Flip Fabrique à guichets fermés à New York

La troupe québécoise Flip Fabrique s'est installée au... (Photo: fournie par Flip Fabrique)

Agrandir

La troupe québécoise Flip Fabrique s'est installée au New Victory, un théâtre en plein coeur de Times Square.

Photo: fournie par Flip Fabrique

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Schaeffner

collaboration spéciale

La Presse

(New York) En spectacle à New York pendant près d'un mois, la troupe de cirque de Québec Flip Fabrique a amené son trampoline et un peu de français dans ses bagages. Les deux semblent faire forte impression. Rencontre en coulisses.

Une semaine après leur première représentation au New Victory, un théâtre sur la 42e Rue, en plein coeur de Times Square, Bruno Gagnon et ses acolytes de Flip Fabrique ne cachent pas leur satisfaction. «Toutes les représentations que l'on a faites jusqu'à présent étaient à guichets fermés», se réjouit-il.

Il faut dire que le New Victory est l'écrin parfait pour recevoir la jeune troupe de Québec. L'élégant théâtre consacre l'entièreté de sa programmation aux spectacles pour la famille et les enfants, la cible principale du show Attrape-moi, rebaptisé Catch Me au sud de la frontière.

Mercredi dernier, c'est d'ailleurs un groupe d'écoliers en provenance de Queens et de Manhattan qui occupait le parterre, la mezzanine et le balcon. Dans le lot, il y avait un certain nombre d'enfants sourds.

À voir leurs mains s'agiter frénétiquement dans les airs (leur manière d'applaudir), ils semblaient apprécier la performance tout autant que leurs collègues des autres écoles. Pour l'explosif numéro de clôture mettant en scène les six artistes de Flip Fabrique, un mur et un trampoline, ils étaient d'ailleurs les premiers à se lever pour applaudir les saltimbanques.

En français s'il vous plaît

Il faut dire que le spectacle demande très peu de traduction. Le collectif a même décidé de conserver les échanges entre les différents personnages en français.

«On vient de Québec et on est fiers d'où l'on vient. On a traduit les inscriptions sur le mur, mais quand on se parle entre nous, sur scène, on le fait dans notre langue maternelle, parce que c'est beaucoup plus vrai», explique Bruno Gagnon.

«Ce n'est pas une pièce de théâtre où il y a un texte à suivre. On peut se permettre de garder le français. Et puis, cela apporte une touche un peu exotique. Il y a même des gens qui nous ont demandé si c'était un langage inventé!», lance l'acrobate et jongleur en riant.

Le spectacle de New York est très similaire à celui présenté au Québec. «On adapte toujours un peu, mais ce sont des petits détails. Ici, par exemple, lorsqu'un des acrobates se fait frapper les fesses, on ne dit plus «sexy, sexy, sexy», mais «Frankie, Frankie, Frankie». Le théâtre trouvait cela plus approprié pour son public», confie l'artiste de 26 ans.

La jeune troupe, qui a été invitée à jouer au New Victory à la suite de son passage à Chicago, espère bien que l'expérience new-yorkaise débouchera sur de nouvelles propositions.

«On est à la porte de Broadway. Est-ce que le fait d'être à New York va nous permettre de faire une meilleure tournée aux États-Unis par la suite? Absolument. On a déjà des pourparlers», précise Bruno Gagnon.

À court terme, la troupe attend une confirmation de la Ville de Québec pour y organiser à l'été un spectacle à l'Agora du Vieux-Port. «On a tout planifié, tout est prêt!»

Si Bruno Gagnon refuse d'en dire plus sur le projet, il soutient que plus de 80% des créateurs et des artistes du spectacle viendront de la capitale. «On souhaite cela pour des questions d'amitiés, d'énergie, de partage», plaide l'artiste qui, comme ses collègues, a étudié à l'École de cirque de Québec.

_____________________________________________________________________________

Catch Me est présenté au New Victory jusqu'au 19 avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer