Mélomanie: grand retour de l'Orchestre Mariinsky

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'écoute passionnée de la musique implique aujourd'hui un très vaste corpus: musique classique, musique contemporaine, opéra, musiques électroacoustique ou électronique, jazz et plus encore. La rubrique Mélomanie fait un survol de l'actualité dans le domaine, deux fois par mois.

Moderne, contemporain

Grand retour de l'Orchestre Mariinsky, Valery Gergiev et Denis Matsuev

L'événement classique de novembre est le retour à Montréal de l'Orchestre Mariinsky de Saint-Pétersbourg pour une quatrième fois depuis 2009. Voilà l'un des meilleurs orchestres symphoniques en ce bas monde, quoi qu'on pense des accointances de son maestro avec le régime de Vladimir Poutine. Valery Gergiev demeure ce très grand chef sans baguette (sauf exception) qui peut faire léviter ses interprètes avec toute la puissance, la gravité et la tension dramatique qu'on connaît de la culture slave. Gergiev et le Mariinsky reviennent à Montréal avec le pianiste Denis Matsuev, haut coté parmi les pianistes de Russie. Si son attaque virile éblouit les uns et en laisse d'autres perplexes, sa supravirtuosité ne fait aucun doute. Son ouverture au jazz est aussi remarquable, d'où le choix du Concerto pour piano no 2 du compositeur et pianiste russe Rodion Chtchédrine, qui prévoit une certaine liberté au soliste dans le deuxième mouvement ainsi qu'une étonnante insertion jazzistique au finale. Également au programme, L'oiseau de feu, Suite (1919) de Stravinski ainsi qu'Une vie de héros de Richard Strauss.

À la Maison symphonique, le 11 novembre, 20h.

Baroque

Le St-Thomas Thomanerchor à l'orée du Festival Bach

Les habitués du Festival Bach relatent avec enthousiasme un concert donné en 2013 par le St-Thomas Thomanerchor de Leipzig, choeur de jeunes garçons dont la fondation remonte à... 1212! Le retour de ce choeur allemand est évidemment très attendu, Gotthold Schwarz en assurera la direction et pourra compter sur la participation de l'organiste Stefan Altner et du violoncelliste Hartmut Becker. Le St-Thomas Thomanerchor donnera ainsi le premier grand concert du Festival Bach, véritable baume pour l'esprit avant que l'hiver reprenne ses droits. Au programme, ce soir, on a prévu des oeuvres sacrées de Jean-Sébastien Bach (1685-1750) et de Felix Mendelssohn Bartholdy (1809-1847), mais aussi celles, moins connues, de compositeurs allemands encore plus anciens: Heinrich Schütz (1585-1672) et Johann Hermann Schein (1586-1630).

À la basilique Notre-Dame-de-Montréal, ce soir, 19h30.

Moderne, contemporain

Voyage en Europe de l'Est

Jeudi et dimanche, l'OSM accueille trois musiciennes canadiennes pour un Voyage en Europe de l'Est. Originaire de Winnipeg, Keri-Lynn Wilson sera à la barre de l'orchestre dont le programme prévoit d'abord Ringelspiel, une oeuvre de l'excellente compositrice montréalaise d'origine serbe Ana Sokolović. Karen Gomyo, qui a grandi en partie à Montréal avant de s'inscrire à la Juilliard School of Music de New York pour ensuite migrer vers la Jacobs School of Music de l'Université de l'Indiana et au New England Conservatory, sera la soliste du Concerto pour violon no 2 du compositeur hongrois Béla Bartok. La seconde partie du programme sera consacrée à l'exécution de la magnifique Symphonie no 9 en mi bémol majeur, op. 70 du compositeur russe Dmitri Chostakovitch.

À la Maison symphonique, le 9 novembre à 10h30 et le 12 novembre à 14h30

Moderne, contemporain

Le Quatuor selon Molinari

Le Quatuor selon Molinari se veut un programme commémoratif pour les 20 ans de ce superbe ensemble montréalais, assorti d'une présentation vidéo des meilleurs moments de son histoire. Le menu de la soirée est constitué exclusivement de grandes spécialités du QM: Quatuor no 2 Waves du Canadien R. Murray Schafer, Quatuor no 2 du Russo-Allemand Alfred Schnittke, Six moments musicaux op. 44 du Hongrois György Kurtág, dont l'enregistrement de l'intégrale des quatuors à cordes a valu au QM le très important prix Echo Klassik 2017 en Allemagne, sans compter le Quatuor no 2 du Russe Dmitri Chostakovitch.

Au Conservatoire de musique de Montréal, le 10 novembre, 19h30, et à la Maison de la culture Villebon de Beloeil, le 9 novembre, 19h30.

Contemporain

ECM +: World New Music Days - Bis

Sous la direction de Véronique Lacroix, l'Ensemble contemporain de Montréal (ECM +) ouvre sa saison avec les oeuvres de trois compositeurs de haute volée. On aura droit à la création d'une oeuvre d'Ana Sokolović, Evta, mettant en relief le soliste Andréa Tyniec au violon, suivie de Pesma, oeuvre vocale de la compositrice montréalaise interprétée par la mezzo Krisztina Szabó, dans laquelle un poème est chanté en cinq langues (serbe, arabe, français, indonésien, kifoulirou). On y entendra des oeuvres récentes de compositeurs issus de pays membres de la Société internationale pour la musique contemporaine (SIMC): le Norvégien Martin Rane Bauck (wie tau von dem frühgras), l'Espagnol Iñaki Estrada (Astiro) et le Polonais Grzegorz Pieniek (Jede Nacht besucht uns ein Traum).

Au Conservatoire de Montréal, le 14 novembre, 19 h 30.

Contemporain

Le NEM de retour de Toulouse

À peine revenu d'un périple musical à Toulouse, le NEM en présente les moments forts dans une relaxe formule cabaret, sous la direction de Lorraine Vaillancourt. Du Français Bertrand Dudebout, originaire de Bayonne, on entendra Zazpiak Z (2014) pour cinq instrumentistes, et Zazpiak N (2017) pour 14 instrumentistes et piano solo (Francis Perron), soit deux éléments d'un cycle évoquant les sept provinces du Pays basque. Du Toulousain Pierre Jodlowski, on aura droit à Respire (2008) pour 11 instrumentistes, électronique et vidéo. De Philippe Leroux, originaire de Boulogne et résidant de Montréal, où il enseigne depuis 2011 au Digital Composition Studio de l'Université McGill, le NEM jouera Postlude à l'épais (2016) pour cinq instrumentistes. Du compositeur montréalais Denis Gougeon, l'ensemble interprétera Mutation (2010), pour 15 instrumentistes.

Au Théâtre Paradoxe, le 15 novembre, 19h30.

Baroque

Le cycle de Bach vu par Tafelmusik

Sous la direction d'Elisa Citteria selon une conception d'Alison Mackay, Tafelmusik présente le spectacle multidisciplinaire J. S. Bach: The Circle of Creation. Narration de Daniel Brière et projections et musiques de cet ensemble torontois de réputation internationale seront au service de l'oeuvre de Jean-Sébastien Bach. Au-delà de la musique au programme, soit des extraits de cantates, sonates, suites orchestrales, concertos brandebourgeois et autres Variations Goldberg, on nous fera pénétrer dans tout le cycle créatif de JSB. Papetiers, luthiers et cordiers avaient effectivement oeuvré à la floraison de son génie, on en fait état dans ce spectacle de vulgarisation.

À la salle Bourgie, le 21 novembre, 19 h 30.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer