• Accueil > 
  • Arts > 
  • Nouvelles 
  • > Restitution d'un trophée de chasse volé à Ernest Hemingway en 1964 

Restitution d'un trophée de chasse volé à Ernest Hemingway en 1964

Ledit trophée lors de sa restitution.... (AP)

Agrandir

Ledit trophée lors de sa restitution.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

En 1964, un jeune Hunter S. Thompson s'était rendu à la résidence d'Ernest Hemingway pour un reportage, et y avait dérobé un trophée de chasse de son idole.

Plus d'un demi-siècle plus tard, la veuve de l'extravagant journaliste a rendu à la ville de Ketchum, en Idaho, les bois de wapiti subtilisés.

«Il s'agit de deux grandes personnalités littéraires qui se sont rejointes grâce à ces bois», affirme Jenny Emery Davidson, de la bibliothèque communautaire de Ketchum.

Mme Davidson était présente le 5 août, lorsque Anita Thompson a rendu le crâne de wapiti, dont son mari aurait plus tard regretté le vol.

La demeure d'Ernest Hemingway appartient maintenant à une organisation américaine de protection de l'environnement, The Nature Conservancy, qui travaille de concert avec la bibliothèque communautaire locale afin de cataloguer et de préserver les objets de la maison où l'auteur s'est enlevé la vie.

À l'âge de 27 ans, Hunter Thumpson l'avait visitée afin de réaliser un reportage sur un de ses héros. Il n'avait alors pas encore développé sa plume dite «gonzo», extrêmement subjective pour celle d'un journaliste. Il a plus tard pris l'habitude de se mettre à l'avant-plan dans ses articles, gagnant ainsi la notoriété d'un aventurier dévergondé.

Au moment de son passage en Idaho, il travaillait sur un texte pour le journal National Observer portant sur les motivations du suicide de M. Hemingway. L'écrivain s'était tiré une balle dans la tête trois ans plus tôt, à l'âge de 61 ans.

Il a plus tard rapporté que de nombreux touristes grappillaient la terre autour de sa tombe en guise de souvenir.

M. Thompson a pour sa part visé plus haut. Le fameux crâne de wapiti trônait sur son garage à Aspen, au Colorado, depuis des décennies.

Jenny Emery Davidson rapporte que c'est grâce aux démarches de l'historien Douglas Brinkley que le trophée de chasse a été rendu à la demeure historique. Il se trouve maintenant en la possession de Sean Hemingway, le petit-fils de l'auteur, qui habite New York.

Hunter Thompson a suivi le triste destin de son idole en s'enlevant la vie en 2005.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer