Jack White réédite le premier disque d'Elvis

Des gens font la file pour entrer dans... (Photo Mark Humphrey, AP)

Agrandir

Des gens font la file pour entrer dans le magasin de disques Third Man Records à Nashville, au Tennessee.

Photo Mark Humphrey, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Travis Loller
Associated Press
NASHVILLE

Après avoir anonymement acheté le tout premier enregistrement d'Elvis dans un encan, en janvier, Jack White offre, sous son étiquette Third Man Records, une réédition limitée en vinyle de My Happiness et That's When Your Heartaches Begin.

La reproduction du 78 tours de 1953 a été numériquement transférée sur un nouveau vinyle, sans nettoyage. Les craquements et les «pops» y sont toujours audibles.

L'album est présenté dans une pochette en papier, comme celle dans laquelle Elvis aurait mis son disque en sortant de chez Sun Records, a indiqué Ben Blackwell de Third Man Records, une maison de disques de Nashville.

Sun Records est l'étiquette mythique de Memphis, dirigée par Sam Phillips, qui a enregistré Elvis Presley. À l'époque, il avait payé quatre dollars pour son enregistrement. Soixante ans plus tard, Jack White l'a payé 300 000 $.

Dès vendredi matin, des inconditionnels campaient devant la boutique de Third Man Records pour mettre la main sur le nouveau disque et d'autres produits disponibles seulement durant la Journée des disquaires (Record Stone Day), notamment la première édition vinyle de l'album Get Behind Me Satan des White Stripes, le défunt duo de Jack White.

Le disque original d'Elvis était exposé dans la boutique.

Ben Blackwell assure que le disque d'Elvis et Get Behind Me Satan seront réédités en plus grande quantité. Celui d'Elvis sera toutefois nettoyé et celui des White Stripes, imprimé sur des vinyles noirs, plutôt que rouges et blancs.

Dans la file d'attente devant la boutique, un jeune homme, Nicholas Lynch, dit être le modérateur d'une page Facebook de collectionneurs des albums de Third Man. Sa mère, sa petite amie et lui ont dépensé plus de 500 $ dans la boutique, a dit sa mère, Mary Page.

Christina Condor, une autre femme dans la file d'attente, également avec son fils, est une grande fan de Jack White. Celle qui parcourt régulièrement les huit heures qui séparent Cleveland de Nashville pour se rendre à la boutique Third Man a attendu 26 heures en ligne.

«Pourquoi nous faisons cela? Pour l'amour de Jack White, a-t-elle répondu. Et d'Elvis aussi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer