Barbu: qui se cache derrière les barbes?

Le succès de Barbu, ce cabaret acrobatique du Cirque Alfonse créé l'an... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le succès de Barbu, ce cabaret acrobatique du Cirque Alfonse créé l'an dernier à Montréal complètement cirque, commandait un retour. Dès ce soir, les barbus de la troupe de Saint-Alphonse-Rodriguez éliront domicile au Théâtre Olympia avec leur orchestre électro-trad pour une série de 18 représentations. La Presse vous présente les sept artistes de cirque derrière ces barbes viriles. - Jean Siag

Antoine Carabinier-Lépine

C'est le meneur du Cirque Alfonse, qu'il a fondé en 2005 avec famille et amis dans son village natal de Saint-Alphonse-Rodriguez. Diplômé de l'École nationale de cirque de Montréal il y a 15 ans, Antoine s'est notamment fait remarquer dans les spectacles Cirque Orchestra et Nomade d'Éloize ainsi que dans Traces, des 7 doigts de la main. Dans Barbu, mis en scène par Alain Francoeur, on le verra entre autres en patins à roulettes, dans un numéro de roue Cyr et de planche sautoir.

Ce qu'il aime de la barbe: «J'aime la caresser, même si c'est devenu un tic.»

Ce qu'il n'aime pas de la barbe: «Manger des yogourts. Ça reste pris dans mon poil.»

Jonathan Casaubon

Joe, comme on le surnomme, est lui aussi diplômé de l'École nationale. Ami et beau-frère d'Antoine Carabinier - il est en couple avec la soeur, Julie Carabinier-Lépine, également membre du Cirque Alfonse. Cet ex-gymnaste spécialisé en bascule et trampoline fait partie de la distribution de Timber (le spectacle précédent d'Alfonse) et de Barbu, où il fait entre autres un numéro de main à main et un autre de patin à roulettes. Depuis qu'il s'est joint à Alfonse, il fait aussi figure d'homme fort.

Ce qu'il aime de la barbe: «Je n'ai jamais de piqûres de moustiques dans la face.»

Ce qu'il n'aime pas de la barbe: «Quand les enfants jouent avec ou me la tirent.»

Francis Roberge

Cet homme fort du Cirque Alfonse est un ancien membre de l'équipe canadienne de rafting. Diplômé de l'École de cirque de Québec, il a entre autres travaillé avec le Cirque du Soleil (Les chemins invisibles, le spectacle du 400e anniversaire de Québec) avant de se joindre au Cirque Alfonse. On l'a vu bien sûr dans le camp de bûcheron de Timber. Dans Barbu, il fait du main à main, de l'équilibre, de la jonglerie et du patin à roulettes.

Ce qu'il aime de la barbe: «Le style. Ça me rappelle l'époque où les gens ne se rasaient pas.»

Ce qu'il n'aime pas de la barbe: «La  moustache. Je suis obligé de la tailler souvent pour dégager mes lèvres.»

Matias Salmenaho

On a découvert ce grand blond finlandais dans le spectacle Undermän de Cirkus Cirkör, présenté à Montréal complètement cirque en 2012. Matias Salmenaho s'est joint au Cirque Alfonse il y a deux ans pour la création de Barbu, où on le verra jongler, patiner et cracher des balles de ping-pong. Depuis, il est indissociable des barbus pure laine avec qui il partage la scène. Il parle même un français parfaitement compréhensible.

Ce qu'il aime de la barbe: «Manger de la soupe. Je ne m'en verse jamais dessus.»

Ce qu'il n'aime pas de la barbe: «Je ne vois pas toujours le clavier de mon accordéon quand je joue.»

Lucas Jolly

Ce grand gaillard d'origine française est la recrue du Cirque Alfonse. Il a été appelé en renfort à la suite du départ de Jacques «Gros lette» Schneider, qui était l'une des têtes d'affiche de Barbu l'an dernier. Lucas Jolly, qui a mené une carrière d'artiste multidisciplinaire au théâtre pendant de nombreuses années, est également conseiller artistique à l'École nationale de cirque de Montréal. Dans le cabaret d'Alfonse, l'aîné des barbus fera entre autres un numéro de marionnettes. On le verra aussi dans le «punching bag» suspendu au centre de la scène.

Ce qu'il aime de la barbe: «C'est une nouvelle partie de moi. J'aime bien la toucher, ça me rassure.»

Ce qu'il n'aime pas de la barbe: «Ça pique quand même beaucoup, même si elle allonge doucement.»

Geneviève Morin

Diplômée de l'École nationale de cirque en 2008, cette spécialiste de main à main s'est jointe à la famille du Cirque Alfonse pour la création de Barbu. Elle est accessoirement la compagne d'Antoine Carabinier-Lépine avec qui elle fait un numéro de patins à roulettes assez casse-gueule merci. On la verra également dans un numéro de lutte gréco-romaine (dans la boue) et dans un numéro de magie.

Ce qu'elle aime de la barbe: «Quand c'est long, c'est très doux. Beaucoup plus qu'une barbe courte, en tout cas.»

Ce qu'elle n'aime pas de la barbe: «Ça sent le lendemain de party. Il faut souvent la laver, parce que les odeurs restent dedans.»

Geneviève Gauthier

Cette spécialiste du cerceau aérien fait partie du noyau dur à l'origine de la création du Cirque Alfonse. Elle a notamment fait partie de la distribution des spectacles Quidam et Dralion du Cirque du Soleil ainsi que des pièces acrobatiques Cirque Orchestra et Nomade d'Éloize. Dans Barbu, elle fait bien sûr un numéro de cerceau, mais aussi de la contorsion et de l'équilibre. Vous la verrez également dans le numéro de lutte avec Geneviève Morin, dans un duel épique et boueux.

Ce qu'elle aime de la barbe: «Ça chatouille, j'aime beaucoup ça.»

Ce qu'elle n'aime pas de la barbe: «C'est quand même envahissant. Quand tu embrasses un barbu, ça prend toute la place.»

À l'Olympia jusqu'au 12 juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer