La bohème: France Bellemare prête pour Mimi

En incarnant Mimi dans La bohème, la soprano... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

En incarnant Mimi dans La bohème, la soprano France Bellemare tiendra pour la première fois, à 29 ans, un rôle principal dans une maison d'opéra d'envergure.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Rodgers

Collaboration spéciale

La Presse

C'est un grand soir pour France Bellemare, qui chantera Mimi dans La bohème, premier rôle principal pour la soprano dans une maison d'opéra d'envergure. Non seulement cette production sera présentée quatre fois à la salle Wilfrid-Pelletier, mais elle sera projetée gratuitement (avec réservations) en direct au stade Mémorial Percival-Molson, samedi prochain.

Le joueur des Alouettes Luc Brodeur-Jourdain et la... (Photo fournie par l’Opéra de Montréal) - image 1.0

Agrandir

Le joueur des Alouettes Luc Brodeur-Jourdain et la soprano France Bellemare se sont prêtés au jeu d'une séance de photos pour annoncer la projection de La bohème au stade Mémorial Percival-Molson.

Photo fournie par l’Opéra de Montréal

Toutefois, pour la chanteuse, ce n'est pas un début dans le rôle de Mimi. Elle a eu l'occasion de s'approprier le personnage de l'opéra de Puccini en l'interprétant à l'occasion d'une tournée avec les Jeunesses musicales, en 2013. Elle avait alors chanté Mimi une vingtaine de fois dans des salles différentes grâce à cette production itinérante accompagnée au piano.

« C'est une expérience qui apprend aux chanteurs à s'adapter à n'importe quel contexte, dit-elle. Il y a des défis à faire un opéra avec piano, sans chef d'orchestre. Je ne me sens donc pas comme dans une prise de rôle, car j'ai déjà un contrôle du personnage et une sécurité, ce qui me permet de me concentrer sur d'autres éléments, comme planifier mes mouvements. Cela fait quatre ans, et depuis, j'ai appris énormément. J'ai fait l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal, et au fil de mes expériences, j'ai appris à gérer le stress et à faire attention à ma voix, entre autres. »

Celle qui nous a déjà impressionnés par la beauté de sa voix en jouant la Mère dans Another Brick in the Wall, en mars dernier, a pris le temps de se reposer avant de se lancer dans cette nouvelle aventure.

« Dans le mois d'avril, je n'ai rien fait d'autre, je me suis concentrée uniquement sur La bohème. C'est une salle imposante et il faut se reposer pour bien chanter, se sécuriser pour être prêt. »

Pour France Bellemare, Mimi est une femme heureuse et enjouée malgré sa maladie.

« Il ne faut pas la montrer juste innocente et faible, dit-elle. Je veux montrer sa joie de vivre. Pour moi, Mimi est peut-être timide, mais elle est très excitée de rencontrer plein de gens et généreuse. Quand quelqu'un est malade, dans la vraie vie, souvent, il le cache à ses proches au début. C'est ce qui arrive avec Mimi. Dans le troisième acte, quand Rodolfo et Marcello parlent de sa maladie, elle réalise alors la gravité de son état, car ils l'ont découvert même si elle essayait de leur cacher. » 

« Pour moi, les personnages d'opéra sont réalistes, ils ont de vraies émotions et de vrais sentiments. Il faut aller vers la simplicité, et être vrai. C'est ce qui donne un résultat intéressant dans ce rôle-là. »

- France Bellemare

Les autres chanteurs de la distribution, entièrement canadienne, sont Luc Robert (Rodolfo), Justin Welsh (Marcello), Lucia Cesaroni (Musetta), Christophe Dunham (Schaunard), Alexandre Sylvestre (Colline), Claude Grenier (Alcindoro et Benoit), Isabeau Proulx-Lemire (Parpignol) et Clermont Tremblay (le douanier). L'Orchestre Métropolitain sera dirigé par le chef James Meena et la mise en scène, assurée par Alain Gauthier.

LA BOHÈME SOUS LES ÉTOILES

Pour souligner le 375e anniversaire de Montréal, l'Opéra de Montréal offre une projection de La bohème en direct, le 27 mai. La chanteuse s'est prêtée au jeu des photos avec le joueur des Alouettes Luc Brodeur-Jourdain pour l'affiche publicitaire de l'événement, assez amusante.

« On a tellement ri, dit-elle. Ils m'ont même donné un jersey avec Bellemare et le numéro 1. Après la séance de photos, on a discuté et j'ai réalisé que je l'avais vu jouer plusieurs fois à l'époque où je suivais le Rouge et Or avec ma soeur, à l'Université Laval. »

DÉBUTS AU MET

La carrière avance à merveille pour la soprano de 29 ans, qui fera ses débuts au Metropolitan Opera à l'automne. Elle sera la doublure pour Musetta, également dans La bohème.

« Comme doublure, on fait des répétitions et on se tient prête au cas où la chanteuse tomberait malade. »

Elle aura également un vrai rôle, celui de Crobyle, dans Thaïs, de Massenet, en novembre.

« C'est une des deux esclaves du roi. C'est un petit rôle, mais il y a plus à faire que je ne pensais. Je suis très excitée et je suis heureuse, aussi, que ce soit en français pour mes débuts. En me donnant ce rôle de Crobyle, ils veulent me tester. Quand j'ai fait mon audition, je pensais qu'ils allaient m'appeler seulement dans quatre ans. C'est au-delà de mes espérances. »

___________________________________________________

À la salle Wilfrid-Pelletier, les 20, 23, 25 et 27 mai, 19 h 30

Projection au stade Mémorial Percival-Molson, le 27 mai, 19 h 30. Réservations requises.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer