La liste de Sandrine Bisson

Sandrine Bisson, alias Claudette, la mère de Ricardo dans 1987, n'a... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Caroline Rodgers
La Presse

Sandrine Bisson, alias Claudette, la mère de Ricardo dans 1987, n'a pas une minute à elle avec les activités de promotion du film. Cela ne l'empêche pas de penser à ses projets, au théâtre ou à la télévision.

Elle jouera deux fois à La Licorne dans les prochains mois, d'abord dans la pièce Cuisiner avec Elvis, puis dans Les contes urbains. Elle jouera également Aux Écuries dans La beauté du monde.

«Dans Cuisiner avec Elvis, je joue une femme dont le mari est en fauteuil roulant et qui souhaite rester jeune. Elle a différentes façons d'y arriver, comme en sortant avec des gars plus jeunes qu'elle, en prenant un coup et en faisant des choses qui n'ont pas d'allure. Dans La beauté du monde, je suis une femme qui tient un immeuble à logements et dont la vie est perturbée par l'arrivée d'un groupe de jeunes.»

L'hiver prochain, on pourra la voir dans Le berceau des anges, télésérie de cinq épisodes réalisée par Ricardo Trogi sur des textes de Jacques Savoie. L'émission sera diffusée à Séries +.

«L'histoire se passe dans les années 50, alors qu'il y a eu un trafic de bébés. Je joue le rôle d'une méchante qui en vendait.»

Elle fera aussi partie de la sixième saison de Yamaska, mais elle garde le secret sur la nature exacte de son rôle.

Récemment, elle a participé à un court métrage intitulé Bleu tonnerre, de Jean-Marc E. Roy et Philippe-David Gagné. On saura prochainement quand le film sera diffusé.

«C'est un conte rural chanté sur des paroles de Dany Placard. C'est l'histoire d'un type qui en a assez de sa petite vie plate et qui aimerait retourner faire de la lutte. Je joue sa soeur, une policière. La musique de Placard est vraiment bonne.»

Musique: Philippe Katerine

«Je suis une fille assez joyeuse et Katerine me branche complètement. C'est complètement disjoncté et libérateur. Je me sens un peu comme lui. Je n'écoute pas beaucoup de musique, mais si j'ai un choix à faire, c'est ça. Je saute sur place quand je l'écoute.»

Site web: Le site de l'ONF

«Il ne se passe pas un jour sans que je choisisse un court métrage ou un documentaire sur ce site, dont je suis une fan finie. Il m'arrivede choisir un cinéaste et de regarder tous ses films.»

onf.ca

Cinéma: Maman très chère

«C'est le premier film dont je suis tombée amoureuse. Faye Dunawayy joue Joan Crawford, qui maltraitait sa fille. J'en ai regardé des scènes en boucle en me demandant comment Faye Dunaway faisait pour jouer cette folie, cette hystérie. C'est mon film.»

Lectures: Claude Ponti

«Claude Ponti transforme les expressions et les mots en histoires surréelles. Par exemple, si un personnage dit qu'il a de la peine au point de se transformer en larme, c'est une larme qui continue l'histoire.»

Télévision: Dans l'oeil du dragon

«J'aime beaucoup la télévision québécoise, mais ce n'est pas une évasion pour moi, car j'analyse trop le jeu des comédiens. Dans l'oeil du dragon me fait vraiment décrocher parce que les gens y sont rationnels et examinent les questions d'argent sans émotions. Ça me permet de prendre un break.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer