cette adaptation cinématographique pour revisiter l'opérette, transformée en théâtre musical. C'est lui qui signe la mise en scène du spectacle, la direction musicale et l'écriture du scénario, avec Marina Shuydkaya, directrice artistique du Théâtre musical de Moscou.

Intrigue amoureuse

Dans cette intrigue amoureuse complexe, on retrouve une comtesse que tout le monde courtise (Théodora) et un artiste de cirque (Mr. X), qui est la sensation de l'heure en Russie. Mr. X sera embauché par un baron pour séduire Théodora - une ruse de sa part puisqu'il sait que cette aristocrate n'épousera jamais un artiste.

Sauf que voilà, Mr. X s'avère être lui-même issu d'une famille noble (de laquelle il a été déshérité) et bien qu'elle soit la veuve de son oncle (qui les a jadis montés l'un contre l'autre, c'est là que ça se complexifie), il tombera amoureux de Théodora. Au grand dam du baron, amoureux fou de la comtesse.

Le metteur en scène Sébastien Soldevila compare Princess of Circus à West Side Story pour illustrer l'importance de cette pièce dans le paysage culturel russe.

« Ça fait un an que je travaille sur ce projet, confie Sébastien Soldevila. J'ai vu cinq versions de l'opérette et quatre adaptations cinématographiques, et la seule version qui m'a intéressé est le film de 1957. On est donc parti de là. J'ai rajouté des personnages [il y en aura huit] et j'ai changé leur profil psychologique. »

Préparer la pâte...à Montréal

Le mode de création est pour le moins inhabituel. Les 7 doigts ont en effet fait appel à des artistes associés à la compagnie - Will Underwood, Brad Henderson, Alexandra Royer, etc. - pour concevoir les chorégraphies et les acrobaties à Montréal. À la mi-août, Sébastien Soldevila s'en ira à Moscou où il formera des artistes russes.

« Je ne voulais pas arriver avec rien, mais je n'arriverai pas avec tout non plus », nous dit Sébastien Soldevila.

«On a créé peut-être le quart du spectacle avec nos artistes, ce qui va nous aider à mettre en place le spectacle plus rapidement lorsqu'on sera là-bas. Mais le but était d'avoir une distribution entièrement russe. 

»

Sébastien Soldevila
Cofondateur des 7 doigts de la main

La semaine dernière, à Montréal, Les 7 doigts ont répété quelques-unes des scènes-clés de la pièce en présence des deux chanteurs vedettes du spectacle, les Russes Maxim Zausalin et Yulia Vostrilova. Les deux artistes participent d'ailleurs à toutes les chorégraphies. « Je ne voulais pas qu'ils soient statiques », insiste le metteur en scène des 7 doigts.

Une première au théâtre musical de Moscou

C'est la première fois que le Théâtre musical de Moscou intègre le cirque dans une de ses productions. « Ce qui est formidable, c'est que le personnage principal est un artiste de cirque, donc ça s'y prête vraiment bien, nous dit Marina Shuydkaya, également présente à Montréal. Et puis en Russie, tout le monde connaît cette histoire. »

Se pourrait-il que le public russe soit choqué de voir autant de cirque dans une opérette ? « Non, répond la directrice artistique du Théâtre musical de Moscou, qui présente en ce moment une adaptation moderne de Crime et châtiment. Le public russe veut voir des choses différentes, veut être étonné. »

Les 7 doigts sont de plus en plus présents en Russie. La vie y avait été présenté en 2009, suivie de Traces et Cuisine et confessions. L'an dernier, Les 7 doigts avaient créé le premier segment du spectacle d'ouverture des Jeux olympiques de Sotchi. D'autres projets seront lancés en Russie, selon le directeur Nassib El-Husseini.

Princess of Circus n'a pas été conçu pour tourner, mais Les 7 doigts ont l'intention de le présenter à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer