Jonathan Roy et Mathieu Baron: ne jamais abandonner

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les deux «bros» défont les préjugés qui leur collaient à la peau en faisant leur place dans les milieux de la chanson et de la télé, respectivement.

Ne jamais abandonner. Jonathan Roy et Mathieu Baron l'ont appris à la dure. Malgré des passés qui les ont longtemps suivis, les deux hommes - l'un chanteur, l'autre comédien et animateur - connaissent ces derniers mois des succès à faire craquer, sinon tomber, leur image de douchebags.

Elle est loin, l'époque où Mathieu Baron se faisait appeler «Big», comme lorsqu'il participait à la téléréalité Loft Story. Animateur de Coup de foudre sur V et de Tous pour un chalet! sur Canal Vie, celui qui joue le rôle de l'IPL Marco Choquette dans Unité 9 convient que 2016 «a été une année explosive».

Quant à Jonathan Roy, l'ex-gardien de but des Remparts de Québec (et fils de Patrick Roy) propulsé sous les feux de la rampe en 2008 après avoir traversé la patinoire pour frapper son adversaire Bobby Nadeau, il n'est plus le musicien et chanteur qui a lancé, dès qu'il a eu accroché ses patins, trois albums tous qualifiés de médiocres. «N'écoutez pas mes vieux albums», lance-t-il d'ailleurs avec honnêteté.

Le nouveau protégé de Corey Hart, dont la chanson Daniella Denmark de son nouvel album Mr. Optimist Blues cartonne au Canada, avoue d'ailleurs qu'il a dû «faire des erreurs pour apprendre».

«Après la bataille [au hockey et après mes premiers albums], je me suis dit: "Non, je veux que les gens me voient comme un modèle." J'avais un rêve. Tout le monde disait que je n'étais pas capable de chanter, que j'étais un Jacques Villeneuve, mais non. Je veux que les gens se disent: "Il a persévéré, le kid. C'est un vrai, c'est un Roy"», dit-il.

Les défis de la médiatisation

À sa sortie du loft, Mathieu Baron était déterminé à faire carrière à l'écran. Mais son image rebutait les agents, qui ne voulaient pas le prendre afin qu'il passe des auditions. Il a dû s'exiler quelque temps en Suisse, où habite son père, perdre près de 60 livres et revenir multiplier les rôles de figuration avant de se tailler une place.

« J'ai eu des années excessivement difficiles où j'avais de la misère à manger ou à payer mes bills. Mais à un moment donné, Guillaume Lemay-Thivierge m'a dit de ne pas m'en faire. Que cette image qui ne me servait pas allait un jour être un atout. C'est ce qui est arrivé dans Unité 9

Ainsi, quand il a fait une première apparition muette dans la prison de Lietteville, ce qui a été possible grâce à un autre rôle similaire dans Série noire, sa présence a été soulignée dans les médias. Rapidement, le réalisateur lui a proposé de passer une audition auprès de la directrice de casting Lucie Robitaille pour avoir un rôle parlé.

«J'ai de la chance d'avoir un producteur comme Éric Salvail en animation ou de Fabienne Larouche en jeu qui ont cru en moi. À un moment donné, tu crées ta propre chance, mais ça prend aussi du monde qui veut te la donner», explique Mathieu Baron.

Une rencontre décisive

Cette chance qui vient parfois à un moment où on ne l'attendait plus, Jonathan Roy l'a eue lors d'une visite inespérée à Nassau, dans les Bahamas, où vit Corey Hart avec sa famille. Cette rencontre n'était pourtant pas destinée à se réaliser, se rappelle le chanteur.

«J'avais écrit un courriel à Corey, mais il m'avait répondu que ça ne l'intéressait pas et qu'il prenait un break de la musique avec sa famille. Mais moi, je suis un Roy, I don't give up. Mon père me le dit tout le temps: "Persévère, mon chum"», raconte-t-il.

C'est donc Patrick Roy, qui l'avait pourtant regardé comme s'il était complètement fou, se souvient Jonathan, quand il lui avait annoncé qu'il voulait être chanteur et musicien, qui a appelé Corey Hart pour qu'il rencontre son fils et lui dise s'il avait oui ou non de l'avenir en musique.

«Pendant que je chantais une chanson, il a fait le tour de son salon une vingtaine de fois. Je me disais qu'il n'aimait pas ça et que je rentrerais sans contrat. Finalement, quand j'ai eu fini la toune, il s'est assis devant moi, il a applaudi et m'a dit: "Welcome to Sienna Records"», raconte Jonathan Roy devant un Mathieu Baron admiratif.

«Wow», lui répond-il d'ailleurs simplement, lui faisant un fist bump bien senti.

Leur actualité

> Le nouvel album de Jonathan Roy, Mr. Optimist Blues, a été lancé hier et le chanteur est actuellement en tournée.

> On peut voir Mathieu Baron régulièrement dans Unité 9, à ICI Radio-Canada Télé, ainsi qu'à l'animation de Coup de foudre, sur V.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer