Steve Hill couronné au Maple Blues Award

Steve Hill... (Photo Jessica Garneau, Imacom)

Agrandir

Steve Hill

Photo Jessica Garneau, Imacom

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Lemay
La Presse

Quinze ans après sa première nomination et son premier Maple Blues Award, l'homme-orchestre Steve Hill a remporté lundi les trophées des quatre catégories de ce gala dans lesquelles il était en nomination.

Le guitariste montréalais d'origine trifluvienne est reparti de Toronto avec les trophées de l'artiste de l'année, du guitariste de l'année, du spectacle «électrique» de l'année, de même qu'avec le Maple Blues Award du meilleur CD, Steve Hill Solo Recordings Vol. 2, qu'il a produit lui-même.

«Quatre en quatre, oui! Je suis très content!», nous a dit Steve Hill, joint hier après-midi sur le chemin du retour, quelque part sur la 401. «Pour moi, c'est le point culminant de dix ans de travail. Guitariste, entertainer et spectacle de l'année, c'est fantastique, mais le trophée pour le disque me réjouit encore plus.»

Mis en nomination au gala des Maple Blues en l'an 2000, Steve Hill avait aussi remporté le trophée de l'Electric Act of the Year avant de quitter la scène blues pendant plusieurs années.

Récolte québécoise

En ce Blue Monday, le lundi de la dernière semaine complète de janvier qui est censé être le jour le plus déprimant de l'année, les artistes québécois ont remporté huit des 17 trophées du 18e gala des Maple Blues Awards.

La chanteuse (de Lachine) Angel Forrest a remporté deux des plus prestigieuses catégories: chanteuse de l'année et auteure (songwriter) de l'année, tandis que Greg Morency, du Paul Deslauriers Band, recevait le trophée du bassiste de l'année.

Guy Bélanger, revenu à ses sources l'an passé avec le CD Blue Turn, partage quant à lui le trophée de l'harmoniciste de l'année avec Harpdog Brown, un spécialiste du Chicago Blues originaire de Vancouver.

La rafle québécoise s'est terminée avec Nanette Workman qui a remporté le Blues with a Feeling Award pour l'ensemble de son oeuvre.

Le trophée de chanteur blues de l'année est allé à Matt Andersen, souvent invité au Festival de jazz, tandis que celui de spectacle acoustique de l'année a été décerné à Brandon Isaak, un guitariste de Whitehorse, au Yukon... qui devrait être du prochain FIJM.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer