Le groupe Akasha veut faire sa place au Québec

Rafaëlle Roy et Josianne Villeneuve et  seront au... (PHOTO PAUL CHIASSON, PC)

Agrandir

Rafaëlle Roy et Josianne Villeneuve et  seront au Québec tout l'été afin de se produire dans différents festivals de la province.

PHOTO PAUL CHIASSON, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Desbiens
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Après s'être produit en spectacle dans les plus grands hôtels, les festivals et les casinos de nombreux pays d'Asie, le groupe montréalais Akasha compte maintenant faire davantage sa place sur la scène musicale québécoise.

Actif depuis 10 ans, le groupe, composé de cinq chanteuses, reprend essentiellement les chansons les plus connues des artistes de tous les genres accompagné de quelques musiciens d'expérience. Des chansons comme Bohemian Rhapsody, Suavemente ou encore Gangnam Style sont du répertoire appris par le groupe.

Au cours des dernières années, plusieurs artistes québécoises ont été en mesure de se faire connaître sur la scène musicale nationale après un séjour au sein d'Akasha. Du lot, Andréanne Leclerc et Stéphanie Bédard ont notamment fait leur place à Star Académie, avant d'entamer une carrière solo.

Akasha s'est à nouveau renouvelé depuis huit mois, puisque quatre des cinq interprètes actuelles viennent tout juste de joindre le groupe. C'est au terme d'un processus d'auditions ardu que ces chanteuses ont finalement été retenues pour leur voix, leurs chorégraphies et leur personnalité. Selon le gérant d'Akasha, Bernard Michaud, près de 100 jeunes femmes de partout au Québec ont auditionné pour obtenir leur place au sein du groupe.

En avril dernier, les cinq interprètes sont revenues d'un périple de plus de trois mois en Malaisie, où elles se sont produites six soirs par semaine dans un hôtel luxueux. Elles ont aussi fait un arrêt à Dubaï au début de la tournée pour un spectacle présenté devant 15 000 personnes, à l'extérieur, dans le cadre des célébrations du Nouvel An. Cette première tournée en sol asiatique du «nouveau groupe» aura permis à Akasha de donner 79 spectacles. Les chanteuses ont dû apprendre rapidement un total de 80 chansons, en plus des chorégraphies.

Ce séjour en Asie tombait à point pour Akasha: les contrats pour ce type de groupes au Québec se font rares au cours des trois premiers mois de l'année, à part quelques possibilités de spectacles durant la période des Fêtes.

Même si la plupart des chanteuses en étaient à leur première tournée d'une telle envergure, elles n'ont pas trouvé que la fatigue avait affecté leur énergie sur scène, bien que leur voix ait été mise à rude épreuve.

«Ça nous a vraiment forgé une endurance incroyable, autant mentalement qu'au niveau vocal et au niveau cardiovasculaire», soutient une des quatre nouvelles chanteuses, Rafaëlle Roy, qui a étudié en chant jazz au collège Saint-Laurent, à Montréal.

L'expérience en sol asiatique s'est toutefois avérée différente pour une autre finissante en chant jazz, Marily Dorion, qui a trouvé le séjour plus difficile à certains moments. Elle a même songé à quitter le groupe. Un sentiment «normal» dans les circonstances, selon M. Michaud, puisque «l'inconnu fait peur».

Membre du groupe depuis neuf ans, Kathy Bilodeau affirme avoir été étonnée de la qualité des spectacles présentés en Malaisie. «Pour une première tournée, j'ai vraiment été surprise de la façon dont elles se sont comportées», indique celle qui agit comme une «grande soeur» auprès des nouvelles chanteuses.

À l'assaut du Québec

Avant d'accepter un contrat d'une longue durée dans un pays étranger, les chanteuses sont toujours consultées. Par contre, elles se sont engagées à participer à tous les spectacles au Québec. M. Michaud et son équipe d'associés ont donc le feu vert pour accepter différents contrats locaux, puisque les membres du groupe ne sont plus aux études et investissent tout leur temps dans les projets d'Akasha.

Le gérant du groupe ne s'en cache pas: les temps sont plus difficiles pour les groupes comme Akasha au Québec avec la popularité grandissante des émissions comme La Voix ou Star Académie. Les organisateurs des festivals et les dirigeants des hôtels lorgnent davantage vers les chanteurs et chanteuses ayant fait l'objet d'une attention médiatique plus importante.

Cependant, le quintette et son agent ne perdent pas espoir. Le mois de mai sera entièrement consacré à la préparation d'un nouveau spectacle et à la production d'une vidéo pour promouvoir le groupe afin de se faire connaître davantage et conquérir le public québécois.

Kathy Bilodeau, Rafaëlle Roy, Marily Dorion, Josianne Villeneuve et Gabrielle Roy-Lemay seront au Québec tout l'été afin de se produire dans différents festivals de la province. Elles visiteront notamment la Gaspésie, l'Estrie et le Bas-Saint-Laurent, sans oublier un court passage d'une semaine... en Malaisie le 9 juin prochain.

Bien que l'objectif principal d'Akasha ne soit pas d'enregistrer un album, la compagnie Sony a déjà démontré son intérêt pour un tel projet par le passé et a réitéré récemment son désir de contribuer à la sortie d'un disque. De son côté, M. Michaud affirme qu'aucun plan n'a été établi en ce sens, sans toutefois exclure l'idée. D'ailleurs, une première composition du groupe actuel est attendue cet été pour la radio.

Akasha doit aussi se produire au Conrad Maldives Rangali Island Resort des îles Maldives le 31 décembre 2016. Un «contrat de rêve», selon le gérant du groupe, qui précise qu'un montant de 75 000 $ a dû être déboursé par les dirigeants de l'hôtel pour les faire venir l'instant d'un seul spectacle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer