Kanpe : un Kanaval haïtien à Montréal

Régine  Chassagne, membre d'Arcade Fire, est la... (PHOTO Graham Hughes, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Régine Chassagne, membre d'Arcade Fire, est la cofondatrice de Kanpe qui amasse des fonds pour la reconstruction d'Haïti «en favorisant l'autonomie financière».

PHOTO Graham Hughes, LA PRESSE CANADIENNE

Partager

Kanpe, dont la célébrissime Régine Chassagne du groupe Arcade Fire est l'une des fondatrices, tiendra samedi prochain au Centre Phi un tout premier kanaval haïtien.

L'événement sera l'occasion de récolter des fonds pour cet organisme dévoué à la prise en charge d'une petite communauté rurale en Haïti - le village de Baille Tourrible, situé au centre du pays. Entre autres au programme, masques carnavalesques, photographies de Leah Gordon, musique de Doody&Kami et participation active des membres d'Arcade Fire - Win Butler et Richard Reed Parry s'y feront DJ, sans compter Nom de Plume (Radio Radio), Salvation Army et DJ Ace.

«J'ai suggéré quelques idées, mais Kanpe, le Centre Phi et Pop Montréal ont rendu possible la tenue de cet événement qui s'annonce extraordinaire», amorce humblement Régine Chassagne... avant d'ouvrir la machine.

«Je n'oserais pas dire que ce carnaval vient de moi, mais... quand même un peu! L'année dernière, j'ai assisté au carnaval de Jacmel en Haïti, ce fut l'une des expériences les plus incroyables que j'ai jamais vécues. C'était la première fois que j'allais là-bas pour le simple plaisir d'y être. Je m'y rendais plutôt afin de soutenir les organisations humanitaires et de voir le travail accompli, ce qui est aussi très inspirant. Or, cette fois, j'ai pu apprécier cette incroyable activité artistique et créatrice d'Haïti. Ça marque!»

Bien assez pour répandre la bonne nouvelle en reprenant le concept d'un carnaval haïtien dans le contexte montréalais.

«Cette merveille haïtienne n'est pas assez connue! Durant notre mois de février, tellement froid et déprimant, c'est le moment idéal pour souligner ce que la communauté haïtienne peut offrir à Montréal. Ainsi, Kanpe a décidé de mettre sur pied cette petite version d'un carnaval haïtien.»

Départ modeste, convient Régine Chassagne: «C'est une première, mais le Centre Phi a été très généreux avec nous. Très impliqué dans la décoration des lieux! On fera donc les choses à l'haïtienne: cuisine créole, musique haïtienne, percussionnistes, bande rara, DJ, un peu de tout, quoi. Les membres d'Arcade Fire seront tous présents, mais il n'y aura pas spectacle du groupe; l'accent sera mis sur les interventions haïtiennes auxquelles nous comptons participer.»

Il va sans dire, pas question de causer ici du prochain album (en chantier) d'Arcade Fire et des projets à venir du supergroupe montréalais. L'île magique prend toute la place: «Depuis 2005, notre groupe ramasse des fonds pour Haïti. Dès que j'ai réalisé que je serais musicienne professionnelle, j'ai senti qu'il me fallait soutenir cette cause vu mes origines haïtiennes. Il y a tellement de causes à soutenir dans le monde, j'ai choisi celle qui m'allait le mieux. C'est vraiment gratifiant de s'impliquer sur le long terme, d'en voir le progrès.»

Car il y a progrès, soutient fièrement Régine: «Il y a trois ans, les habitants de Baille Tourrible arrachaient des portes de leurs maisons, les transformaient en brancards et transportaient leurs malades qui mouraient du choléra en direction de l'hôpital! Kanpe a ouvert une clinique depuis et, en 2012, il n'y a eu aucun décès causé par le choléra. Chaque famille a reçu un filtre à eau et une formation pour éviter d'attraper la maladie. Les enfants vont aujourd'hui à l'école.»

Nouvelle direction

Directrice générale de Kanpe depuis octobre dernier, Katleen Felix a travaillé dans la haute finance à Wall Street avant de tout plaquer et de s'engager dans la fondation Fonkozé. Pendant six ans, elle a assuré la liaison entre Haïti et sa diaspora afin d'améliorer les services pour les gens d'affaires désireux d'investir là-bas.

«Nous avons créé un programme d'insertion sociale pour mener les gens à un niveau où ils pourraient accéder au microcrédit afin de fonder leur propre entreprise. Cette insertion permet d'éviter le fossé entre les plus démunis d'une communauté et ceux qui peuvent parvenir plus rapidement à l'autonomie. Fonkozé a aussi créé un service de microcrédit solidaire et soutient des entreprises plus structurées.»

Aux détracteurs de la reconstruction haïtienne, Katleen Felix oppose ces résultats: «Fonkozé regroupe 900 employés répartis dans 50 branches à travers le pays. Aujourd'hui 250 000 pauvres ont déjà épargné plus de 15 millionsde dollars, 65 000 personnes sont admissibles à des prêts pour développer leur entreprise. C'est un modèle intégré: les gens prennent leur destinée économique en main tout en devenant des citoyens engagés dans leur communauté. Mais ça n'arrive pas du jour au lendemain!»

Katleen Felix était déjà membre du conseil d'administration de Kanpe avant d'en briguer la direction. Aujourd'hui, elle mène les opérations visant à sortir définitivement le village de Baille Tourrible de la pauvreté et de la dépendance.

Inutile d'ajouter que la soirée-bénéfice, la première de Kanpe à Montréal, est l'une de ces nombreuses opérations: «Nous attendons 800 personnes samedi prochain, indique-t-elle. Les VIP paieront 400$; on leur servira un repas et ils pourront rencontrer les musiciens d'Arcade Fire. Une deuxième frange d'invités déboursera 175$ et accédera à toutes les activités de la soirée. Enfin, les moins fortunés se présenteront à 23h pour un after party au coût de 30$... et qui réserve des surprises!»

«Nous voulions amener quelque chose de positif, conclut Katleen Felix. Trop de choses négatives se disent sur Haïti alors que nous obtenons des résultats.»

Kanaval Kanpé, le 23 février au Centre PHI, ouverture des portes à 19h30.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer