Daft Punk laisse tomber le masque pour Xavier Veilhan

Le groupe français Daft Punk.... (PHOTO ROBYN BECK, AFP)

Agrandir

Le groupe français Daft Punk.

PHOTO ROBYN BECK, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PARIS

Image rare, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homen-Christo du groupe Daft Punk ont posé sans leurs célèbres casques pour une sculpture réalisée par le plasticien français Xavier Veilhan et exposée à partir de ce jeudi à New York.

La sculpture en «contreplaqué de bouleau» de 1,61 mètre de haut présente les deux musiciens en pied, mains dans les poches et portant de grosses lunettes de soleil, mais sans leurs fameux casques de robots qui les ont rendus célèbres à travers la planète, d'après la photo diffusée par la galerie Perrotin sur son site internet.

L'oeuvre est visible à partir de ce jeudi à New York dans le cadre de l'exposition Music proposée par Xavier Veilhan à New York (jusqu'au 11 avril).

Si des photos anciennes des Daft Punk circulent sur internet, les deux musiciens français n'apparaissent désormais plus sans leurs casques, y compris lors de leur triomphe aux Grammy Awards en janvier 2014. Un anonymat savamment orchestré qui, avec leur musique, assure la renommée internationale des «robots».

«À New York, l'exposition rend hommage aux grands producteurs de musique, qui façonnent la bande-son de notre époque» comme les deux Daft Punk, mais aussi Brian Eno, Nigel Godrich ou Quincy Jones, indique la galerie Perrotin. Cette série Producers est constituée de «sculptures réalisées d'après des scans en 3D dans une gamme de matériaux variés, du bois au métal».

«Le plus amusant», explique Xavier Veilhan au blogue spécialisé The Creators Project, c'est qu'il n'a «pas eu à demander» aux Daft Punk de poser sans casques.

«C'était une réponse logique à ma proposition: je leur ai proposé de les présenter en tant que producteurs et pas en tant que musiciens. Après avoir discuté ensemble, on a décidé qu'ils devraient apparaître sous leurs vrais noms. Ils m'ont dit: ''OK, cette sculpture doit être l'image qui n'existe pas de nous. Ainsi, si quelqu'un veut voir à quoi nous ressemblons en vrai, il devra regarder la sculpture''», ajoute le plasticien français.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer