Ne touchez pas à Fidel et Raúl!

Juan Carlos Cremata Malberti, cinéaste et metteur en... (PHOTO FRÉDÉRICK LAVOIE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Juan Carlos Cremata Malberti, cinéaste et metteur en scène reconnu. En juillet 2015, son adaptation de la pièce Le roi se meurt d'Eugene Ionesco a été interdite après deux représentations. Les représentants du pouvoir y ont perçu une allusion à l'état de santé et à la personnalité de Fidel Castro, 89 ans.

PHOTO FRÉDÉRICK LAVOIE, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédérick Lavoie

Collaboration spéciale

La Presse

(LA HAVANE, Cuba) Un jour, le metteur en scène Juan Carlos Cremata Malberti en a eu assez des métaphores. Pour son adaptation de la pièce d'Eugène Ionesco Le roi se meurt, qui raconte les derniers jours d'un vieux dirigeant qui ne veut pas mourir, il a décidé de faire explicitement référence au contexte cubain. La pièce a été présentée deux fois en juillet 2015 avant d'être interdite par les autorités.

«Je m'étais dit que je n'allais pas utiliser le nom de Fidel [Castro], mais au moins le drapeau et l'hymne cubains. Et ç'a été un désastre. Pour eux, pas pour moi. Pour moi, c'était une fête, puisque j'ai fait cela en toute liberté. Mon travail est d'ouvrir les esprits. Alors, pourquoi ne pas dire ce que je veux comme je le veux?», raconte M. Cremata, mieux connu à l'étranger comme réalisateur du film Viva Cuba, primé au Festival de Cannes en 2005.

Convoqué par des responsables du ministère de la Culture, il s'est fait reprocher d'avoir «trahi» la confiance des autorités en ne respectant pas la règle tacite qui interdit de critiquer directement les leaders historiques de la révolution, Fidel et Raúl Castro.

«Jusqu'à quand devrons-nous attendre pour pouvoir parler de Fidel dans ce pays? Nous devons faire quelque chose. Un ami m'a dit que j'aurais dû négocier avec eux. Mais je ne veux plus négocier. Si tu n'augmentes pas le point de négociation, tu n'obtiendras jamais rien de plus», dit celui qui a été renvoyé de son théâtre deux mois après le scandale.

En juillet dernier, le ministère cubain de la Culture... (PHOTO FRÉDÉRICK LAVOIE, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 2.0

Agrandir

En juillet dernier, le ministère cubain de la Culture a interdit Le roi se meurt après deux représentations. Les fonctionnaires ont vu une allusion à la santé chancelante du leader Fidel Castro, 89 ans, dans cette adaptation du metteur en scène Juan Carlos Cremata Malberti de la pièce d'Ionesco.

PHOTO FRÉDÉRICK LAVOIE, COLLABORATION SPÉCIALE

Des cochons qui dérangent

Juan Carlos Cremata Malberti se compte toutefois chanceux. «Il y a 20 ans, on m'aurait mis en prison pour ça.»

En décembre 2014, quelques jours à peine après l'annonce du rapprochement cubano-américain, deux artistes de performance se sont d'ailleurs fait rappeler que la geôle était encore une option envisageable pour le régime afin de faire taire les artistes dérangeants.

Danilo «El Sexto» Maldonado a été incarcéré durant 10 mois pour avoir voulu relâcher dans la rue deux cochons baptisés... Fidel et Raúl.

Une semaine plus tard, c'était au tour de l'artiste Tania Bruguera d'être interpellée après avoir annoncé son intention d'installer un micro ouvert sur la place de la Révolution de La Havane afin que les Cubains puissent s'exprimer librement à travers celui-ci.

«La transition va venir tôt ou tard, croit Juan Carlos Cremata Malberti. Mais [le régime] a prouvé avec sa censure qu'il a peur de cette transition.»

Le jour où la situation changera, l'artiste irrévérencieux se promet de conserver son esprit contestataire. «Si on en vient à interdire les communistes, il est certain que je ferai une oeuvre en soutien aux communistes!»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Artistes cubains: l'effritement de la censure

    Nouvelles

    Artistes cubains: l'effritement de la censure

    Après Obama, les Rolling Stones débarquent à Cuba. Demain, Mick Jagger et sa bande monteront sur la scène de la Cité sportive de La Havane devant des... »

  • <em>El Paquete</em>: l'internet des déconnectés

    Nouvelles

    El Paquete: l'internet des déconnectés

    À Cuba, les médias et les institutions artistiques sont à la merci des goûts du Parti communiste. Le niveau de pénétration de l'internet dans l'île... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer